Abu Dhabi, tournant de la Saison 4

© Felix Diemer for SailGP

Les 13 et 14 janvier, pour la première fois de leur histoire, les F50 vont s’affronter dans la capitale des Emirats Arabes Unis. Abu Dhabi inaugure les compétitions de l’année 2024 et marque surtout le tournant de cette quatrième saison. Ce 7e Sail Grand Prix – le dernier au Moyen Orient – revêt donc un caractère tout particulier. Les regards seront braqués sur l’équipe britannique, désormais privée de Ben Ainslie. Mais aussi sur les Frenchies, dont l’objectif est de profiter du nouvel élan amorcé à Dubaï.

SailGP est souvent l’occasion de découvrir de nouveaux sites, de nouvelles contrées, de nouveaux plans d’eau. Ce sera le cas à Abu Dhabi qui accueillera pour la première fois les catamarans les plus rapides de la planète. Le terrain de jeu étroit, situé proche du rivage, devant le port de Zayed, aura pour arrière-plan un décor très urbain, ponctué d’impressionnants buildings. Une scène particulièrement spectaculaire pour les 10 équipes internationales qui prennent le virage vers la deuxième moitié de la saison.

Sans Ben Ainslie

C’est l’annonce la plus importante de ces derniers jours sur SailGP. Sir Ben Ainslie quitte le catamaran arborant l’Union Jack et laisse la barre à son talentueux compatriote Giles Scott (double champion olympique et quadruple champion du monde de Finn). Pris par ses multiples engagements sur le circuit SailGP mais aussi sur l’America’s Cup, Ainslie reste le patron d’Emirates GBR, mais souhaite lever le pied pour faire face à ses responsabilités et préserver sa vie de famille. Giles Scott devra relever le défi, aux commandes d’une équipe en grande forme, actuellement 4e au classement général.

Des enjeux à mi-course

Abu Dhabi sera l’événement de la mi-saison, avec pour chaque équipe des objectifs de progression ou des positions à défendre au classement général. En tête, loin devant leurs adversaires (11 points), seuls les Australiens bénéficient d’un peu de sérénité. Mais dans leur sillage, Danois et Néo-Zélandais, actuels occupants du podium, restent sous la menace directe d’au moins quatre équipages. À la 8e place, les tricolores peuvent raisonnablement espérer gravir plusieurs marches. Le moral, le sourire et la confiance sont en effet de retour après un joli Sail Grand Prix à Dubaï qui les a vus renouer avec le haut du classement (4e).

Concert exceptionnel

Le Mubadala Abu Dhabi Sail Grand Prix sera aussi la dernière compétition disputée au Moyen Orient avant le départ des teams dans l’hémisphère Sud. Pour marquer l’occasion, un concert exceptionnel donné par les stars de la pop anglaise, le groupe Take That, qui se produira samedi soir après les courses. Un événement à ne pas manquer pour le public et les fans présents sur place.

Ils ont dit :

Bruno Dubois, directeur de France SailGP Team : « Avant le Sail Grand Prix de Dubaï, nous avons fait un bilan, et opéré un reset général de notre manière de fonctionner pour les 12 prochains mois. Ce reset tient en deux mots : simplicité et efficacité. Cela concerne la préparation du bateau, mais aussi nos process de navigation. Cela a commencé à porter ses fruits à Dubaï. Notre approche et notre dynamique étaient différentes. C’est vraiment la philosophie dont on souhaite que l’équipe s’imprègne : capitaliser sur ce que l’on connaît, sur nos points forts. A Dubaï, il y a eu ce sursaut. Le retour de Manon nous a aussi fait du bien. Elle est revenue à son meilleur niveau. Et puis faute de pouvoir nous entraîner davantage en F50, l’équipe, installée à Barcelone, rode sa préparation, sa communication et son fonctionnement en AC40 (les monotypes de la Youth et de la Women’s America’s Cup). Nos deux programmes – SailGP et Coupe – sont intimement liés. Notre objectif à court terme est aussi de trouver un partenaire sur SailGP pour pouvoir augmenter nos capacités et nous mettre à niveau des autres équipes en termes d’entraînement. »

Source

SailGP

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 9 janvier 2024

Matossé sous: Match Racing, SailGP

Vues: 541

Tags: , , , , , , ,

Sous le vent

Au vent