Figaro 2
Posts

  • La Solitaire Urgo le Figaro paraît déjà bien loin pour Justine Mettraux qui a terminé à une très belle septième place de l’édition 2017. Après une collaboration avec les équipes de la Ville de Genève sur le Tour de France à la voile et quelques jours de vacances, Justine a repris le chemin de la préparation et de l’entraînement pour une deuxième partie de saison qui s’annonce intense avec les 2 dernières étapes du Championnat de France Élite de Course au Large ainsi qu’une première participation à la Transat Jacques Vabre.

    Quel a été ton programme depuis la fin de la Solitaire Urgo le Figaro ?

    Justine Mettraux : « Après la Solitaire, je suis partie deux semaines sur le Tour de France à la voile pour aider les équipes de la Ville de Genève à préparer la météo et les routages pour les parcours côtiers de chaque étape. C’était chouette, intéressant et bien intense avec l’enchaînement rapide des étapes. J’ai ensuite pris une semaine de congés en Suisse et je suis revenue à Lorient pour tranquillement remettre les choses en route. La semaine dernière on s’est entraîné deux jours sur le class40 TeamWork avec Bertrand Delesne. On a également fait un gros jour de préparation sur le bateau. Côté Figaro, je l’ai remis à l’eau jeudi dernier pour pouvoir m’entraîner avant le Tour de Bretagne.

    Pour ta prochaine course (le Tour de Bretagne à la Voile), tu vas naviguer avec ton frère Bryan. Peux-tu nous en dire plus sur cette collaboration ?

    Justine Mettraux : « Les figaristes à qui j’ai proposé de naviguer avec moi pour cette compétition n’étaient pas disponibles alors j’ai pensé à mon frère Bryan. On a déjà navigué ensemble sur d’autres supports et il était venu faire un entraînement Figaro avec moi l’année dernière. On s’entend bien sur l’eau, ça va être chouette de courir avec lui. Bryan a moins d’expérience que d’autres gars sur le Figaro, mais naviguer avec une personne qui a une vision différente, ça peut aussi être un atout. On va essayer de s’entraîner pour se préparer au mieux. Sur le Tour de Bretagne il y a quand même de gros gros équipages engagés, ça ne sera pas facile, mais ça va être intéressant. »

    Quel est ton objectif sur cette course ?

    Justine Mettraux : « Le gros objectif de la saison c’était la Solitaire. Là, j’ai quand même envie de bien faire pour garder un bon classement au Championnat de France sur les 2 courses de fin de saison. On va essayer de naviguer proprement de faire au mieux et si on est content de la manière, ce sera bien. Je suis actuellement 9ème du Championnat de France et j’aimerai bien rester dans le Top 10. »

    Côté Class40, comment vont s’organiser les prochaines semaines avec Bertrand Delesne ?

    Justine Mettraux : « Dans les prochains jours je vais surtout naviguer en Figaro pour mettre les choses en place avec Bryan. Après le Tour de Bretagne, on aura une grosse semaine pour s’entraîner en Class40. Ensuite, je repars pour la Douarnenez Fastnet et après on pourra remettre le paquet en entraînement. Lorient Grand Large a prévu des entraînements groupés avec d’autres class40 auxquels on va participer avec Bertrand.

    L’entraînement de la semaine dernière c’est bien passé, ça m’a permis de reprendre le bateau en main, de me remettre dedans. C’est sûr que l’on est un peu limité dans le temps, on aura moins couru que les autres skippers qui ont fait les courses d’avant saison. Il faut que l’on soit efficace sur les entraînements pour pouvoir se préparer au mieux. »

    C’est très différent de naviguer sur un Class40 par rapport à un Figaro ?

    Justine Mettraux : « Le class40 est plus rapide, plus puissant, plus lourd et il y a plus de voiles. Ça ressemble plus à un gros Mini. En Figaro, on n’a que 2 voiles d’avant et 2 spis, c’est assez simple. En Class40, il y a plus de manipulations et de jeux possibles, surtout dans les configurations de voiles. Comme j’ai l’expérience du mini, il y a beaucoup de choses qui se ressemblent à part que c’est beaucoup plus gros, donc je ne suis pas trop dépaysée. »

    Le programme de Justine :

    • Du 24 août au 3 septembre 2017 : Tour de Bretagne à la Voile en duo avec Bryan Mettraux
    • Du 13 au 23 septembre 2017 : Douarnenez Fastnet en solo
    • À partir du 28 octobre 2017 : Transat Jacques Vabre en duo avec Bertrand Delesne

    • Une 2e partie de saison intense pour Justine Mettraux •

  • Plateau double, double palmarès !

    7 août 2017 • Figaro 2, Monotypie, Tour de Bretagne • Vues: 165

  • Epreuve de choc, épreuve de charme

    8 juillet 2017 • Figaro 2, Monotypie, Tour de Bretagne • Vues: 189

  • Le clap de fin s’apprête à claper sur la 48ème édition de La Solitaire URGO Le Figaro. La reine des solitaires n’aura pas failli à sa réputation: intense, exigeante, physique, éprouvante, engageante… Mais assurément plaisante, enthousiasmante et même addictive. Mathieu Sarrot, directeur des événements OC Sport – Pen Duick dresse le bilan.

    Le premier succès et la véritable richesse de cette Solitaire provient des marins.

    Ils étaient 43 au départ, cinq de plus que l’an passé avec notamment 10 bizuths et de superbes révélations. La présence de plusieurs anciens vainqueurs témoigne du niveau général très élevé de cette édition. Nos marins se sont fait plaisir, ils se sont fait mal et nous avons au final un beau vainqueur. Il est arrivé à Bordeaux avec la quiétude de celui qui est sûr de son destin. Il n’ a fait aucune erreur, c’était sa course. La Solitaire a aussi révélé d’autres très belles personnes, je pense à des marins comme Justine Mettraux, Julien Pulvé, ou encore une Nathalie Criou. Sa participation n’a pas été sans poser de problèmes mais elle est allée au bout de l’épreuve, et son arrivée célébrée par tous les autres concurrents dans la nuit de Dieppe fait partie des très belles images que je garderai de cette Solitaire URGO Le Figaro.

     

    Nous testions cette année pour la deuxième édition consécutive le format court (150 milles) lors de la troisième étape Concarneau-Concarneau. Il est certain qu’il ne fait pas l’unanimité chez les marins mais il permet de dynamiser la course, d’y accueillir des médias nouveaux qui ne pourraient pas venir sur une étape longue. Une nuit de récupération de plus pour les marins entre l’étape 2 et l’étape 3 a clairement manqué cette année, c’est un point sur lequel il faudra être très vigilant l’an prochain.

     

    J’ ai une pensée toute particulière pour l’ensemble de « l’équipe mer » qui a encore franchi un cran dans son professionnalisme, l’accompagnement des marins et leur sécurité. C’était aussi une première pour Francis Le Goff en tant que directeur de course. Il a pleinement assumé son rôle, avec une grande capacité d’écoute des marins mais aussi de la fermeté lorsqu’il a fallu tenir sa ligne et assumer ses choix de parcours, notamment sur la magnifique 4ème étape.
    Et puis, comment ne pas saluer l’implication de notre nouveau partenaire titre. Les dirigeants d’URGO sont aussi passionnés que nous, et ils ont une connaissance aigüe de l’épreuve. Leur engagement sur trois ans jusqu’à la 50ème édition qui sera aussi la première du Figaro Bénéteau 3 nous permet de travailler sereinement main dans la main.
    Pour conclure, je dirais qu’il y avait cette année une très belle alchimie sur cette 48 édition de la Solitaire URGO Le Figaro. Skippers et teams nous l’ont souvent dit et il faut croire que cet investissement de tous s’illustre aussi dans la très bonne couverture media que nous pouvons d’ores et déjà annoncer, avant qu’elle soit précisément mesurée dans les semaines qui viennent »

    • Le bilan de la 48 ème édition de la Solitaire •

  • Les belles surprises de la Solitaire

    24 juin 2017 • Figaro 2, La Solitaire du Figaro, Monotypie • Vues: 350

  • Nicolas Lunven : « C’est le plus beau moment de ma carrière ! »

    23 juin 2017 • Figaro 2, La Solitaire du Figaro, Monotypie • Vues: 352

  • Nicolas Lunven remporte la 48ème Solitaire URGO Le Figaro

    23 juin 2017 • Figaro 2, La Solitaire du Figaro, Monotypie • Vues: 399

  • Dieppe est une fête

    23 juin 2017 • Figaro 2, La Solitaire du Figaro, Monotypie • Vues: 338

  • Lunven et Hardy : une fin de long métrage à suspense !

    22 juin 2017 • Figaro 2, La Solitaire du Figaro, Monotypie • Vues: 200

  • Les indiscplinés de Startpoint

    22 juin 2017 • Figaro 2, La Solitaire du Figaro, Monotypie • Vues: 312