GC32
Posts

  • Interview bilan de Manfred Ramspacher, à l’origine du concept sportif de l’événement MARTINIQUE FLYING REGATTA et responsable de SIRIUS EVENEMENTS organisateur nautique de la manifestation.

    « Manfred, nous sommes à l’heure du bilan pour cette 1ére édition de la MARTINIQUE FLYING REGATTA, quel est le vôtre en tant qu’organisateur ? »

    MR – Comme toute première édition créer de toutes pièces une nouvelle histoire n’a pas été simple et a demandé beaucoup de persévérance : la distance, le caractère novateur avec toutes ces séries à foil rassemblées pour la première fois, l’effort à fournir pendant près d’un an pour convaincre les coureurs à venir en terrain sportif inconnu, la nécessité pour les équipes de part et d’autre de l’Atlantique d’apprendre à se connaître ; mais quand je vois et j’entends le retour des coureurs unanimement positif après cette semaine magnifique je me dis que cela en valait la peine ; tout cela évidemment n’aurait pas pu être possible sans l’engagement fort des institutions publiques Martiniquaises que sont le Comité Martiniquais du Tourisme et la Collectivité Territoriale de Martinique, ainsi que le Grand Port Maritime de Martinique , la Ville de Fort de France, la Ligue de Voile de Martinique et tous les autres partenaires.

    « Qu’est ce qui explique le succès de cette première édition si l’on en croit tous les témoignages exprimés par les compétiteurs ? »

    MR – C’est d’abord l’exceptionnel plan d’eau de cette baie de Fort de France ; le mot n’est pas exagéré et l’on entendu de la bouche de coureurs qui ont régaté dans tous les meilleurs plans d’eau du monde ; l’étendue de cet espace maritime, son caractère protégé en tant que baie fermée, la régularité et la stabilité du vent, la mer plate en toutes circonstances, en font un plan d’eau à la hauteur de ceux des plus grandes manifestations internationales comme l’America’s Cup ; ces qualités sont de plus particulièrement adaptées aux supports à foils qui ont besoin de vent régulier et de mer plate ; le plan d’eau me fait penser à la baie de Palma Majorque qui accueille une des plus belles manifestations de voile en Méditerranée , la Copa Del Rey ; enfin la beauté et la diversité des paysages entres les deux rives nord et sud sont remarquables, le rocher du Diamant contourné pendant le parcours côtier de vendredi laissera à tous un souvenir très fort ; et enfin l’accueil à terre par les équipes martiniquaises en particulier pendant les 3 soirées a été fait avec beaucoup de chaleur.

    « Quel est à votre avis le potentiel de développement de cet événement ? »

    MR – Il est à mon sens très fort ; créant des événements depuis une vingtaine d’années et ayant dirigé les plus grandes manifestations françaises de course au large ou de régate internationale je sais que la première édition est clé : soit on recueille l’adhésion des coureurs et on peut très vite s’attendre à une croissante forte les années suivantes, soit on ne convainc pas et l’événement a peu d’avenir ; on peut construire en quelques années avec la MARTINIQUE FLYING REGATTA un événement de plusieurs centaines de supports, sur ce concept original que j’ai proposé, et qui donne à la Martinique un rayonnement international comparable à celui de la Route du Rhum en Guadeloupe

    « Qu’y a t’il à améliorer après cette édition originale ? »

    MR – Evidemment il y a plein de choses à améliorer : l’anticipation dans toute la préparation en amont, la cohésion entre les équipes d’organisation en mer et à terre, et à développer le lien avec la Ligue de Voile de Martinique qui a fait un superbe boulot ; il faut aussi à mon sens travailler le lien avec la population Martiniquaise pour être capable de la mobiliser comme c’est le cas par exemple dans le Tour des Yoles ; les coureurs qui étaient basés à la plage de la Française ont été frappés du nombre de martiniquais qui sont venus les voir et leur poser des questions sur le fonctionnement de leurs belles machines à foil.

    « Il y aura donc une 2ème édition de la MARTINIQUE FLYING REGATTA en 2019 ? »

    MR – C’est évidemment aux institutions publiques Martiniquaises de décider mais je l’espère ; dans tous les cas il faudra que je dise rapidement aux responsables des différentes séries avec qui nous travaillons aussi toute l’année sur d’autres projets de bloquer les calendriers pour l’année prochaine, le salon nautique en décembre prochain est d’ailleurs généralement le lieu de ce type d’annonce et le bon timing de préparation tant pour les coureurs que les organisateurs.

    • Bilan d’une première édition •

  • Mazella marque de son empreinte la Martinique Flying Regatta

    Pour la première fois, la Martinique Flying Regatta, rassemblait uniquement des séries à foils : GC32, KiteFoil, Windfoil, Moth et Onefly, Flying Phantom. Après une semaine de compétition, les deux meilleurs de chaque classe

  • Redistribution des cartes sur la Martinique Flying Regatta

    C’est sur un parcours côtier que les GC32, KiteFoil et Windfoil se sont engagés depuis le pied du Fort Saint Louis de Fort de France, pour un un raid de plus de 26 milles jusqu’au célèbre Rocher du Diamant. Les Onefly

  • Le paradis des séries à Foils

    Sur le rond des Moths, Benoit Marie, victime d’une avarie sur son bateau, perd aujourd’hui de sérieuses places au classement laissant ainsi la part belle à Anthony Rezzoug, qui remporte trois des 4 manches du jour :

  • Journée parfaite pour les planches à voiles

    Les forts alizés – 25 nœuds – n’ont pas permis à toutes les séries de naviguer aujourd’hui laissant la part belle aux KiteFoil et Windfoil, pour qui, les conditions étaient exceptionnelles ! Trois courses ont pu

  • Envolées sur la Martinique Flying Regatta

    Les conditions dans la baie de Fort de France n’auraient pas pu être meilleures aujourd’hui avec 18-20 nœuds de vent et une mer plate. Les GC32, les Moth et Onefly engagés ont pu courir trois courses tandis que les

  • Le meilleur des bateaux et séries à foil “nouvelle génération” débarque dans les Caraïbes

    Ces dernières années, le foil a révolutionné le développement des performances de navigations. Il a eu un impact sur toutes les classes et courses : des trimarans géants Ultime et IMOCA 60 de la Route du Rhum aux catamarans

  • Extreme Sailing Series – Acte 6, San Diego, USA

    18 octobre 2018 • • Vues: 0

  • A Ben Ainslie l’étape toulonnaise. A Franck Cammas le Tour !

    La mer agitée qui est entrée par le Sud-Est de la Rade de Toulon a empêché de lancer les courses de ce dernier jour de compétition de la GC32 TPM Med Cup, dernière épreuve du GC32 Racing Tour 2018. Les huit GC32 se sont

    15 octobre 2018 • GC32, GC32 Racing Tour, Monotypie • Vues: 493

  • INEOS Team UK prend la tête de la GC32 TPM Med Cup

    Après les orages, les pluies torrentielles et la grisaille générale des derniers jours, la Rade de Toulon a offert une ambiance totalement différente pour la deuxième journée de la GC32 TPM Med Cup, dernière épreuve de la

    13 octobre 2018 • GC32, GC32 Racing Tour, Monotypie • Vues: 388