Les raisons d’un succès

© Christophe Jouany / Les Voiles de Saint-Barth

La petite île de Saint-Barth vient, et pour la troisième année consécutive, d’offrir au Yachting International une de ces semaines rares où l’exceptionnel l’a disputé à l’extraordinaire, tant dans l’intérêt des régates proposées sur l’eau, que dans la convivialité des instants d’amitié et de communion offerts à terre. Les organisateurs peuvent, de l’avis unanime des quelque 800 marins réunis pour l’occasion, s’enorgueillir d’avoir en seulement trois éditions, imposé un concept de belles courses festives qui font des Voiles de Saint-Barth un rendez-vous désormais incontournable du printemps Caribéen. La progression fulgurante des engagés d’édition en édition est appelée à se poursuivre, tant, de Newport &agrave ; Miami, Porto Cervo ou Palma, le mot est désormais lancé parmi les amoureux des belles voiles ; le yachting resplendit à Saint-Barth, et nulle part ailleurs avec autant de vitalité et d’enthousiasme. Rendez-vous du 8 au 13 avril 2013 pour la quatrième édition.

28, 48, 65… ces simples chiffres du nombre des participants aux trois premières éditions des Voiles de Saint-Barth pourraient seuls suffire à traduire le succès d’un événement au concept simple, mais qu’un calendrier déjà bien fourni et un contexte économique difficile rendaient aléatoires. La conviction de François Tolède et Luc Poupon et de leurs équipes n’ont supporté aucun atermoiement ; Saint-Barth, son climat paradisiaque, son environnement maritime idyllique, sa culture de la mer et de l’accueil sont faits pour offrir aux amoureux des belles coques tous les ingrédients d’instants nautiques bénis, de belles navigations et de rencontres entre passionnés. L’horloger Richard Mille et l’équipementier Gaastra ont dès le départ rejoint les professionnels du tourisme, les collectivité s de l’île et les autres partenaires dans cette conviction et la magie a immédiatement opéré. Elle se répète ainsi chaque début avril, immergeant de plus en plus de skippers, marins et propriétaires dans son envoûtant tourbillon d’actions et de bonheur de vivre.

Quatre courses, dans un « range » de vent extrêmement varié entre 5 et 25 nœuds, ont ainsi été validées sur quatre parcours différents, tous plus tactiques et plus spectaculaires les uns des autres. La mer s’était faite lisse et plate cette année, facilitant la glisse des spectaculaires IRC 52 et autres Carkeek 40. Pas moins de 10 Maxi Yachts ont de nouveau, et en vain, donné la chasse à Rambler 90 qui s’octroie un second trophée après son succès de 2010 (C’est Rambler 100 qui l’a emporté l’an passé faisant de son même propriétaire l’auteur d’un joli coup du chapeau). Chacun des 7 groupes en lice a donné lieu à de sévères et néanmoins fraternels engagements. La qualité des équipages, au sein desquels brillent moult spécialistes internationaux des plus grandes régates planétaires, stars des Coupes de l’America, de la course au large ou de l’Olympisme, confère aux régates de Saint-Barth une excellence qui participe aussi à la flatteuse réputation de l’événement. Les Tony Rey (PowerPlay), Ashley Wolfe (Mayhem), Bouwe Bekking (Nilaya), George David (Rambler90), Steve Murray (Decision), Gavin Brady (Vesper), Scott Vogel (Rambler), Cam Lewis (Paradox), Charlie McKee et Ross MacDonald (Mayhem), Jeff Madrigali, et Nacho Postigo (PowerPlay), ou Dee Smith (Decision), ainsi que les Français Jean-Paul Mouren (Med Spirit), Lionel Péan et Jacques Vincent (Sojana) ont ainsi toute la semaine animé de somptueuse manière le plan d’eau de Saint-Barth et apporté, si besoin était, un surcroît de crédibilités aux épreuves.

S’ils se réjouissent tout naturellement de tant de bonheur partagé par l’ensemble des participants, Les organisateurs et leurs équipes ont d’ores et déjà les yeux tournés vers 2013. Les inscriptions sont ainsi déjà ouvertes pour la semaine du 8 au 13 avril 2013 et il y a fort à parier que les retardataires à signer les fiches d’engagement pourraient s’en mordre les doigts ; « Le port de Gustavia n’est pas extensible » prévient François Tolède, « et nous allons très vite atteindre un stade critique. » Plus que la quantité, c’est bien la qualité des hommes et des bateaux que ciblent les Voiles de Saint-Barth. « On vient ici par passion » poursuit François Tol&egra ve;de, « par passion pour son bateau, pour son équipage et pour ces moments d’intenses sensations qu’offre notre plan d’eau toujours venté et bordé de décors à couper le souffle. La convivialité à terre découle de cette passion de gens heureux qui aiment partager leurs émotions. Nous ne faisons qu’encadrer ces moments de communion, par une mise en scène festive à terre sans faute de goût…. » Musique « Live », feux d’artifice, village de course où la gaîté est le mot d’ordre, additionnés aux charmes induits d’une île toute entière tournée vers l’accueil « à la française » ont achevé de séduire tous les participants. Skippers et propriétaires se sont ainsi succédés sur le podium de clôture de cette édition décidément hors du temps et hors des normes par ces mots inlassablement répétés ; « We’ll be back ! ».

Source

Mer & Média

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Les Voiles de St Barth