Top départ pour les Voiles de St Barth

© Christophe Jouany / Les Voiles de St Barth

L’air soucieux arboré ce matin par les responsables de la direction de course, Luc Poupon et Loïc Ponceau, et partagé par bon nombre de navigateurs, trouvait sa justification dans des bulletins météo particulièrement pessimistes et qui laissaient augurer d’une journée calme et maussade. Que nenni ! C’est au contraire une journée de régate pleine, ensoleillée et parfaitement propice à de virils mano a mano dans toutes les classes qui a présidé à l’ouverture des troisièmes Voiles de Saint-Barth. Grâce en soit rendue à cette même direction de course, qui a su lancer dès midi les départs des 7 classes engagées, et qui a su proposer un joli parcours sur la face sud la plus ventée de l’île, pour 17 milles de régate sur une mer parfaitement plate, sous un généreux soleil et dans un vent qui aura offert jusqu’au bout ses 6 à 8 nœuds de secteur est. Les sourires des protagonistes à l’arrivée à Gustavia en disaient long sur l’intensité du plaisir pris sur l’eau, à régater au contact sur un parcours exigeant et technique. Chaque classe a déjà livré son lot de prétendants aux lauriers ultimes. De beaux duels s’annoncent. Les Voiles de Saint-Barth démarrent en trombe.

« Fantastic start »

Tony Rey, tacticien aux multiples campagnes de la Coupe de l’America (Young America, Stars&Stripes, Desafio Espanol…) et des Jeux Olympiques, s’est à l’évidence une nouvelle fois beaucoup amusé sur le plan d’eau de Saint-Barth à bord du IRC 52 Power Play; « Le départ était fantastique, les trois IRC 52 bord à bord, luttant avec les Maxi Yachts pour s’emparer de la gauche du plan d’eau plus favorable pour parer Gustavia avec de la pression. » Le parcours proposé ce jour, parfaitement adapté aux conditions de vent plus stable dans le sud de l’île, exigeait de rester le plus possible à la côte. Une stratégie bien anticipée par Tony Rey, mais aussi par Ashley Wolfe qui glissait son Mayhem sous le vent de Power Play ; « Nous n’avons pas eu le placement que nous souhaitions, et nous avons dû subir la vélocité de Mayhem dans les petits airs. » Tony Rey, tout en se félicitant d’une journée très tactique, au contact d’adversaires aux potentiels similaires, se réjouit à l’avance d’une pleine semaine de régate lancée de si belle manière ; « Même dans peu de vent, les courses ici sont magiques. Nous avons à trois reprises échangé le leadership entre Mayhem, Vesper et nous. Ce fut très excitant tout au long de la régate. Nous n’allons pas nous lâcher d’une semelle tout au long de la semaine.»

Rambler 90 prend ses marques

La catégorie « Reine « des Voiles de Saint-Barth, celle des grands et majestueux Maxi Yacht s’est trouvée dès la première course, et sans grande surprise, son patron. Rambler 90 a navigué aujourd’hui dans le sillage de son aîné, Rambler 100, vainqueur ici l’an passé. Le plan Reichel-Pugh, léger et surtoilé s’est vite dégagé de la flotte compacte du départ, le comité de course ayant réduit et réorientée la ligne, pour partir avec du vent frais vers Gustavia, La Grande Pointe et les Roches Roubes. George David et ses hommes n’ont ainsi laissé à personne le soin de mener les débats et c’est en moins de trois heures que le grand proto en terminait avec le parcours pourtant peu venté. Le Néerlandais Bouwe Bekking, tacticien de Nilaya, reconnaissant la supériorité de Rambler, acceptait de bonne grâce sa deuxième place du jour, très gratifiante au demeurant, et au regard des forces en présence.

Réduction de parcours pour les Spinnackers 1 et 2

Si les véloces IRC 52 et Maxi-Yachts ont sans coups férir négocié les petits airs du jour, les classes spinnackers 1 et 2, ainsi que les non spinnackers, ont vu leur parcours réduit quand une zone déventée s’est installée sur la zone d’arrivée. La grande majorité du parcours a cependant pu être effectuée dans de bonnes conditions. Vainqueur l’an passé, le X-Yacht de 60 pieds Nix au Néerlandais Nico Cortlever poursuit sur des performances de la même veine qu’en 2011. Il parvient à tenir la dragée haute au proto ultra léger Decision et à l’ancien VOR 60 Assa Abloy désormais renommé Amber Sail. Son duel avec le Marten 49 Defiance de Clay Deutsch sera l’un des duels à suivre cette semaine;

Yacht exceptionnel : Decision Carkeek 40

Voilier très observé en ce moment, surtout chez les régatiers Américains en quête d’une nouvelle jauge de voiliers rapides au large comme en course « entre trois bouées », le Carkeek 40 Decision poursuit sa campagne de mise au point aux Voiles de Saint-Barth après sa récente mise à l’eau. Le designer Sud Africain Steve Carkeek a signé pas moins de 15 TP 52 dont Quantum, et nombre de GP 42. Il a mis toute son expérience dans son Carkeek 40, optimisé pour intégrer la nouvelle jauge HPR (High Performance Rule) que de nombreux régatiers appellent de leur voeux aux Etats-Unis. Construit en carbone et doté des équipements les plus pointus du moment, Decision est le premier des trois 40 pieds construits en Chine. Le voilier annonce un peu moins de 3,5 tonnes sur la balance et semble donner toute satisfaction à son propriétaire Ste ve Murray qui navigue à Saint Barth avec son fils

Skipper du jour : Bouwe Bekking, tacticien de Nilaya

Néerlandais bon teint né à Deventer voici près de 50 ans, Bouwe Bekking a pourtant choisi de faire sa vie au Danemark. C’est depuis la presqu’île du Jutland que depuis plusieurs décennies il prépare des campagnes de course au large qui ont au fil des ans fait de lui le marin le plus prolixe et le plus titré de sa génération. Sa participation l’an passé aux Voiles à bord du maxi Highland Breeze l’a convaincu de revenir dès cette année à bord d’un voilier susceptible de rivaliser aux avant-postes. Tacticien à bord du Maxi Nilaya, il a réuni pour l’occasion un équipage d’amis, encadrés par pas mois de 6 professionnels Belges et Néerlandais. « Le Comité de course a fait un super boulot aujourd’hui » tient-il à signaler dès son retour au port ; « Le parcours était parfaitement adapté au temps, et le petit réasjustement de la ligne de départ nous a permis de partir avec de la pression. » Bouwe Bekking aime Saint-Barth. Il a découvert aujourd’hui que même le petit temps ne pouvait entamer la magie des régates.

C’est à Saint Barth… et nulle part ailleurs…

Du vécu, du direct, du Live…

Autre innovation qui va ravir les internautes, la possibilité offerte par l’organisation des Voiles de Saint-Barth, via la société Solutech basée à Saint-Barth, de suivre in vivo une bonne partie des courses, grâce à une caméra périphérique montée sur les hauteurs de Gustavia et qui balaie une bonne partie du plan d’eau grâce à son puissant zoom. Phases de départ et d’arrivée des régates peuvent ainsi être admirées quel que soit votre lieu de résidence dans le monde. Une seconde caméra invite les internautes à partager la fête puisqu’elle couvre la scène sur laquelle se produise chaque soir les meilleurs musiciens de la Caraïbe. L’émission consacrée aux Voiles et réalisée chaque jour par Radio Saint-Barth peut, elle aussi, être suivie par l’une des caméras de Solutech relayée par le site officiel de l’épreuve, http://www.solutech.net/live/

Un petit air de Méditerranée

C’est le Marseillais Jean-Paul Mouren qui l’affirme, l’oeil pétillant d’envie de renouer avec le plaisir de naviguer à Saint-Barth, l’île avait aujourd’hui revêtit des atours très… Méditerranéens. “Les Transat AG2R m’ont donné le goût de Saint Barth” rappelle-t’il. “J’ai longtemps cherché le paradis sur terre. Et je crois bien que je l’ai trouvé à Saint Barth. On vient chercher ici non pas la prime de course, mais la prime au bonheur, immédiat, absolu, à engranger de suite. J’ai d’ailleurs tenu à faire profiter mes amis Marseillais autour de Jean Pierre Dreau. Nous naviguons ainsi en Classe Maxi, à bord de Med Spirit, un bateau tout carbone certes un peu dépassé, mais qui a de très beau reste, avec un équipage Méditerranéen… et la météo du jour, mer calme, vent faible &agra ve; modéré, ressemble à la Méditerranée au mois d’août…”

Ils sont aux Voiles

Difficile de lister tous les marins présents aux Voiles et dont les pedigrees affichent nombre de campagnes de la Coupe de l’America, tours du monde et autres triomphes Olympiques. Notons pourtant les présences des inconditionnels des Voiles depuis leur création : Gavin Brady (Vesper), Scott Vogel (Rambler), Bouwe Bekking (Nilaya), Cam Lewis (Paradox), Charlie McKee et Ross MacDonald (Mayhem), Tony Rey, Jeff Madrigali, et Nacho Postigo (Powerplay), ainsi que Dee Smith (Decision).

Ils ont dit :

François Tolède, organisateur des Voiles de Saint-Barth

« Les Voiles de Saint-Barth, ce sont 120 bénévoles mobilisés cette semaine sur l’événement. Je tiens à tous les remercier. Le pari lancé il y a seulement 3 ans était osé. Avec 67 bateaux, nous sommes comblés tant par le nombre que par la qualité des unités présentes. Notre concept de belles régates conviviales séduit et nous nous en réjouissons… »

Emmanuel Galle, Président Directeur Général de Gaastra France, Sponsor Officiel

« Nous sommes ici en parfaite adéquation avec l’image de nos produits, à la fois techniques et de loisirs. Les Voiles de Saint-Barth sont l’expression d’un yachtisme de qualité, avec de bateaux de haute technologie mais aussi des voiliers de plaisance pure et c’est précisément à l’ensemble de cette communauté d’amoureux de la mer et des bateaux que Gaastra s’adresse. »

Alexandre Schwab, représentant de la marque Richard Mille à Saint-Barth

« Depuis le départ, Richard Mille a cru en l’événement. Nous fabriquons des montres exceptionnelles de technologie, pour des gens exceptionnels. Les Voiles de Saint-Barth rassemblent des voiliers exceptionnels, maniés par des marins exceptionnels. Nous sommes ainsi en parfaite adéquation avec l’événement. »

Le fait du jour :

Visite inattendue à Gustavia ce matin, celle du Class 40 Transport Cohérence de Benoit Parnaudeau et Benoit Jouandet, concurrents de la Solidaire du Chocolat en route pour Progreso au Mexique, contraint à une escale technique pour réparer un vérin hydraulique récalcitrant.
Transport Cohérence s’est amarré au port de Saint Barth au lever du jour, à midi heure française. Soulagés de pouvoir désormais remplacer leur verrin de pilote, et après plusieurs heures passées dans la pétole des île caribéennes, les deux Ben étaient de bien joyeuse humeur.
Benoit Parnaudeau et Benoit Jouandet ont bien l’intention de terminer le parcours : « Pour l’instant il n’y a pas beaucoup de vent sur Saint-Barth. On pourrait mettre le cap sur Progreso en fin de journée ou cette nuit, tout dépend du vent. On va bien regarder la météo. Si on a une opportunité d’être à Progreso avant la fermeture de la ligne d’arrivée le 14 avril, on fonce. Mais sinon, ça ne sert à rien de continuer, pour arriver quand tout sera fini ».
Il est tentant de s’attarder à Saint-Barth, qui vit actuellement à l’heure des Voiles de Saint-Barth, un événement magnifique et festif. « On ne va pas se faire prendre. Si on a une opportunité de toucher un peu de vent, on va y aller ! », assurent les deux Ben.

Météo du jour : Mercredi 4 avril

Légers vent d’est
La tendance sud sud est d’hier évolue vers un régime très oriental se renforçant légèrement, et c’est dans une brise légère pour 8 à 10 nœuds que les régates du jour devraient se dérouler… La mer est belle, et le ciel se couvrira localement de quelques nuages chargés de pluie. A surveiller…

Source

Mer & Média

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Les Voiles de St Barth