Ad Noordzij et Bastiaan Tentij s’imposent !

Enfin du large ! Pour cette dernière journée de compétition, les conditions météo ont permis au comité de course de proposer, enfin, un parcours à l’extérieur de la Baie du Robert. Cette ultime régate est capitale puisqu’elle désigne le vainqueur de l’édition 2024. Elle épouse aussi un format plus conforme à l’esprit “Raid” que les concurrents affectionnent tant et qui est la marque de fabrique du Martinique Cata Raid.

C’est donc parti pour une manche d’une quinzaine de milles : un départ devant le club nautique Wind Force du Robert, un grand bord de près jusqu’à l’îlet Loup Garou, un bord de reaching, aller/ retour, pour contourner une bouée proche de le “Petite Caye” avant de revenir au portant dans la baie où est jugé l’arrivée.
Tous le savent cette course est décisive ; les écarts au classement sont suffisamment faibles pour tout espérer ou tout craindre, tout gagner ou tout perdre !

Ils l’avaient promis ce matin avant le départ : ils l’ont fait !

Nicolas Gillet et Nicolas Poix (Socoveam Amnizi) étaient particulièrement heureux ce matin d’aller se confronter au large. Eux, adorent ce terrain de jeu et y naviguent comme des poissons dans l’eau. Sur cette ultime manche, les Nico’s ont dominé la course, maîtrisant leur sujet de bout en bout : une suprématie qui n’a souffert d’aucune contestation.

Gurvan Bontemps et Fred Moreau (French Caribbean – Stickerman), grands animateurs de la semaine, terminent le parcours en deuxième position devant Matthieu Marfaing et James Melvin ( Cirrus – MM Sailing).

Ad Noordzij et Bastiaan Tentij (HorseRidingSpain), vainqueurs en F18
C’est donc la paire néerlandaise constituée d’Ad Noordzij et Bastiaan Tentij qui s’impose au classement général sur ce Martinique Cata Raid 2024 ; une victoire construite notamment grâce à une grosse vitesse au reaching et au portant, une belle gestion du risque et surtout une impressionnante régularité. Pour Ad, naviguer est avant tout un loisir. Entrepreneur indépendant, il est conseiller auprès d’entreprises d’investissement : “Je prends souvent des décisions difficiles dans des conditions difficiles ! La gestion du risque est mon quotidien. Cette semaine sur le Martinique Cata Raid est justement un très bel exemple de gestion du risque !”

Bastiaan, lui, est un habitué de la compétition. Coureur professionnel pendant de longues années, il avait pourtant raccroché le harnais depuis près de 10 ans : “J’ai aujourd’hui un boulot, une famille, des enfants, mais toujours autant de plaisir à retourner sur l’eau !” Surtout Bastiaan n’a rien perdu de son talent. “J’ai redécouvert le F18 qui a beaucoup évolué, c’est sympa de redécouvrir ce support, j’ai appris plein de nouvelles choses.”
Ad et Bastiaan se connaissent depuis un peu moins de 15 ans mais c’est seulement la troisième fois qu’ils naviguent ensemble. “C’est notre première fois en Martinique dans cette magnifique Baie du Robert et notre première vict oire, se réjouit Bastiaan. On est un peu déçu de ne pas avoir fait le tour de l’île mais on a eu une merveilleuse semaine de compétition avec un niveau très haut, des équipages très proches tout le temps. Ils nous ont rendu la vie difficile sur l’eau !
Je pense que nous avons fait moins d’erreurs et peut-être été un peu plus chanceux parce qu’on a été épargnés par la casse C’est le petit coup de pouce dont on a besoin parfois pour gagner. On a aussi su bien gérer nos courses, “lever le pied” quand il le fallait, ne pas prendre de risques inutiles, et pousser fort si nécessaire !
Nous avons eu un peu de chance de passer au travers des déboires techniques, le bateau va bien, nous allons bien, excepté mes mains, mais oui cette semaine en Martinique a été incroyable. C’est sûr, nous reviendrons !”

Yohan Debauque et Barbara Mazoyer, Vainqueurs en F16
En F16, le suspens était, il faut le reconnaître, moins insoutenable. Yohan Debauque et Barbara Mazoyer ont largement devancé les débats, remportant toutes les manches disputées face à Peter Vaes – Charlotte Dekien, sauf celle du jour ! “On finit quand-même dans leurs safrans : l’image est belle !” sourit Yohan. Il faut dire qu’ils reviennent de loin : victimes hier d’un refus de tribord, Yohan a passé une grande partie de la soirée avec un autre concurrent, Tom que je remercie infiniment, à réparer le bateau pour pouvoir repartir ce matin. “Hier soir, Barbara était à deux doigts d’abandonner. Cette collision, ça a été un peu la goutte d’eau après une semaine t rès compliquée et éprouvante techniquement”. Notre plus grand défi, reprend Barbara, c’était que le bateau puisse tenir, mais oui, on est contents, c’était une belle régate”.
Les deux jeunes marins, tous deux moins de trente ans, repartent donc de Martinique, avec, en poche le titre de vainqueur F16 en catégorie F16.

Ils ont dit :

Yohan Debauque et Barbara Mazoyer, Vainqueurs en F16
“Les vagues étaient assez impressionnantes mais au bout de 5 jours, on est à peu près rodés dans le gros temps.

J’étais déjà venu faire ce tour de la Martinique en F18 en 2020. Là, on a eu un format différent dans la Baie du Robert, en F16, avec Barbara qui n’avait jamais fait de F16 avant. C’est notre deuxième navigation ensemble, il reste beaucoup à caler mais c’était vachement sympa. On commençait à être aux petits oignons sur les dernières navigations. On a beaucoup travaillé sur le bateau avec des résultats, c’est satisfaisant”.

Ad Noordzij et Bastiaan Tentj (HorseRidingSpain), vainqueurs en F18
On a pris un départ terrible. Ensuite, au près, on regagne un peu de terrain mais pas tant que ça, on doit pointer en 8 ou 9éme position. C’était un peu chaud dehors avec de grosses vagues. On est resté proches sur le bord de reaching et là, Bastiaan s’est mis a faire des calculs…
En rentrant dans le chenal, on a envoyé le gennaker, et là, on vole littéralement ! On finit juste derrière Matthieu [Marfaing et James Mervil], quatrièmes ; Gurvan et Fred font deuxième, le boulot est fait ! J’adore vraiment ce genre de conditions, je n’ai pas besoin d’aller dans les manèges pour avoir ce genre de sensations, il me suffit de monter sur mon bate au !

Gagner ici c’est une énorme surprise pour nous, vraiment ! On est venu sans savoir à quoi nous attendre, on pensait faire le Tour de la Martinique. On aime les courses longues distances ; moi j’adore ça alors qu’on a switché sur un format de course plus “traditionnel”. Le premier jour, avec notre 7ème place, on s’est dit qu’on était peut-être à notre place, et le lendemain, on fait des manches de 2 et de 1 ! Il s’est passé quelque chose à ce moment-là ! Les autres aussi ont eu de plus mauvaises manches avec des déboires techniques. Nous avons été complètement épargnés par ces ennuis ; nous avons beaucoup travaillé sur la préparation en amont en checkant tout le matériel et on a vu aussi certains coureurs pousser un peu fort, prendre des risques dans les cailloux, ce n’était pas notre cas.

Gurvan Bontemps et Fred Moreau (French Caribbean – Stickerman), deuxièmes de la course au jour, et deuxième du Général F18

Aujourd’hui, notre sort n’était pas qu’entre nos mains. C’était une super manche, on prend un très bon départ, on savait qu’il fallait mettre trois place à Ad et Bastiaan. On passe troisième à l’Îlet du Loup Garou et notre adversaire était dixième à ce moment-là. Dans le grand bord de reaching, on n’a pas été déçu ; il y avait du vent et des vagues. On s’en sort plutôt bien en revenant sur Matthieu Marfaing et James Melvil, qu’on passe à la bouée, avant de temporiser. On voyait les Nicos devant, surmotivés. On a préféré assurer le coup. Derrière, Ad et Bastiaan ont été plus forts que les autres bateaux autour et sont revenus ; on finit deux, eux, quatrième : une super manche mais un résultat pas suffisant pour rev enir au général.
On est hyper content d’être là avec cet un accueil et cette ambiance martiniquaise toujours excellente. Avec Fredo, on n’avait pas navigué ensemble depuis 5 ans ; on a eu besoin de se remettre un peu en route. On avait aussi un nouveau spi qu’il a fallu apprendre à utiliser au mieux et on eu quand même pas mal de petits problèmes : barre de liaison tordue, safrans arrachées, une dérive cassée, un amure de spi qui lâche hier… Chacun a eu des déboires, mais finalement avec toutes ces embûches, on est très heureux d’accrocher cette très belle deuxième place !
Cette course est particulièrement intense, il y a, aujourd’hui pas mal de fatigue, on n’a jamais navigué sous 15 nœuds de vent avec beaucoup de mer : C’est un magnifique Martinique Cata Raid 2024 : A refaire !!

Nicolas Gillet et Nicolas Poix (Socoveam Amnizi) vainqueurs de la course du jour et troisièmes au général

On est tellement content ! On est bien partis. On finit fort le bord de près,là,on prend la tête qu’on n’a plus jamais lâchée. Au reaching, on était rapide, à l’aise, sans trop de stress en plus. Vraiment je suis très content de cette édition ! L’organisation a fait les bons choix sur cette semaine, même si on aime aller naviguer dehors. J’avoue que j’étais vraiment enthousiaste ce matin, parce que ce format de navigation c’est vraiment ce qu’on aime avec Nico.
On finit sur le podium à la troisième place, comme l’an passé, mais avec tellement plus de niveau cette année, encore une fois c’est génial et Nico a super bien géré, il a été costaud aujourd’hui, on a bien progressé cette année !

Source

Eve Bougault

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : F18