Le point de vue du coach, Pierre-Alexis Ponsot, dit PAP

2015, SPI OUEST FRANCE, SPI OUEST FRANCE INTERMARCHE 2015, REGATE, DIAM 24

© Jean-Marie Liot

Pierre-Alexis Ponsot est le coach des Diam 24 GDF SUEZ, Sodebo, Spindrift et Vannes Agglomération Golfe du Morbihan. L’ancien membre de l’équipe de France de Voile en star connait bien le Tour de France à la Voile. Il était notamment le coach de Courrier Dunkerque l’an dernier.
Depuis le début de l’année 2015, celui que tout le monde surnomme PAP est sur tous les fronts. Avec ce passage au Diam 24, tout est nouveau. De la préparation sportive et technique au coaching sur l’ensemble des épreuves de la saison Diam 24 en vue du Tour de France à la Voile, il nous raconte son rôle de « générateur de performance ».

Nous avons commencé les entrainements le 6 janvier. Globalement, on a fait un stage d’entrainements de cinq jours, tous les quinze jours. On arrive donc au Spi Ouest avec neuf stages dans les pattes, soit 45 jours de navigation. Pendant les entrainements, le groupe était constitué de GDF SUEZ, des deux bateaux Spindrift, des deux bateaux Sodebo et de Vannes Agglo Golfe du Morbihan.

Sobebo et GDF SUEZ ont commencé à naviguer ensemble en janvier. Puis Spindrift a rejoint le groupe en février. Concernant les jeunes de Vannes Agglomération Golfe du Morbihan (Quentin Delapierre, Matthieu Salomon, Arthur Ponroy, etc), nous étions dans une logique de les intégrer dès le début des entrainements pour qu’ils sautent dans le train en route. Ils n’avaient pas encore de bateau, nous avons donc fait un mixte avec les équipiers de Sodebo.

Sur un Diam 24, l’important est de faire pas mal d’heures sur l’eau car c’est un bateau très technique, notamment lors des virements de bord, mais pas seulement. Par exemple, toutes les transitions entre le petit temps (moins de 10 nœuds) et le temps medium sont particulièrement difficiles à gérer. C’est dans ces moments-là qu’il y a beaucoup de pertes car on change radicalement de fonctionnement de bateau.
Il y a donc deux modes de conduite, deux modes de fonctionnement, et deux modes de réglages. Et c’est tout cela qu’on travaille aux entrainements.

Pour nous, le Spi Ouest-France va nous permettre d’évaluer le travail qu’on a fourni jusqu’à présent. Il y a des petits soucis de matériel sur les bateaux mais c’est normal, c’est la mise en route. Il faut caler tout ça avec le chantier pour que tous les bateaux puissent bien naviguer sur le Tour de France à la Voile cet été et lors des prochaines épreuves de la saison (Grand Prix Atlantique, Grand Prix Guyader, GPEN, Multico Bénodet, la Normandy Sailing Week).

Cette année, mon rôle est de mettre en place la préparation sportive et technique, constituée des 9 stages, de définir la stratégie de préparation, d’organiser les contenus d’entrainements et de gérer toute la partie coaching sur les épreuves. Je m’occupe prioritairement de GDF SUEZ, Sodebo et Vannes Agglomération Golfe du Morbihan.

Le coach doit être véritablement ce que j’appelle « un générateur de performance ». La performance, c’est la partie sportive, et le coach est là pour mettre en musique les qualités des sportifs afin qu’ils puissent s’exprimer pleinement le jour de la compétition. Evidemment, parallèlement à cela il y a toute la préparation physique. Sur ce sujet-là, je travaille en collaboration avec François Bonneau (le préparateur physique de Sodebo) pour discuter des contraintes techniques, physiques et énergétiques que le Diam 24 demande. Derrière, l’objectif est de mettre en place un programme adapté. Pour GDF SUEZ, c’est un peu particulier car ils ont un projet GC32 en plus du Diam 24, donc l’idée est qu’ils soient sur un objectif de maintien physique plus que de préparation physique.

Après, sur chaque régate, je communique beaucoup avec les équipages. Ici par exemple, le matin, suite au briefing général pour la flotte, je fais un briefing individuel avec chacun de mes teams pour préparer la journée. Ensuite, sur l’eau, entre chaque manche je prends mes informations, eux prennent les leurs, on échange, on expose les points positifs et négatifs puis on définit une stratégie de course. Le soir, au retour ponton, on fait un debrief général tous ensemble.

Source

Diam24 OD

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Diam 24

Les vidéos associées : Spi Ouest France