Le Grand Prix Guyader, musclé et convivial

  • © François Van Malleghem
  • © François Van Malleghem
  • © François Van Malleghem
  • © François Van Malleghem
  • © François Van Malleghem
  • © François Van Malleghem
  • © François Van Malleghem
  • © François Van Malleghem

C’est le dernier week-end du Grand Prix Guyader, véritable festival dédié à la mer sous toutes ses facettes. Aujourd’hui, c’était au tour des adeptes du Stand up Paddle, des kayaks et des pirogues d’évoluer en baie de Douarnenez. Les conditions météo particulièrement musclées n’ont pas permis aux Dragon de faire un dernier tour de piste avant la clôture de leur Trophée BMW, en revanche, pour les Stand up Paddle et les kayak, c’était la fête !

Du beau monde sur l’eau

Après les initiations en Stand Up Paddle qui ont fait le plein pendant deux jours, place au sport et à la compétition avec le Trophée Materne et la course longue distance réservée aux pratiquants confirmés.

Faustine Merret, la championne olympique de planche en 2004 qui est désormais à la barre du Pôle France Voile à Brest, fait du Stand up Paddle depuis que cette activité a été créée. « C’est une forme de loisir compétition qui s’est bien développée dans le coin, on peut pratiquer sans faire beaucoup de kilomètres. Aujourd’hui à Douarnenez c’est la version extrême qui est proposée par l’organisation du Grand Prix Guyader. Alors on y retrouve forcément du beau monde, c’est une discipline qui réunit beaucoup de milieux du nautisme, il y a des gens de tous les horizons. C’est chouette ». En effet, et au gré des rencontres avant le départ on peut ainsi croiser le Basque Rico Leroy, champion de France de pirogue et champion du monde de surf tandem, cette discipline ahurissante et spectaculaire qui consiste à faire des figures à deux sur une seule planche de surf ! «Je viens tous les ans ici pour le Grand Prix Guyader qui est incontournable en France. Les conditions aujourd’hui sont formidables, on va suivre les éléments, c’est parfait ! ». Autre croisement, autre figure, celle du Figariste, Eric Péron tout juste rentré de sa Transat AG2R avec Nicolas Lunven sur laquelle ils se sont classés cinquièmes. «J’aime ces parcours longs avec du vent. C’est à la fois technique et physique. Si tu n’as pas la caisse, tu ne peux pas. En voile, ce n’est pas le physique qui fait la différence. Ça permet de garder la forme, de faire son cardio. Et puis, on retrouve les copains d’autres disciplines, c’est convivial. C’est l’esprit Guyader !».

Un parcours de 16 kilomètres a été proposé aux 42 téméraires inscrits au départ de Pors Lanvers jusqu’à la plage de Kervel à Douarnenez. Ces sportifs accomplis ne redoutaient pas les conditions, pourtant musclées, qui régnaient en baie de Douarnenez. Un vent d’ouest de plus de 25 nœuds avec des rafales à 30 balayait la zone de course et une belle houle accompagnait ces équilibristes. « Ils vont se régaler » se réjouissait Erwan Le Léannec, l’organisateur, « tout est dans le bon sens, la houle, la brise, c’est parfait ! ». Le départ a été donné à 15 h 22 et après près d’une heure et demi de course, c’est Didier Leneil en 14’0 et Arthur Daniel en 12’6 qui ont franchi la ligne les premiers.

Lumières et houle pour les kayaks et les pirogues

C’était du sélectif national pour le championnat de France dont il était question aujourd’hui en pirogue, V6 et kayak avec trois courses différentes pour les enfants, les hommes et les femmes. Les embarcations partaient de la plage des Sables Blancs pour un parcours de 12 milles. «C’étaient de très bonnes conditions pour notre sport » expliquait Julien Coulloc’h, l’organisateur. « Il y avait plus de quatre mètres de creux à l’entrée de la baie de Douarnenez, donc une très belle houle sur la zone de course conjuguée à une belle brise et de superbes lumières, que demander de plus ? Ce que nous aimons, ce sont les longs surfs pouvoir naviguer avec le vent comme complice et nous avons été largement servis ».

Auf wiedersehen les Dragon

Ils ont fait six belles courses avant de tirer leur révérence du Grand Prix Guyader aujourd’hui sans avoir pu en réaliser une dernière ce matin comme ils l’espéraient encore hier, surtout ceux qui comptaient remonter peu ou prou au classement…. Après avoir consulté les fichiers météo Jean Gabriel Le Cléac’h a décidé de ne pas envoyer les Dragon sur l’eau. Pas de risque inutile et pas de regret pour les Dragonistes qui avaient fait le plein de courses dans des conditions idéales. Ce sont des fidèles de Douarnenez, ils sont présents depuis l’origine et constituent l’ADN du Grand Prix. Tommy Muller sur Sinewave (GER 1133) a remporté son troisième Grand Prix et il est le seul, jusqu’ici, à avoir réalisé ce triplé. Très applaudi lors de la remise des prix cet après midi, Tommy, le boss de l’édition 2014, était ému : «Je viens ici depuis 15 ans et je suis très honoré par cette troisième victoire qui ne serait naturellement pas possible sans mes équipiers. En premier lieu ‘monsieur Dragon’, six fois vainqueur de la Gold Cup, mon fidèle Vincent Hoesch et Marc Pickel qui, je l’espère, reviendra l’an prochain avec moi ici ».

Retour d’une nuit agitée

Les six M34 sont revenus dès potron-minet au port de Tréboul aujourd’hui. Il était 5 heures ½ quand le premier, Groupama, est venu s’amarrer au ponton. Et du premier au dernier, les marins se sont dits rincés, crevés, cramés… Bref, cette course a été éprouvante, longue et musclée. Partis hier à 17 heures, les bateaux du Tour de France Voile ont réalisé un parcours de 103 milles dans des conditions qui n’ont cessé de se dégrader et, au petit matin, c’est sous une pluie battante et un vent très fort que leurs préparateurs les ont récupérés. Arrivé deuxième, Daniel Souben (Courrier Dunkerque) a joué de malchance en se prenant un casier quelques milles avant la délivrance. Nicolas Troussel (Bretagne Crédit Mutuel) n’a pas non plus été épargné : « A moins de 4 minutes 30 du départ, nous avons été obligés d’affaler la grand voile et de monter dans le mât. Cela nous a mis dans le rouge et nous a un peu déstabilisés, ce qui n’était pas idéal pour attaquer le long bord de près jusqu’à la pointe du Raz. Nous finissons quatrièmes, un peu déçus, forcément ». Quant aux Nantais (Nantes St Nazaire), ils ont carrément dû abandonner après une rupture de Hauban.
Julien Villion, le navigateur de Franck Cammas sur Groupama vainqueur de la course offshore explique : « En arrivant à la première marque de parcours, l’Occidentale de Sein, nous avions réussi à creuser un petit écart de six longueurs. Dans le bord de portant suivant, on a encore choisi la bonne option, sans trop nous préoccuper de Courrier Dunkerque qui choisissait une autre route. A la deuxième marque de parcours, on avait 0,4 milles d’avance. Le reste de la course offrait moins d’opportunités pour nos poursuivants. Malgré tout, dans un vent qui ne cessait de forcir pour atteindre 27 nœuds dans les rafales, Courrier Dunkerque et Omansail n’ont jamais lâché. On a vraiment été sous pression tout du long ».

Demain, la pêche !

Le Grand Prix Guyader baissera le rideau sur l’édition 2014 demain et cette clôture sera originale avec une grande première : l’organisation d’un concours de pêche multi espèces en baie de Douarnenez dans les limites de zones cartographiées. Ce concours se fera en une manche non-stop de 10h00 à 16h00. Ouvert à tout type d’embarcation, aux amateurs comme aux “professionnels” de ce type de rencontres, ce concours convivial vise à favoriser la qualité et la diversité. La remise des prix et la tombola avec ses nombreux lots aura lieu à 17 heures.
Les M34 courront une dernière manche le matin. Les Paddles et les Kayaks réaliseront de nouveaux parcours et le village de la CCI Quimper Cornouaille sera ouvert jusqu’à 19 heures.

Source

Véronique Guillou Le Bivic

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Grand Prix Guyader