Quand le vent joue les filles de l’air

© Jacques Vapillon

Ce sont des conditions météo pour le moins variables qui ont régné à Douarnenez pour ce deuxième jour du Grand Prix Guyader. Après une matinée ventée et lumineuse, les courses qui ont pu être lancées cet après midi se sont déroulées dans des petits airs, tandis qu’un temps ‘de curé’ prenait ses aises en baie de Douarnenez. Si toutes les séries, sauf les Dragon, ont pu courir, la mise en place des ‘runs’ du Défi Nautic s’est révélée impossible et les ailes des Kites sont restées sur le sable.

Ça bascule à Douarnenez

A Tréboul ce matin, sous le chapiteau de l’organisation, les marins attendaient que le vent veuille bien être de la partie avant de gagner la zone de départ. Après un petit retard, les bateaux de course océaniques ont pris le départ de leur première course à 11 heures 30. Les Class40 en tête, après un rappel général, puis les Multi50 et le MOD 70. Le vent soufflait alors à 12 nœuds de l’Est et une belle lumière éclaboussait la baie. Les multicoques s’envolaient, le spectacle était époustouflant !

Sur la plage des Sables Blancs, les Kitesurfeurs se préparaient pour aller défier les bateaux de la course au large sur les Runs devant le port du Rosmeur. Mais, une première bascule est arrivée, le vent est passé au nord et s’est fait la belle, ne laissant qu’un seul petit nœud dans son sillage, bien trop peu pour que les ailes s’élèvent dans le ciel qui avait d’ailleurs viré au gris. Alors, l’attente de la bascule à l’ouest a commencé… mais elle a été vaine.

Faute de pouvoir organiser les runs, Jean Coadou, le comité du Défi, a libéré ses troupes sur des côtiers. Plus au large, Jean Gabriel Le Cléac’h a pu lancer une longue course côtière de 20 milles pour les Diam24 One Design et deux parcours ‘bananes’ pour les Mach 6.5. Quant aux Dragon, ils sont rentrés bredouilles au port, sans avoir pu réaliser leur première course de la Coupe de Bretagne – Trophée STEF qui se déroule jusqu’à lundi.

Au final, les Mach 6.5 auront fait deux courses, les Diam24 One Design, une seule et les bateaux du large ont réalisé deux côtiers. En Mach 6.50, Marc de Saint Denis (Mach2SD) est en tête au général provisoire ce soir ; En Diam 24, c’est Vincent Riou sur PRB ; En Multi50 c’est Erwan Leroux sur FenêtréA Cardinal et Musandam-Oman Sail, seul dans sa catégorie, est évidemment en tête. Les Class40, partis sur un long côtier étaient ‘empétolés’ et les derniers n’étaient pas attendus sur la ligne avant 19 heures.

Les 40 pieds ont la classe !

Il y a 12 Class40 engagés sur le Trophée Thalasso. Com du Grand Prix Guyader. Une belle flotte avec, notamment, deux bateaux neufs qui réalisent leurs premiers bords en course à Douarnenez. Il s’agit de Stella Nova de l’Allemand Burkhard Keese et de L’Express-Trépia de Pierre-Yves Lautrou. «Ici, c’est ma baie» nous explique Pierre-Yves, qui, journaliste à l’Express, a pris une année sabbatique pour se consacrer à son projet sur le Rhum 2014. Originaire de la Presqu’île de Crozon, Pierre-Yves vient ici en voisin et en fidèle de la baie. En effet, l’ancien Miniiste aime rappeler que c’est à Douarnenez et en Mini, qu’il a connu ses plus belles victoires mais aussi ses plus grosses défaites. Jean Galfione, le perchiste médaillé olympique est un autre fidèle du Grand Prix Guyader depuis qu’il s’est converti à la voile. « C’est la troisième fois que je viens ici avec mon bateau, depuis que je l’ai en fait. Même s’il n’est pas de la dernière génération (2010), c’est un bon bateau et on se connaît bien lui et moi ».

En soirée aujourd’hui, Tanguy de Lamotte baptisait le bateau de Jean Galfione (Serenis Consulting) sur les pontons de Tréboul. «La première que Jean et moi avons navigué ensemble, c’était ici. J’adore venir à Douarnenez. Cette année c’était particulièrement émouvant puisque, hier, j’ai navigué sur mon ancien Class40 (O.F.I). On est toujours attaché à ses bateaux et celui-là, je l’avais construit. J’étais heureux de constater qu’il était en de bonnes mains, que Manuel Cousin en prend soin, comme moi je le faisais. Et aujourd’hui, c’est Jean que je retrouve en mer. Nous avons fait la Solidaire du Chocolat ensemble en 2012, trois semaines en tête à tête, ça créé des liens. Il m’a demandé d’être le parrain de son bateau, j’ai naturellement accepté ! »

Et pendant ce temps là…

Sur La Barquera les choses sont plus fluides. Après une entrée de nuit en douceur et en glisse sur une mer calme, les concurrents sont dans le Golfe de Gascogne. Aux avant postes, le trimaran Sarimanok profite des allures portantes pour maintenir une vitesse moyenne supérieure à 9 nœuds. Il devrait être le premier à faire son entrée dans le Port de Gijón la nuit prochaine. Sur le plan d’eau, les conditions sont en effet meilleures que prévues. Le vent de nord ouest annoncé mollissant et basculant à l’est, a bien basculé mais en restant suffisamment fort pour pousser les bateaux à haute vitesse. Ils sont d’ailleurs tous restés sur la route directe, et le pointage sat-wiev a flashé le trimaran de Raphael Chivaud à plus de 15 nœuds. Il devance au classement scratch Akela le monocoque de 50 pieds d’Hervé D’Arexy lui aussi auteur de belles pointes de vitesse.

Victime d’une avarie de vit de mulet, la pièce qui relie la bôme et le mat, Zinzolin, skippé en solitaire par Benoit Amalric, a fait demi tour cette nuit au large de la point de Penmarc’h. Il est rentré à Douarnenez par ses propres moyens.

La météo s’annonce toute aussi clémente sur le reste du parcours. Le vent à dominante Est-Nord-Est de 10 à 15 nœuds va continuer à faire porter les spis et le soleil qui inonde Gijón et les Asturies devrait rester présent toute la journée. La nuit s’annonce toute aussi belle pour l’arrivée des premiers avec un vent toujours orienté à l’Est qui va se renforcer lundi aux abords des côtes Ibères pour atteindre 20 nœuds.

Demain le programme à terre se poursuit au village de la CCI Quimper Cornouaille et au Port Rhu. Les bateaux commenceront à larguer les amarres pour gagner leurs zones de courses à partir de 9 Heures 30. Le Défi Nautic et ses runs de vitesse débutera au Rosmeur à 13 heures.

Source

Véronique Guillou Le Bivic

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Grand Prix Guyader