Un final en apothéose

© Tim Wright / Les Voiles de Saint-Barth

Le rideau est tombé samedi sur la 4ème édition des Voiles de Saint-Barth, mettant un terme à une pleine semaine d’intenses régates, dans le vent et sous le chaud soleil de la caraïbe. 5 des 8 groupes en lice ont pu, par la grâce du Comité de course toujours aussi réactif et attentif au plaisir des régatiers, disputer 5 courses, toutes plus diverses et attrayantes, autour de l’île et entre les îlots. Les 700 marins en ont terminé hier avec la compétition par une superbe journée, la plus ventée de la semaine avec 20 noeuds de vent bien établi, et une mer souvent grosse au vent de l’île. Maxi/Racing, Maxi, et les groupes Spinnaker 1 et 2 classes se voyaient offrir dans ces conditions musclées un joli tracé dans l’ouest de l’île, partie plus abritée, de 17 milles, tandis que les catégories Spinnaker 3, Melges 24, Classic, Non-Spinnaker, et multicoques s’envolaient pour un vrai périple de 26 miles dans le nord et l’est de Saint-Barth. A l’arrivée, et c’est désormais une image traditionnelle à Saint-Barth, un grand moment de vraie communion fraternelle et amicale entre des marins venus du monde entier, partageant l’émotion et la satisfaction d’avoir le temps d’une semaine, réalisé les rêves d’idéales navigations au paradis du yachting.

Les favoris s’imposent sans partage
Point de révolution au classement général définitif des 4èmes Voiles de Saint-Barth à l’issue de la journée la plus intense, la plus exigeante de la semaine, à part peut-être au sein du groupe particulièrement compétitif des Melges 24. Postulant à la victoire finale, le marin de Saint-Martin Frits Bus (Team Island Water World) perdait toute chance de revenir sur son compatriote Andrea Scarabelli (Budget Marine/gill) lorsqu’à l’issue du premier bord de portant, son mât venait s’écraser sur le pont. Scarabelli, auteur vendredi d’une superbe journée, enfonçait le clou pour s’imposer au terme de 5 courses validées.

Frits Bus n’était hélas pas le seul marin à déplorer la vigueur des éléments ; Nombre de bateaux ont subi dans les rafales l’explosion de leurs spis et autres voiles d’avant. Le ketch Saphaedra, manié par les seuls américains Jamie Enos et Amenda Sparks, choisissait la voie de la sagesse et préférait même abandonner pour préserver leur vénérable ketch engagé dans le groupe des Classiques.

Les ténors entrevus dès la première course lundi dernier n’auront eu de cesse de confirmer tout au long de la semaine. Ainsi, chez les Maxi/Racing, Jim Swartz, parrain de l’édition 2013 des Voiles de Saint-Barth, aura-t’il régné sans partage, et son TP52 Vesper empoche un grand chelem avec 5 belles victoires à son actif ; « Ce fut une semaine typique de Saint-Barth  » raconte un radieux Jim Swartz, « le vent s’est montré constant, entre 15 et 17 noeuds tout la semaine, un peu plus fort aujourd’hui. La mer s’est faite plus capricieuse, plus difficile à gérer surtout au vent de l’île. On est ici au paradis des marins. Nos remerciements au comité de course à l’organisation ; nice job! »

Le Swan 80 Selene de Wendy Schmidt repart lui aussi invaincu de Saint-Barth chez les maxis, laissant Whisper et Idea of London se partager les accessits.

La class des spinnakers 1 a toute la semaine proposé d’excitantes régates à couteau tiré, d’où émergent aujourd’hui le sud africain James Blakemore, auteur d’une fin se semaine tonitruante à bord de son Swan 53 Music, intouchable depuis vendredi et ses trois victoires de manche qui les propulsent sur la plus haute marche du podium. « La clé de notre succès réside dans le peu de fautes réalisées » explique Blakemore ; « On a navigué très proprement, en évitant de tenter le diable. La performance était au rendez-vous. Les conditions du dernier jour étaient parfaites pour nous, car notre lourd voilier aime le vent fort. Nous nous sommes fait plaisir aux allures portantes avec des déboulés à 14 noeuds… »

Grosse bagarre chez les Spinnacker 1
Longtemps en position de s’imposer, le futuriste et performant Marten 49 Defiance à l’américain Steve Cucchiaro n’a pu tenir la distance dans le vent fort du jour, qui favorisait les unités les plus lourdes. Defiance doit se contenter de la seconde marche du podium après une décevante 4ème place aujourd’hui. Cet avantage au plus lourdes unités aura aussi profité au voilier des français Patrick Demarchelier et son barreur de luxe Marc Guillemot, qui closent en béaute cette belle semaine par un podium de manche à bord de Puffy.

Le Porto Ricain Sergio Sagramoso (Lazy Dog) a lui aussi failli signer un sans faute à Saint-Barth. Seule la dernière manche de vendredi lui aura échappé. Il termine fort en s’imposant sans coup férir aujourd’hui, reléguant à 3 points le First 40 Irlandais Ramanessin de Rohann Eamonn dans le groupe très dense des Spinnackers 2. « Nous vivons certainement notre meilleure saison » souligne Sagramoso « Nous avons remporté la Heineken Cup, la BVI Spring regatta et finissons second à la International Rolex regatta. Nous sommes comblés après notre victoire ici… »

Les Classiques ont trouvé et pris tout leur place à Saint-Barth ; le sloop signé Frers Heroina a dominé la semaine. Tim Rutter a doté ce voilier construit par German Frers du mât d’un des voilier de la Coupe de l’América Il Moro di Venezia, et une quille à ailette du voilier Stars and Stripes de 1987.

Rendez vous en 2014
François Tolède et Luc poupon, organisateurs des Voiles de Saint-Barth, ont pu annoncer aux régatiers les dates incontournables du prochain rendez-vous des Voiles ; elles se dérouleront l’an prochain du 7 au 12 avril. Pour des raisons de capacité du port, les inscriptions seront limitées à 80 participants.

Ils ont dit :
Fritz Bus – Team Island Water World
« Une belle semaine de navigation, avec de belles conditions de vent. Les parcours étaient parfaitement établis et nous avons particulièrement apprécié toutes les régates. Habituellement, on nous propose des formats simples, bord de près puis bord de portant. C’est vraiment bien de pouvoir régater au milieu des îles. Notre groupe avec 6 Melges 24 était passionnant à disputer, un vrai groupe One design. C’est ce qu’il ya de mieux!Nous sommes heureux d’avoir pu réunir autant de bateau one design, et espérons qu’il y en aura davantage encore l’an prochain… »
« Les Voiles de saint Barth sont uniques. Elles diffèrent des autres courses par leur fort accent français, et une participation très internationale, anglaise, américaine, caribéenne…. Les autres régates, comme la BVI ne proposent pas ce type de mélange avec les équipages venus des caraïbes. L’ambiance à Saint Barth est très particulière, très unique. La Heineken Cup est devenue si grande en terme de participants qu’on ne peut plus rencontrer les marins tant la flotte est dispersée. la fête ici est concentrée en un point et on peut rencontrer ses amis. C’est vraiment sympa. Nous serons de retour l’an prochain, c’est une certitude! »

Sergio Sagramoso -Lazy Dog
« Ramanessin nous a donné du fil à retrodre. Ils sont vraiment très bons. Ils nous ont battu hier, et nous avons dû nous employé très fort aujourd’hui. Ce sont des spécialistes du Melges. Ils ont progressé chaque jour un peu plus… »

Robert Velasquez – L’Esperance
« On a eu du bon temps, et beaucoup de succès sur l’eau, avec notamment une victoire par la plus infime des marges. Tout s’est merveilleusement déroulé pour nous. L’organisation était au top, et nos amis de saint Barth ont bien veillé sur nous. Nous avions à bord quelques marins chevronnés de saint Martin, de la Jamaïque et de Guyanne. Je suis le propriétaire de la Marina Bobby à Saint-Martin, que j’ai créée en 1968.
L’organisation des Voiles de Saint-Barth a été fantastique. Je participe à toutes les régates de la caraïbes mais Saint-Barth est unique. Nous reviendrons l’an prochain… »

Gavin Brady, tacticien – Vesper
“L’année dernière ici, nous avons terminé à la deuxième place au général. Nous avons perdu quelques courses lors des changements de voile et des manoeuvres. Nous n’étions pas aussi efficaces que cette année. Nous nous sommes concentrés sur la performance cette année et la progression est importante car nous avions cette épreuve comme objectif. L’année dernière notre bulletin scolaire indiquait “Peut mieux faire.”
“Les conditions sont bonnes ici. Jim nous a quittés hier et pour lui c’était une des plus belles journées de navigation de sa vie. Certes il n’y avait pas de surf, mais ici à Saint-Barth c’est un plan d’eau comme on ne voit que en général sur les cartes postales. C’est cela qui est fabuleux ici. On a les grosses vagues quand la brise est au rendez-vous et on s’imagine dans les mers du sud, mais en short et en T-shirt. A d’autres moments la brise n’est pas si forte. Ce n’est pas pareil, mais ce n’est jamais mauvais. Je crois que lorsque l’on vient ici on peut toujours régater – il n’y a pas beaucoup d’endroits comme cela.”

James Blakemore, skipper – Music
“Ma stratégie aujourd’hui était d’avoir à mes côtés un bon équipage ! Les choix réalisés par les gars signifient que nous avons trouvé la vitesse. Nous avons pris un bon départ, après nous être entraînés ce matin. Nous avons bien navigué. Techniquement, c’était bon, et méchaniquement c’était bon et on n ‘a pas eu de souci. L’équipage a bien travaillé.”

Andrea Scarabelli, skipper – Budget Marine/Gill
« Quelle semaine fabuleuse ! Nous n’avons jamais couru aux Voiles de Saint Barth avant et nous sommes vraiment impressionnés par les organisateurs. La concurrence est rude, notamment avec Team Island Water World et nous étions déçu quand il a démâté. Nous savions tous les deux que le vainqueur de la course aujourd’hui allait remporter l’épreuve. Nous venons tous de Saint-Martin et participons à toutes les épreuves en mer des caraïbes, mais ces courses sont fort intéressantes avec des tours des îles, ce qui fait que parfois le parcours est un peu long pour nous en Melges 24 ! Mais c’est super d’avoir notre propre classe ici et nous allons inciter d’autres équipes à venir ici l’année prochaine.”

Tim Rutter, skipper – Heroina
« Nous sommes plus qu’heureux de participer à cette épreuve et encore plus contents de remporter notre classe aux Voiles. Je suis absolument ravi du travail des organisateurs et la Collectivité, et je ne pourrais pas être plus content du travail réalisé par mon équipage cette semaine.”

Peter Aschenbrenner, skipper – Paradox
“Le bateau a été conçu pour des parcours océaniques et des courses au large. Nous sommes bien à l’aise lorsque la brise est au rendez-vous avec un alizé régulier supérieur à 20 noeuds et de grosses vagues. Le bateau se comporte bien et est très rapide. On est plus à l’aise à mon avis avec un vent plus fort, tandis que certains bateaux ici éprouvent plus de difficultés dans ces conditions. C’est un peu le hasard, car l’année dernière les conditions étaient plus légères. Les alizés sont assez réguliers en général et lorsque l’on vient ici plusieurs fois on est certain de s’amuser avec de belles conditions de navigation. Nous voudrions bien voir plus de multicoques ici ; c’est l’endroit idéal pour régater sur des multis ! Cela peut être très humide à bord quand on régate, mais ici l’eau et l’air sont chauds. Nous voudrions surtout voir plus de trimarans de course. C’est une vraie classe à part.”

Source

Mer & Média

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Les Voiles de St Barth