65 concurrents en lice

© Christophe Jouany / Les Voiles de Saint-Barth

Alors que l’Europe grelotte sous la bise scandinave, c’est plus que jamais vers les rivages enchanteurs de la Caraïbe et particulièrement Saint-Barthélémy, que se tournent les regards impatients des amateurs de belles régates dans la chaleur de l’alizé. La 4ème édition des Voiles de Saint-Barth débute lundi prochain 8 avril. 65 voiliers représentant une quinzaine de nationalités, équitablement répartis en 6 groupes distincts, ont pris rendez-vous. Au programme, un subtil mélange de régates au plus haut niveau et la découverte d’un art de bien vivre la mer à la française, niché au coeur de la Caraïbe. Du sport, du plaisir, du soleil, un ciel immensément bleu et l’omniprésence d’une mer aux multiples reflets… et un formidable plateau représentatif des plus beaux yachts des Antilles ; autant de raisons de tourner dès lundi prochain son imagination vers le rêve éveillé des Voiles de Saint-Barth.

Les 6 classes représentées aux Voiles de Saint-Barth 2013 reflètent les différents types d’unités qui parcourent l’Arc antillais à l’année ou durant la période hivernale. Ces différentes classes permettent ainsi à un grand nombre de bateaux n’ayant ni les mêmes tailles, ni les mêmes niveaux de manœuvrabilité, de se retrouver sur un même plan d’eau. Maniées par des équipages de haut vol, elles vont toute la semaine prochaine animer l’extraordinaire plan d’eau de Saint-Barthélémy.

Les classiques

Les voiliers Classique ou de tradition ont toute leur place à Saint-Barth, ainsi que l’ont souhaité les organisateurs. Ce type de bateau d’époque constitue à la fois un véritable musée maritime tout en restant l’expression hors norme de l’élan sportif du yachting. Le classique est donc un voilier âgé avec une quille longue, un déplacement lourd et un gréement traditionnel. On attend beaucoup de la confrontation unique d’une des “stars” du circuit classique Méditerranéen, le sloop marconi de 1930 “The Blue Peter” signé Mylne, avec le rapide W Class “Wild Horse” ou le ketch “Saphaedra”. Un spectacle à part entière au coeur de la flotte des Voiles 2013…

Les maxi racing / maxi racing cruising

Le maxi yacht fait référence à un voilier prototype ou de petite série souvent hors norme, alliant esthétisme, confort et doté de toutes les avancées technologiques développées récemment sur les voiliers de course au large. Il n’existe pas de longueur spécifique pour désigner un Maxi, mais 21 mètres semble être la longueur minimum pour mériter cette appellation. Ils sont ainsi l’expression la plus spectaculaire du yachting moderne. Ces voiliers de 30 mètres et plus portent les signatures des plus grands architectes de l’ère moderne, German Frers, Bruce Farr… La flotte des Maxis proposée cette année aux Voiles de Saint-Barth est entièrement renouvelée, et c’est avec une grande curiosité que l’on découvrira l’affrontement tout en puissance et en élégance des plans Farr, « Dynamite Idea &r aquo; notamment face à « Maximiser », mais aussi des grands Swan « Varsovie » et « Selene », à moins que le grand sloop « Whisper » ne mette tout le monde d’accord…

Les spinnakers

Cette classe regroupe des monocoques de course destinés spécialement à la régate côtière ou hauturière. Ils sont généralement construits en carbone ou avec des matériaux composites. Rapides, manœuvrant, ils offrent toujours avec leurs voiles haut de gamme le spectacle apprécié de joutes nautiques à couteaux tirés. À noter également que leur surface de voilure est imposante et leur équipage nombreux pour participer au rappel. Cette année la classe Spinnaker sera une classe compétitive avec le plus grand nombre de bateaux, puisque 38 voiliers sont dûment inscrits. Chaque équipage regroupe un nombre de professionnels qui concourent avec l’objectif de gagner. On observera avec intérêt la bagarre très attendue entre les nombreux Swan, « Puffy » (53 pieds) , « Music » (53 pieds) ou « AEZ Optimix » (45 pieds). de taille plus modeste mais très à l’aise sur la longue houle, les Melges 24 sont eux aussi présents en masse pour répondre aux aspirations de victoires des Archambault, J Boats et autres Bénéteau. Les Lituaniens de Simonas Steponavicius sont de retour avec leur VOR 60. Peter Harrison a choisi de concourir cette année à bord de « Jolt 2 », un futuriste Baltic 45 aussi à l’aise dans la brise que dans les calmes. A noter la présence d’un équipage exclusivement féminin à bord du J 109 « Voiles au féminin SBH » de Sophie Olivaud.

Les non spinnakers

Cette classe définit les équipages qui ont décidé de concourir sans spinnaker, pour plus de facilité. C’est là l’expression voulue par les organisateurs d’ouvrir les Voiles à tous les amateurs de yachting, des plus expérimentés aux néophytes. Le plan d’eau très sportif de Saint-Barthélémy peut se montrer exigeant, et cette classe permet aux équipages les moins aguerris de régater en toute sécurité au sein de la flotte. On y retrouve ainsi de fort belles unités, comme French Kiss, un Bénéteau Sense 50 ou le Swan 57 Alpha Centauri et le Santa Cruz 70, puissants et performants dont les équipages sauront trouver angles et caps pour pallier à l’absence de leur grande voile de portant.

Les multicoques

Cette classe réunit des multicoques de régate, trimarans ou catamarans, d’une longueur comprise entre 30 et 60 pieds en moyenne, très légers et rapides. Les Caraïbes ont toujours accueilli avec bonheur ces spectaculaires multicoques. L’événement « Les Voiles de Saint-Barth » se devait de leur offrir une place et on va de nouveau retrouver avec bonheur les silhouettes graciles et volatiles de ces libellules des mers. “Paradox” à Olivier Vigoureux, le plan Irens de 63 pieds est attendu aux avant-postes. Il ne pourra guère lambiner en route s’il veut compenser sa différence de rating avec le véloce 50 pieds « Dauphin Telecom » d’Erick Clément ou l’efficace 40 pieds « Fildou » de Stéphane Cattoni.

L’IRC 52

Afin d’accueillir les voiliers de course-croisière autant que les racers ou les prototypes, les Voiles de Saint-Barth ont intégré l’année dernière la classe IRC 52. 8000 bateaux ont été jaugés IRC dans le monde en 2011 et les plus grandes régates s’appuient sur l’IRC : Fastnet, Spi Ouest-France, Copa del Rey, Asian Cup, Maxi Cup, Middle Sea Race, Japan Race… Jim Swartz, inconditionnel des Voiles de Saint-Barth et parrain de l’édition 2013 sera comme à l’accoutumée aux commandes de « Vesper ». Régate au coeur de la régate, son mano a mano face à « Varuna », le Ker 51 de Jens Kellinghusen promet son pesant d’émotions et de belles images de sport pur.

Des parcours de rêve

Le site de Saint-Barth laisse chaque année à tous les participants, régatiers de haut vol ou amateurs plus ou moins éclairés, un souvenir impérissable. Depuis 4 ans maintenant, le directeur de course Luc Poupon prépare pour les Voiles de Saint-Barth des parcours adaptés à la géographie de l’île, aux catégories de bateaux et aux diverses conditions météorologiques possibles sur la zone.

« La configuration de Saint-Barth est un vrai atout pour nous car les paysages côtiers de l’île sont très différents les uns des autres et la présence d’une quinzaine d’îlets nous permet d’organiser des parcours variés, avec beaucoup de changements de direction, ce qui entraine de nombreuses manœuvres pour les équipages » explique Luc.

28 parcours allant de 14 à 40 milles sont ainsi préparés en amont, avec la même ligne de départ dans la rade de Gustavia et la ligne d’arrivée située dans la zone des petits saints. Leur choix définitif se fait ensuite selon les conditions météorologiques, la veille des départs.

Une grande semaine de fête et d’amitié

Une fois à terre, c’est la légendaire convivialité des gens de mer qui se conjugue au sens de la fête propre à Saint-Barth. Le village de la course accueille ainsi chaque soir après les régates tous les concurrents au rythme des musiques du monde, Rythme & Blues, Rock, Zook, merengue, électro… (plus d’informations sur le programme : http://www.lesvoilesdesaintbarth.com/site/blog/le-programme/).
Le “day off” du jeudi est une spécificité des Voiles unanimement apprécié des régatiers qui trouvent le jeudi le temps de partager avec leur famille et amis l’universalité de l’événement. Les Voiles de Saint-Barth convient tout le monde sur la plage de St Jean au Nikki Beach pour le Day off. A partir de 11h, les régates laissent la place à une journée de détente, tout en musique et en festivité. Parmi les animations : courses de paddle, water polo…

Source

Mer & Média

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Les Voiles de St Barth