Ambitions recentrées et soutien marqué à Franck Cammas

© Ian Roman / Volvo Ocean Race

Depuis 1998, le couple Cammas – Groupama écrit l’un des plus beaux chapitres de la voile et du sport français, remportant toutes les courses majeures disputées en solitaire ou en équipage, de la Route du Rhum à la Volvo Ocean Race en passant par la transat Jacques Vabre, le record de l’Atlantique ou encore le Trophée Jules Verne. Le couple Cammas – Groupama, c’est aussi une ambition partagée et une fidélité qui permet à chacun de se sentir soutenu, même dans les coups durs.

Dans un contexte économique difficile depuis 2011, Groupama se recentre sur la performance sur le marché national qui ne justifie plus une stratégie de sponsoring internationale. Des épreuves Françaises et européennes seront donc le principal challenge sportif de l’engagement de Groupama qui n’en soutient pas moins son skipper maison dans sa volonté d’accéder à un nouveau challenge : la Coupe de l’América.

Recentrage hexagonal pour l’un, développement international pour l’autre. Difficile dans ces conditions de poursuivre une histoire vieille de quinze ans !
C’est pourtant ce que vont parvenir à faire ensemble Groupama et Franck Cammas durant les trois prochaines années.

Extraits d’un échange entre le navigateur et Sylvain Burel, directeur de la Communication Groupe :

Que retenez-vous de ces quinze années de partenariat ?

Franck Cammas :

De l’émotion évidemment. Mais, au-delà de çà, pour être performant, un sportif et plus particulièrement un marin doit disposer de moyens financiers en adéquation avec ses ambitions sportives, de temps pour les réaliser mais aussi et surtout aurais-je envie de dire, de la confiance de son ou de ses partenaires. Depuis la signature de notre premier contrat avec Groupama, le 12 novembre 1997, ces trois conditions ont toujours été réunies.

Sylvain Burel :

Merci à toi Franck. Notre proximité et la qualité de nos échanges ont toujours été une force. Et je soulignerai surtout tes qualités essentielles qui sont à la fois techniques, sportives et mentales. Je pense pouvoir dire, au nom de Groupama, que tu as toujours excellé dans ce domaine.

Comment un armateur peut-il prendre la décision de changer son programme après une si belle victoire sur la Volvo Ocean Race ?

Sylvain Burel :

Après avoir annoncé une lourde perte financière en 2011, Groupama a réorienté sa stratégie en se recentrant sur le marché français et sur ses métiers d’assurance. Dans ces conditions, les budgets jusque-là engagés et l’objectif d’une forte communication internationale ne répondent plus à nos enjeux.
Nous avons donc décidé de nous recentrer sur des programmes français et européens plus proches de nos territoires et implantations avec un budget divisé par 3 sur la période 2013-2015.

Franck Cammas :

Groupama ne s’est jamais comporté comme un mécène et c’est aussi pour cette raison que notre association a bien fonctionné. Il ne m’appartient pas de discuter leur décision de se recentrer sur le marché français mais de m’y adapter. C’est ce que nous faisons en nous engageant sur le Tour de France à la Voile qui, depuis sa reprise par A.S.O., ne fait que se développer. Quant à notre bureau d’études, véritable pépite du team qui n’a cessé de progresser depuis maintenant 10 ans, il garde les moyens de s’exprimer grâce au soutien de Groupama. Et çà, c’est essentiel car, sans bureau d’études performant, je ne pourrais pas m’attaquer à mon prochain challenge, la Coupe de l’América.

Justement, peux-tu nous en dire plus sur ton programme à court et moyen terme ?

Franck Cammas :

Sportivement, nous allons participer en juillet prochain au Tour de France à la Voile sous les couleurs de Groupama. C’est une course que j’aime, qui allie l’offshore et l’inshore, un peu comme sur la Volvo. Je vais aussi attaquer la préparation olympique en Nacra 17 en vue des Jeux de 2016 à Rio.
Techniquement et sportivement, nous nous engageons en Class C, ce que certains appellent la petite Coupe de l’América, toujours avec Groupama.
Ce point est crucial pour nous, pour notre équipe puisque en dix ans nous avons créé un bureau d’études de très haut niveau qui a participé à la conception de Groupama 2, de Groupama 3 et enfin de Groupama 4 avec le succès que l’on connaît.
Je dis crucial car, à moyen terme, mon objectif est de participer à la 35 ème édition de la Coupe de l’América. A cette fin, nous créons le Franck CAMMAS Racing et participerons au circuit des AC 45 World Series en 2013 avec de nouveaux partenaires.

Pratiquement et financièrement, quels sont les engagements de Groupama avec Franck dans la voile jusqu’en 2015 ?

Sylvain Burel :

Malgré cette enveloppe budgétaire beaucoup plus contrainte, nous continuons de soutenir activement Franck sur les 3 prochaines années, en mettant tout en œuvre pour lui permettre de poursuivre ses ambitions au plus haut niveau.

Groupama renonce à son exclusivité pour permettre à Franck de chercher de nouveaux partenaires.

Sur le plan sportif, Groupama continue de lui donner les moyens de s’entraîner au plus haut niveau pour se préparer à faire un jour la Coupe de l’America avec un autre partenaire intéressé par cette course.

Outre le programme dont Franck vient d’esquisser les grandes lignes, je ré-insiste sur le maintien d’un bureau d’études performant (40% de notre budget) qui sert à alimenter cette plus-value technologique qui nous a beaucoup apporté lors des constructions de Groupama 2 Groupama 3 et Groupama 4 et les succès associés à ces trois bateaux.
C’est aussi pour cette raison que nous nous engageons aux côtés de Franck sur la petite Coupe de l’America, peu connue médiatiquement mais importante en termes de développement technologique.
En ce qui concerne notre engagement sur le Tour de France à la Voile, il est évidemment lié à notre besoin de nos Caisses régionales de retrouver de la proximité avec Franck. La reprise de cet événement par ASO, organisateur du Tour de France cycliste, nous y encourage fortement. Mais, je le répète, Groupama ne s’engagera pas sur la Coupe. Ce n’est ni dans nos moyens, ni dans nos esprits.

Groupama 4 est aujourd’hui exposé à l’entrée du Nautic de Paris et Franck Cammas fait partie des nominés au titre de marin de l’année. Etes-vous satisfait, très satisfait ou déçu des retours média de votre victoire dans la Volvo Ocean Race ?

Sylvain Burel :

La Volvo Ocean Race a généré en France plus 10 000 retombées pour Groupama pour une valorisation globale de 9 M€.
Au niveau qualitatif, il est indéniable que le ressenti sur une course de 9 mois et moins connue en France est plus mitigé même s’il est à noter que près de 90% des retombées générées par le partenariat voile sont à connotation positive.
C’est finalement une question de positionnement. La Volvo Ocean Race est certainement l’un des meilleurs supports pour un groupe mondial. Nous concernant et avec notre stratégie de recentrage il est plus pertinent de s’engager sur un programmes de courses hexagonal.

Franck Cammas :

Pour conclure, je voudrais dire merci à Groupama pour leur soutien. Sans eux, je ne sais pas si j’aurai pu courir et remporter autant de courses. J’espère leur avoir apporté moi aussi de bonnes choses, une belle image par exemple. Ce qui m’importe aujourd’hui, c’est de poursuivre sur le même rythme avec ce nouvel objectif qu’est la Coupe de l’America. C’est ambitieux mais on doit y arriver !

Sylvain Burel :

Connaissant Franck, je ne doute pas un seul instant de son engagement. Et surtout, je lui redis notre confiance pour les trois prochaines années que nous allons partager.

Source

Welcome OnBoard

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : 2011-12

Les vidéos associées : AC World Series