USA 17 chavire. Les réactions des froggies du Team

© Guilain Grenier / ORACLE TEAM

Au lendemain du spectaculaire chavirage d’ORACLE TEAM USA à bord de son AC72 dans la baie de San Francisco, les Français Philippe Presti, l’entraîneur de l’équipe américaine et Joseph Ozanne, membre de l’équipe design, s’expriment sur l’incident et ses nombreuses conséquences dans la campagne du Defender américain.

Philippe Presti, qui était à bord de l’un des bateaux accompagnateurs au moment des faits, lors de la huitième journée d’entraînement, explique :

Juste avant le chavirage, après avoir enchaîné sans problème trois ou quatre empannages, le vent a forci pour atteindre 25 nœuds et les vagues sont devenues impressionnantes. La marée, l’une des plus importantes de l’année, commençait alors à descendre et il y avait presque 5 nœuds de courant sous le Golden Gate Bridge. Le bateau a plongé vers l’avant puis c’était trop tard.

Dans ce genre de situation, je suis en charge de compter les équipiers, d’être certain que tout le monde soit à bord ou du moins en vue. Mon rôle est de les repérer tout de suite, de les nommer, de savoir qui a été récupéré par l’un des bateaux d’assistance et qui est encore dans l’eau. Hier, par exemple, Murray Jones est resté très longtemps sur la plate-forme, puis nous l’avons perdu de vue, c’était assez stressant. Dans ces moments-là, il n’y a pas de place pour les sentiments, seulement le stress de faire son job du mieux possible.

Cette nuit, nous sommes parvenu à remorquer la plate-forme ainsi que des morceaux de l’aile. Le bateau vient d’être sorti de l’eau pour être expertisé afin d’évaluer les dégâts. Dans les jours à venir, nous irons également nettoyer les plages pour ramasser les débris. Tout ceci déterminera notre calendrier des prochains mois.

A terre, Joseph Ozanne, de Design Team, qui a suivi le chavirage retransmis en direct sur les télévisions de la base, à la jetée Pier 80, commente :

C’est évidemment un frein majeur à la progression de la campagne. L’heure est encore au bilan même s’il est certain que l’aile est entièrement détruite. L’état de la plate-forme est désormais en cours d’analyse. Nous étudierons ensuite les raisons de cet incident majeur grâce aux images vidéos.

Tandis que toute l’équipe pensait tester l’AC72 jusqu’à Noël, l’ingénieur spécialisé dans la conception de l’aile et ses performances, continue :

En huit jours de navigation, nous avons beaucoup appris sur ces 72 pieds et c’est très positif. Nous pouvons déjà répondre à plusieurs de nos interrogations quant à cette nouvelle race de géants des mers. Grant Simmer, Russell Coutts et Mark Turner décideront ensemble de la suite de la campagne. Du côté de l’équipe design, notre objectif d’analyse reste identique sauf que nous allons en plus travailler sur une stratégie pour éviter que ceci se reproduise.

Source

ORACLE TEAM USA

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent