ORC
Posts

  • Un véritable engouement pour le Challenge d’Automne SNT

    La saison des régates à la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer (SNT) s’est clôturée ce week-end par le quatrième et dernier Challenge d’Automne. Tradition oblige, les 45 équipages étaient déguisés en

    26 novembre 2018 • Régates, Trophée Atlantique • Vues: 288

  • Cap sur la 10e édition des Voiles de St Barth

    Alors que les eaux turquoise de l’île-paradis des Caraïbes se préparent à accueillir la 10e édition du 14 au 20 avril, l’épreuve est fière de porter aujourd’hui un nouveau nom : Les Voiles de St. Barth

    21 novembre 2018 • IRC - ORC, Les Voiles de St Barth, Régates • Vues: 296

  • Le retour de Bella Mente

    Le Maxi 72 Bella Mente et son propriétaire américain Hap Fauth feront leur grand retour aux Voiles de Saint-Barth Richard Mille l’année prochaine. Après un an d’absence, c’est un nouveau bateau, lancé en juillet

    4 novembre 2018 • IRC - ORC, Les Voiles de St Barth, Régates • Vues: 517

  • La SNT sur tous les fronts

    Le froid s’est installé sur la France mais n’a aucunement découragé les 53 équipages inscrits au deuxième Challenge d’Automne de la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer. Des conditions fraîches et

    29 octobre 2018 • Régates, Trophée Atlantique • Vues: 603

  • Une entrée en matière sportive

    Dernières régates de l’année, les quatre week-ends du Challenge d’Automne de la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer sont l’occasion pour les coureurs de toutes les classes de se mesurer à des

    15 octobre 2018 • Régates, Trophée Atlantique • Vues: 417

  • Les Voiles de Saint-Barth, cap sur la 10ème édition

    C’était en 2010, la première édition des Voiles de Saint-Barth. Créée par deux passionnés de voile, François Tolède et Luc Poupon, la course accueillait alors 13 bateaux et avait toutes les cartes pour devenir l’une

    12 septembre 2018 • IRC - ORC, Les Voiles de St Barth, Régates • Vues: 705

  • Une 17e édition bien musclée pour la Quadrasolo

    Après une semaine de course, les quadragénaires, quinqua et plus, régatiers amateurs, en solitaire ou en duo viennent de s’amarrer sur les pontons de la Société Nautique de Marseille. Cette 17e édition de la QuadraSolo

    2 septembre 2018 • IRC - ORC, Régates • Vues: 513

  • Philippe Péché est arrivé ce midi au Cap en Afrique du Sud, un peu plus de quatorze jours après l’avarie de barre survenue sur son Rustler 36 alors qu’il occupait la 2ème place de la Golden Globe Race. Au moment de l’avarie, le skipper de PRB rencontrait un vent fort d’environ 50 nœuds. Comme le règlement l’impose, il avait alors prévenu la direction de la course de son problème sans pour autant demander d’aide extérieure. Il avait également appelé via son téléphone satellite sa compagne puis des personnes (techniciens notamment) pour préparer son arrivée à Cape Town et anticiper la réparation. Malgré les conditions difficiles dans lesquelles il évoluait alors (vent fort de 45 à 50 nœuds), Philippe avait réussi à maitriser la situation et décidé de faire route vers Le Cap en Afrique du Sud pour faire escale.

    Dès la rupture de sa barre, ses rêves de s’imposer sur ce tour du monde en solitaire, sans escale et sans moyen moderne de communication s’étaient envolés. Profondément déçu et désabusé de devoir quitter si brutalement la lutte qui l’opposait notamment à Jean-Luc Van Den Heede, Philippe a rapidement décidé qu’il ne poursuivrait pas son tour du monde après l’escale au Cap.

    Joint par téléphone ce jour, il décrit sa déception de se retirer de la Golden Globe Race, un projet qu’il a préparé pendant trois années. Il revient aussi sur son début de course haletant, sur les appels passés à son compagne et pour organiser son arrivée au Cap. Il décrit les derniers jours de navigation vers Le Cap qu’il définit comme les plus difficiles de sa vie de coureur au large et tire les enseignements des 55 jours passés à la barre de son bateau.

    Interview Philippe Péché :

    Au sujet de l’avarie :

    « J’avais fabriqué une barre de secours avec les équipes de PRB avant de partir mais j’avais utilisé une partie de cette barre, les tubes en inox, pour réparer une première fois mon régulateur d’allure. Puis, deux jours avant l’avarie de barre, j’avais dû effectuer une deuxième réparation sur mon régulateur cette fois avec d’autres matériaux. Le tout était très branlant. Pour être honnête, ça semblait très compliqué d’aller dans le sud comme cela.

    Puis la barre a cassé. Il y a une rupture sur un endroit où s’arrêtait une soudure et débutait un renfort. Ça s’est ouvert comme une boite de conserve ! A aucun moment avant que cela n’arrive, je n’avais mis en doute la barre. Cette avarie m’a miné ! Je n’ai jamais pensé que ma course pourrait s’arrêter comme cela. Quand j’ai su que l’organisation me déclassait en Chichester pour l’appel à mon compagne, j’étais évidemment en désaccord. Pour moi, j’étais dans une situation d’urgence et dans ce cadre, j’avais compris que les appels étaient autorisés. Après avoir étudié toutes les possibilités, je me suis dit que j’étais contraint de faire escale. A partir de là, de toute façon, pour moi c’était clair, je ne voulais pas continuer. J’ai donc utilisé mon téléphone satellite pour organiser mon arrivée au Cap. Je passais tellement d’heures à la barre, je n’avais pas d’autres choix. C’était impossible d’utiliser la BLU.»

    Au sujet de sa course :

    « J’étais très satisfait de mon début de course. Je pense avoir bien navigué sans faire trop d’erreurs stratégiques. J’étais fier d’être à la bagarre et de pousser le bateau. C’était excitant et c’est ce que j’aime faire sur un bateau. J’ai pris beaucoup de plaisir. »

    Au sujet des 15 derniers jours de navigation pour aller jusqu’au Cap :

    « Je n’ai pas envie, jamais, de revivre ces 15 derniers jours ! C’était très dur. J’étais à la barre et au réglage constamment, environ 15 à 18 heures par jour. C’était totalement usant. J’ai réussi à fabriquer un petit manche d’environ un mètre de long. Mais ce n’était pas très fiable. Il fallait faire attention à bien équilibrer le bateau pour ne pas trop tirer sur la barre. J’ai quand même réussi à faire la route et j’ai été très bien accueilli au Cap. Les personnes du Yacht Club ont été extraordinaires et sont venus, avec l’équivalent de la SNSM, m’accueillir pour me guider jusqu’au port. On ne voyait rien. Il y avait 40 nœuds et beaucoup de mer à l’approche de la terre. »

    Au sujet de la solitude :

    « Tant que j’étais en course, la solitude ne m’a pas trop pesé. J’étais finalement super pris par mon rythme. Je n’ai pas eu le temps de penser aux gens que je laissais derrière moi, pas eu le temps de m’ennuyer. Il y a quand même beaucoup de boulot, notamment pour assurer la navigation et les réglages. Tu t’imposes rapidement un rythme. Et à bord, ça fonctionnait plutôt bien. Je crois que j’étais bien installé dans la course, en confiance dès la première nuit alors que je pensais mettre trois jours au moins. »

    Au sujet des enseignements tirés de ces 55 jours de course sur la Golden Globe Race :

    « J’ai compris une chose rapidement… Les anciens, ceux de la première édition, ne poussaient pas leurs bateaux. Quand ils avaient envie d’affaler, ils affalaient. Alors que là, avec Jean-Luc Van Den Heede (VDH) et Mark Slats notamment, nous étions vraiment en course. Nous poussions nos bateaux. Je n’ai jamais été sous-toilé. C’est aussi probablement la raison pour laquelle j’ai abîmé mon matériel prématurément. Une partie de notre matériel, par exemple les régulateurs d’allure, n’est pas faite pour cette utilisation. Et probablement qu’une de mes erreurs est de ne pas avoir embarqué plus de matériel pour réparer. J’aurais dû emmener tout et n’importe quoi… Ça m’aurait toujours servi. »

    Au sujet de l’abandon :

    « Il est inconcevable pour moi de poursuivre la course (Philippe pourrait intégrer la classe Carozzo qui rassemble les skippers ayant déjà fait au moins une escale, ndlr). Faire un tour du monde en « baba cool », ce n’est pas mon projet. Repartir du Cap deux semaines après VDH, ça ne m’amuse pas car je sais que je ne pourrais pas le battre. Pour moi, l’affaire se termine ici. C’est très dur car ça fait trois ans que je suis sur ce projet ! J’en pleure ! J’ai tout laissé en Australie pour ça. Ça s’arrête beaucoup trop vite. J’avais envisagé beaucoup de choses mais je n’ai jamais pensé que cette barre allait casser. En tout cas, chapeau aux gars qui vont finir car les bateaux ne sont pas faits pour cela. J’ai été un peu crédule par rapport à cela. Moi, ce qui m’intéresse, c’est de faire avancer le bateau à son potentiel ! Pour préserver les bateaux, il faut marcher à 50% des polaires (sous-exploiter le potentiel du bateau, ndlr). On se parlait tous les jours avec VDH. Nous étions très proches pendant la course. Nous avions décidé de faire l’Océan indien ensemble, d’y aller doucement pour arriver ensemble en Tasmanie, de se mettre sur le même rythme. Je sais que mon abandon l’a attristé. Je lui souhaite bonne route ainsi qu’à l’ensemble des concurrents ! »

    Interview de Jean-Jacques Laurent, Président de PRB :

    « Nous sommes déçus tout comme l’est Philippe. Il a fait un superbe début de course. Nous savions qu’il était un excellent marin et il l’a confirmé. Mais nous savions aussi que cette Golden Globe Race est très particulière et très exigeante. Il y avait beaucoup de risques matériels. Philippe l’explique très bien. Les bateaux ne sont probablement pas faits pour être menés presque deux fois plus vite que lors de la première édition ! Le marin est évidemment maitre de sa décision et nous la respectons. L’essentiel pour nous est l’intégrité du marin et Philippe est arrivé à bord port. Cette expérience en solitaire lui tenait à cœur et nous sommes certains qu’il relèvera à l’avenir d’autres défis comme nous allons le faire, chez PRB, très prochainement sur la Route du Rhum avec Vincent Riou ! »

    • La Golden Globe Race s’arrête au Cap pour Philippe Péché •

  • La Quadrasolo-duo un break avant la rentrée

    Du 24 au 31 août, une trentaine de quadragénaires se lanceront dans une régate à étapes au départ de Marseille, ils tireront de bords dans les plus belles eaux de la méditerranée. Organisée par la Société Nautique de

    18 août 2018 • IRC - ORC, Régates • Vues: 233

  • Une régate estivale réussie

    Le premier week-end d’août a été placé sous le signe de la convivialité à la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer. 37 équipages ont répondu présents pour le traditionnel Challenge J. de Kerviler, qui

    6 août 2018 • Régates, Trophée Atlantique, Voiles de la Baie • Vues: 305