Petit temps et grosses bagarres sur la SNIM !

© Pierick Jeannoutout

La course : Les jours se suivent et ne se ressemblent pas dans la plus belle rade du monde. Passé la tempête du dimanche, ce lundi de Pâques affiche un calme plat. Tout le monde sʼaffaire sur les quais, préparation des repas, derniers pliages de voile et petits réglages, avant de quitter le Vieux-Port, sur le coup des 10h, pour une mise à disposition à 11h. Sur le coup de midi, la flotte sʼélance dans les deux rades… Au menu une banane et un côtier chez les gros, deux bananes chez les IRC4 et trois bananes chez les SB3.
La légère brise, capricieuse, tombe et remonte entre force 0 et force 2. Ce qui donne lieu à des scènes étonnantes. Un exemple ? Première course départ des IRC4A, suivi quelques minutes après des IRC4B, qui, ces derniers, choisissent une option tactique différente. Les IRC4B prennent les devants devant les IRC4A scotchés à leur position. Petit temps, mais beaucoup de plaisir chez les amateurs et grosse bagarre dans les catégories. Chez les IRC2, les deux grands favoris mordent la ligne sur un départ drapeau noir, dans la deuxième course et frolent la cata. En IRC1, la surprise vient du Team Vision Future, tout heureux de terminer devant les deux trois calibres de la flotte, vainqueur de deux courses dans le week-end. En IRC2, Sayann Madraco remporte le duel avec son concurrent préféré. Prime Time de Marc Alperovitch se classe premier chez les IRC3, Laurent Campubri (Jeanne – IRC4A) et Bernard Daurelle (Jin Tonic – IRC4B) complètent le tableau dʼhonneur en IRC. Enfin, chez les petits nouveaux de la flotte, les Laser SB3, John Pollard, tout naturellement, remporte la régate, devant les figaristes Rouxel et Peron et le Cote dʼArmor de Vincent Biarnes.
Ils ont dit :
Jean-Jacques Chaubard (Team Vision Future) vainqueur en IRC1 : « Cʼest une grande joie, car on sʼy attendait absolument pas car il y avait un gros niveau, notamment avec le deux swann 42. Cʼest la première année quʼon la remporte et on nʼest dʼautant plus content que lʼon ne gagne jamais facilement à Marseille. La clé de la victoire ? Un très bon tacticien, un équipage de grande qualité où le mix entre les deux pros Mickaël et Clément et le reste de lʼéquipage a bien pris. Lʼan prochain, on revient, cʼest certain ! »
Cyril Baillie (Sayann Madraco) vainqueur en IRC2 : “On a fait une bataille au couteau avec Glenn Ellen V Le Marseillais et on est très heureux de les avoir battus. Cʼest la première SNIM que lʼon gagne en douze ans. On est dʼautant plus satisfaits que lʼon a toujours eu la poisse à Marseille. En quinze jours, on a gagné la Massilia et la SNIM. »

Bruit de ponton – Les grands projets de Dimitri Deruelle : Dimitri Deruelle nʼest pas à la fête sur la SNIM avec PMSI PILOT( «Au delà de 15 nœuds, on sait quʼon peut pas faire la différence avec notre Swann 42, dʼoù ma préférence pour la monotypie, où cʼest lʼhomme qui fait la différence…»), ce qui ne lʼa pas empêché de passer la journée dʼhier, à monter les grandes lignes dʼun projet ambitieux en IRC, pour 2013 et 2014. « On a une vraie réflexion sur le long terme, pour fidéliser les gars et faire quelque chose de bien » Et sinon ? « Actuellement, jʼai trois cordes à mon arc. Jʼorganise le Match Race, fin septembre, à Marseille, je fais du coaching sportif sur 49ers, 470 sur lequel je mets en avant mes douze années dʼexpérience en voile olympique, et puis je mʼoccupe de marSail, (voir Communiqué n°4) avec laquelle jʼaimerais bien prendre la tête dʼun grand projet (Vendée Globe, Tour de France…). En voile, plus on vieillit, plus on est mature. Jʼai des cheveux blancs, cʼest le moment ! ».

Bruit de ponton – Laser SB3 : « Lʼan prochain, on vient avec 30 bateaux minimum ! » Edward Russo, le président de la classe (Sport Boat à 3) revient sur ces quatre jours de régates et dresse un premier bilan. « Nous avons eu un accueil formidable et nous avons navigué sur un plan dʼeau fabuleux. Il y avait dans notre classe un niveau élevé avec la participation de John Pollard, 5e mondial, les russes qui viennent de lʼolympisme et encore des garçons comme Rouxel, Peron… Les bateaux, surtout samedi, ont été très rapides sous spi, même si très techniques à manier. Et les premiers bateaux de la flotte possèdent cette technique puisquʼils ont fait du dériveur. Lʼan prochain, nous viendrons avec au moins 30 bateaux. Des Italiens, des Portugais… »

Bruit de ponton – Coraline Jonet, la favorite dʼErnesto Bertarelli. Elle nʼest pas la première équipière venue sur le Glenn Ellen V Le Marseillais, de Dominique Tian, en tête de la classe IRC2. En effet, la jolie marseillaise est lʼune des équipières préférées dʼun certain Ernesto Bertarelli, fameux patron du Team suisse Alinghi. Quand Ernesto veut faire une sortie sur le lac Lémant, cʼest : « Allo Coraline ? » « Je suis embraque, cʼest à dire que je mʼoccupe du winch, de la dérive… » Un boulot de mec sur le bateau, mais quʼelle fait avec beaucoup de plaisir. Et quand elle revient de chez Ernesto ? « Je travaille au Yacht Club de la Pointe Rouge, avec Dimʼ Deruelle, notamment sur le Match Race France et le Mod 70, que lʼon organise du 23 au 30 septembre prochain. Les Mod 70, ce sont des trimarans de 21 mètres de long sur 17 mètres de large. Ça va être une grande fête populaire, car ça va naviguer dans la bande des 300 mètres… »
Signe de gratitude, Ernesto lui envoie souvent des chocolats…

Bruit de ponton – Neptunium, corps radioactif… et régate qui rassemble les différentes entités du groupe Areva. En effet, du 3 au 6 octobre prochain, La Ciotat accueille une vingtaine de bateaux et trois cents concurrents des différents comités dʼentreprises dʼAreva. Une régate sélective pour les championnats de France Entreprise habitable. Qui a dit quʼAreva ne sʼintéressait plus à la voile ?

80 : Le nombre de bénévoles actifs de la Société Nautique de Marseille, présents et actifs de 6h à 23h sur la SNIM, durant près dʼune semaine. Ils ont offert aux compétiteurs un accueil souriant et ont permis, dans lʼombre, le bon déroulement dʼune épreuve qui sʼapprête à fêter dans bien peu de temps un demi-siècle dʼexistence. Sans eux, la SNIM ne serait pas…

Les classements généraux finaux :
IRC 1 (sept courses disputées, six résultats retenus)
1/ Team Vision Future – Jean-Jacques Chaubard
2/ Bella Donna – François Pailloux
3/ Tac Tic – Stephan Vesseau

IRC 2 (sept courses disputées, six résultats retenus)
1/ Sayann Madraco – Cyril Baillie
2/ Glen Ellen V Le Marseillais – Dominique Tian
3/ Fastwave 3 – Laurent Charmy

IRC 3 (sept courses retenues, six résultats retenus)
1/ Prime Time – Marc Alperovitch
2/ Kick – Yvon Laout
3/ Jet Lag 1 – Richard Burton

IRC 4A (huit courses disputées, sept résultats retenus)
1/ Jeanne – Lauren Campubri
2/ Axa 102°Sud – Olivier Guillerot
3/ Solenn – Ludovic Gérard

IRC 4B (huit courses disputées, sept résultats retenus)
1/ Jin Tonic – Bernard Daurelle
2/ Ilogan – Pierre Perdoux
3/ Aix Marseille Université Fioupelan – Frédéric Forestier

Laser SB3 (neuf courses disputées, sept résultats retenus)
1/ Xcellent – John Pollard
2/ Hyères 2013 – Thomas Rouxel 3/ Côte dʼArmor – Vincent Biarnes

Source

Raphaël Mira

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent