La Middle Sea Race s’annonce passionnante

© Kurt Arrigo

La 44e édition de la Rolex Middle Sea Race partira demain, samedi 21 octobre, à 11 heures CEST de Grand Harbour, à La Valette. La course au large la plus réputée de la Méditerranée réunit tous les ingrédients nécessaires à une compétition passionnante. Une flotte exceptionnelle est confrontée à des conditions météorologiques changeantes. Les conditions s’annoncent très variées, allant du plein au vide, dans les jours à venir. Le parcours circulaire signifie que les voiliers devraient connaître des variations de direction et de force du vent tout au long des 606 milles nautiques. La diversité des voiliers, dont la longueur varie de 9,12 mètres (30 pieds) à 32,55 mètres (107 pieds), recevra probablement une part du bon, du mauvais et de l’indifférent. Comme toujours, le vainqueur final du Rolex Middle Sea Race Trophy, déterminé par la correction horaire IRC, sera l’équipage qui aura le mieux reconstitué le puzzle.

Les statistiques brèves, mais essentielles, sont les suivantes. Quelque 1 000 membres d’équipage de 47 nations sont répartis sur une liste d’inscription de 110 voiliers représentant 25 pays. Le plus grand voilier est Paprec Sailing Team (Spirit of Malouen X) skippé par Stéphane Névé. Parmi les 20 membres de l’équipage, Laurent Pagès, tacticien sur le vainqueur de l’année dernière, Teasing Machine. « C’est la première course au large de 600 milles avec ce bateau », explique Laurent Pagès. « Nous avons beaucoup de choses à apprendre avec le bateau et la Rolex Middle Sea Race est toujours un défi, elle sera donc très intéressante. On peut s’attendre à tout, du très léger à l’enfer, et c’est pour cela que nous l’aimons.

Avec un tiers de la longueur du supermaxi, le Dehler 30 OD Aether est navigué en double par Evi Delidou et Jerry Petratos de Grèce. Dans un rebondissement digne d’une comédie romantique hollywoodienne, le couple s’est rencontré lors d’une livraison de bateau pour la Rolex Middle Sea Race 2014. Depuis, ils ne se quittent plus, que ce soit dans la voile ou dans la vie. « Nous nous sommes rencontrés au milieu de la Méditerranée, sur la route entre la Grèce et Malte », explique M. Delidou. « Nous aimons tous les deux les longs voyages au large, et il est temps pour nous de faire cette magnifique course ensemble ».

Le trimaran MOD70 Limosa d’Alexis Barrier (premier bateau à avoir terminé en 2022 sous le nom de Mana) devrait montrer à la flotte un tableau arrière propre. Deux autres multicoques rapides – le Banuls 53 du Finlandais Jacopo Bracco (USA) et le Rapido 40 d’Aldo Fumagalli, Adamas d’Italie – se disputent les honneurs de la MOCRA.

Dans la flotte des monocoques, un groupe impressionnant de maxi yachts s’est rassemblé. Lucky (27m / 88ft), le bateau américain de Bryon Ehrhart, est l’ancien Rambler 88, cinq fois vainqueur de la course, et avec une grande partie de l’ancien équipage à bord, il dispose de l’arsenal et des compétences nécessaires pour mener la charge. Ehrhart a remporté la course au classement général lors de ses débuts en 2010. Leopard 3, le monocoque le plus rapide de l’année dernière, a subi une sérieuse opération chirurgicale ces derniers mois. Avec ses 30,78 m et ses cinq tonnes de moins qu’il y a un an, il reste une menace potentielle. Pour sa première participation, l’américain Pyewacket 70, vainqueur de la RORC Caribbean 600 en février, apporte un sérieux pedigree de course et un équipage de stars. Le navigateur de Pyewacket 70, Peter Isler, pense qu’il pourrait s’agir d’un cheval noir dans la course aux honneurs de la ligne. « Les vitesses relatives des bateaux qui nous entourent sont assez bien connues pour un parcours de course typique. Cette année, si nous naviguons beaucoup au près, nous pourrions voir des fenêtres de performance et des opportunités. Le Bullitt d’Andrea Recordati, deuxième sur la ligne d’arrivée l’an dernier, est une autre arme qui a été améliorée et qu’il ne faut pas négliger.

Si l’on considère l’ensemble de la liste d’inscription des monocoques, la flotte est remplie de talents de haut en bas de l’échelle. La Rolex Middle Sea Race a toujours été un creuset et même le bateau le plus inoffensif peut abriter un magicien du large capable de pousser un équipage à réaliser des exploits plus grands que prévu. Les grands favoris, sur le papier du moins, sont les 52 pieds, comme Caro de Max Klink (Suisse), vainqueur de la Rolex Fastnet Race 2023, et Warrior Won de Chris Sheehan (États-Unis) (troisième de la Fastnet et quatrième de la Rolex Sydney Hobart Yacht Race 2022, également juste derrière Caro). Selon Sheehan, il pourrait y avoir trop de près dans les prévisions pour que le PAC52 américain puisse se battre autant qu’il le souhaiterait. Le navigateur Will Oxley, qui en est à sa quatrième course, avec une meilleure performance en 2021 avec le triple vainqueur Comanche, est d’accord mais reconnaît que des opportunités s’offrent à lui. « Cette course s’annonce différente des trois précédentes, conseille-t-il. « Elle s’annonce plus ventée que la moyenne et probablement beaucoup plus au près que la moyenne. C’est une course où il est facile de se décoincer en suivant aveuglément le routage. Il est essentiel d’être sur le pont et de surveiller ce qui se passe. Ce n’est jamais simple ». L’Allemand Red Bandit et le Suisse Chocolate 3 (anciennement Optimum 3, vainqueur de la course en 2004) pourraient être d’autres concurrents à surveiller.

Légèrement plus petits, mais non moins dotés de talents et d’opportunités, le NMD 43 Albator de Philippe Frantz (troisième au classement général en 2018) et le Carkeek 45 Ino Noir du Commodore du RORC James Neville ont tous deux terminé rapidement le Fastnet de cet été. Deux Cookson 50 – Kuka 3 de Franco Niggeler (Suisse) et Testacuore Race de Robert Pethick (États-Unis) – tenteront de reproduire les exploits de Mascalzone Latino, vainqueur en 2016.

Six des dix dernières courses ont été remportées par des voiliers entre 12m (40ft) et 15m (50ft), et il y a quelques candidats potentiels cette année. Une compétition serrée devrait se développer entre les deux Carkeek 47, qui partagent la même passion pour la course au large, mais diffèrent en termes d’expérience. Optimum S – Samos Steamship, dirigé par Periklis Livas et Nikos Lazos, célèbre les 30 ans de l’Optimum Yacht Racing Team. Vainqueurs en 2004, ce sera leur huitième course, mais la première avec leur dernier bateau, plus léger et plus humide. Stortebekker est l’une des huit équipes féminines skippées, avec un jeune équipage allemand du Hamburger Verein Seefahrt.

Malte a été l’une des deux nations les plus performantes de ces dix dernières années, avec l’Italie, remportant le classement général à trois reprises depuis 2013. Les frères Podesta – Aaron, Christoph et Maya – courent sur le First 45 Elusive 2, qui a remporté le prix ultime en 2019 et 2020. Lee Satariano a également remporté le trophée à deux reprises, la dernière fois en 2014 avec un bateau précédent. Son dernier bateau, le HH42 Artie III, entièrement en carbone, est accompagné de Christian Ripard, multiple vainqueur de la course, qui en est à son 33e voyage autour du parcours. Jonathan Gambin, Dufour 44 Ton Ton Laferla, a participé à toutes les courses depuis 2008 et s’est classé troisième au classement général en 2020.

The beauty of the Rolex Middle Sea Race is that it offers more than just competition. All entrants want to do well, to test themselves against their peers. Many are simply satisfied with the opportunity to put daily life to one side, and spend time on the water with friends and fellow sailors enjoying one of the most magical courses in the calendar. Two active volcanoes, a myriad of islands, azure waters and the chance of some sunshine and warmth is an attractive package not to be missed.

Timeriesci is from Rome with a mixed crew from all over Italy and France. Ottavio Cimarosti, is skipper of Comet 45S. “I have done the race three times before, but this is the first time on this boat,” comments Cimarosti. “For me this is the best race in the world. I have raced all over from the Caribbean to Australia, and this is the best, most beautiful race. Our crew is very good, not professional but very good amateurs. We want to participate, to enjoy mostly and if possible do well. We are ‘marinari’, or sailors first though. We love the sea, and this race is perfect for that.”

George Greer est le propriétaire de Kiboku Tatu, originaire des États-Unis. L’équipage est composé de six Suédois, d’un Allemand, d’un Néerlandais et d’un Américain. Kiboku Tatu a connu une expérience mitigée lors de ses deux précédentes courses. En 2021, lors des grands vents, un enroulement massif de spi a fait chuter l’équipage à la 11e place, tandis que l’année dernière, l’abandon a suivi trois jours de vent nul. « Nous sommes de retour pour un certain nombre de raisons », explique Greer. « Nous aimons cette course parce qu’elle se déroule à la fin de la saison, que les paysages sont magnifiques, qu’il fait chaud et que si nous avons du vent, il n’y a rien de mieux. Nous apprécions vraiment l’atmosphère. Il y a les Corinthiens, comme nous, et les non-Corinthiens. Nous nous mesurons avant tout à des équipages qui nous ressemblent en termes de taille et d’attitude, mais il est toujours bon de voir comment nous nous débrouillons face au reste du groupe. L’Elan 450 Karpo de Slovénie est skippé par Maks Vrecko. « C’est la seule course au large que nous faisons en dehors de nos eaux locales », explique Vrecko, qui navigue avec son fils Mats. « Nous aimons venir ici parce que pour progresser en tant que marin, il est toujours bon de voir comment on se comporte par rapport à d’autres bateaux. Nous étions ici l’année dernière et nous avons vraiment apprécié la course malgré le vent. Nous sommes heureux d’être de retour et de participer à nouveau. Nous sommes un équipage amateur, et cette course est parfaite pour nous avec les différentes conditions, et nous sommes fiers d’être l’un des deux équipages slovènes.

Le départ de la 44e édition de la Rolex Middle Sea Race sera donné le samedi 21 octobre à 11 h CEST depuis le Grand Harbour, à La Valette (Malte). Le départ peut être suivi en direct et commenté en anglais sur Facebook et YouTube.

Source

Rolex World of Yachting

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 20 octobre 2023

Matossé sous: Circuit Rolex, Middle Sea Race, Régates

Vues: 674

Tags: , , , ,

Sous le vent

Au vent