Régates à gogo dans des conditions exceptionnelles !

  • © David Ademas
  • © David Ademas
  • © David Ademas
  • © David Ademas
  • © Thomas Brégardis
  • © Thomas Brégardis
  • © Thomas Brégardis
  • © Thomas Brégardis

Ce samedi 8 avril, le vent d’est pour 12-15, parfois 20 nœuds s’est installé toute la journée permettant aux 439 équipages de régater jusqu’à plus soif. Des parcours construits en veux-tu, en-voilà pour les séries monotypes, et un long côtier de plus de 35 milles pour les IRC, Osiris, Multi 2000, Figaro Bénéteau 3, Mini 6.50 et Class40. Glissades sous spi pleine balle, manœuvres acrobatiques au passage des bouées, croisements au près à raser les étraves ou les tableaux arrière, sur fond de ciel bleu et sur une mer légèrement moutonnée le spectacle fut grandiose. Au regard des classements provisoires, la bagarre fait rage, et dans chacune des séries, rien n’est encore joué. Il y a du sport sur cette 45e édition du Spi Ouest-France – Banque Populaire Grand Ouest !

A 9h15 ce matin, le chenal de La Trinité-sur-Mer voyait l’entièreté de la flotte de ce Spi 2023 parader jusqu’à la balise du Trého devancée par les canons à eau de la SNSM. Un moment fort et émouvant pour les concurrents et les spectateurs massés sur le rivage. Une belle image de la voile représentant petits et grands bateaux, des catamarans à foils dernier-cri, aux multicoques des années 80 en passant par les tous derniers monocoques conçus pour le grand large. Le Spi dans toute sa splendeur lors de cette parade Voiles & Voiliers.

Duels au soleil

La baie de Quiberon fut animée. C’est le moins que l’on puisse dire. La météo exceptionnelle a permis aux comités de course répartis sur les 5 zones de régate, d’envoyer les départs à un rythme métronomique. Les équipages ont ainsi pu s’exprimer pleinement, gratter des places, ou en perdre mais déjà se positionner par rapport à la concurrence. En J/70, un duel se dessine entre L’Ecole Navale Elite (Pierre Laouenau) et Sage Ingineers Sailing Team (Damian Michelier) largement devant leurs 15 autres concurrents. Même mano a mano en ETF 26 avec une journée particulièrement tonique marquée par une grosse mer empêchant la régularité du vol de ses catamarans à foils : Bure Capital (Alain Nooregaard) et Team Pro (Jean-Christophe Mourniac) sont clairement à la bagarre. Les J/80 qui couraient leurs premières courses aujourd’hui, voient déjà deux équipages quasi intouchables : les Espagnols sur Enbata80 (Inigo Jauregui) et Gan’ja (Luc Nadal). Dans les autres séries, la flotte demeure encore très compacte en termes de points. Les 38 Grand Soleil naviguent collés-serrés, tout comme les First 31.7, les Open 7.50 et les Mach 6.50. En IRC Double également, chaque départ rebat les cartes, tant le niveau demeure élevé avec des têtes d’affiche aux manettes : Alexis Loison, Fred Duthil, Olivier Grassi, Thomas Bonnier…

Attention, jeunes talents en devenir !

Le Spi Ouest-France – Banque Populaire Grand Ouest demeure un vivier depuis sa création en 1978. Benoît Charon, coach pour les jeunes équipages normands, raconte : « J’avais 18 ans lors de mon premier Spi, je me souviens, c’était la deuxième édition ! Il y a toujours eu des jeunes qui viennent apprendre sur le Spi Ouest-France. Pour eux, c’est quand le même le plus grand rassemblement de France. Aujourd’hui, je coache des Open 5.70 et des J/80. Il y a une majorité de lycéens, ce qu’on appelle la population Espoir, qui peut aller de 14 à 24 ans. Beaucoup participent à leur premier Spi. Lors de la parade, sur leurs petits bateaux, ils s’intercalent entre les grands, et je peux vous dire qu’ils ont des étoiles plein les yeux. » Et quand on pose la question à Loïck Peyron, venu naviguer en Open 7.50, la réponse est éloquente : « Ce rassemblement de marins de tous bords emmène les jeunes avec lui. La voile, ce n’est pas seulement la compétition, c’est un espace de liberté. C’est un sport d’équipe aussi. A bord d’un bateau, il y a un respect, un sens des responsabilités, ce n’est pas pour rien que la voile a encore de belles années devant elle en termes de transmissions de valeur. On n’est pas obligé de gagner pour réussir. C’est le chemin d’une vie, le succès c’est de voler d’échec en échec sans perdre son enthousiasme disait Churchill. » Et sur le Spi, la jeunesse de manque pas d’enthousiasme !

Ils ont dit

Clément Fossey, ASR Formation – SRC Concarneau (Open 5.70)

« C’est notre premier Spi Ouest-France. C’est très important de venir, cela permet de progresser, de se mesurer aux autres. C’était hyper impressionnant de voir tous les bateaux sortir du chenal lors de la parade. Le niveau de jeu est super bon, donc pour nous c’était difficile hier, mais aujourd’hui nous avons rebondi. On a pris beaucoup de plaisir, on ne s’engueule pas à bord, c’est un sport d’équipe. »

Olivia Mackay, Live Ocean Racing, ETF 26

« C’était chouette aujourd’hui. Nous sommes un équipage de jeunes femmes, nous ne nous connaissons pas encore très bien, et nous apprenons chaque jour. C’était des conditions toniques avec 15 nœuds établis et du clapot. Nous avons bien marché face à des concurrents de grand niveau. Il a fallu y mettre beaucoup d’énergie et c’est ce que nous avons fait. Nous pouvons être heureuses de notre journée. C’est encourageant pour la suite ! »

Matthieu Fournier Le Ray, Saga, IRC 1

« Le vent était plus fort que prévu, il y avait 20 nœuds établis ce matin. Nous sommes partis sur le grand parcours côtier de 36 milles, une belle balade, via le chenal de la Teignouse en passant par derrière Houat et Hoëdic puis retour dans la baie devant le chenal de La Trinité-sur-Mer. Il a fallu pas mal manœuvrer car il y a eu beaucoup de changements d’allures entre le près, le portant, le reaching. Cela s’est bien passé pour nous, nous avions une demie heure sur notre concurrent le plus proche l’Ange de Milon. On se connaît bien à bord, nous sommes 13 et sommes assez polyvalents. Ce qui nous importe, c’est de bien naviguer, pas forcément le résultat sur le papier. »

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Spi Ouest France