Mistral vainqueur en double de la Rolex Sydney Hobart 2022

© Salty Dingo

Rupert Henry et Greg O’Shea ont mené le Lombard 34 d’Henry, Mistral, à la victoire dans la division des bateaux en double de la Rolex Sydney Hobart 2022. Ils ont également remporté la victoire dans la division ORCi en double et la troisième place dans la division Corinthian IRC. Henry et O’Shea se sont classés 29e au classement général de la course de 628 miles nautiques du Cruising Yacht Club of Australia (CYCA) et sont satisfaits de leur résultat.

Dans la division des bateaux en doubles, ils ont battu leurs plus proches rivaux, Sun Fast Racing (Lee Condell et Lincoln Dews) de plus de trois heures en temps corrigé. Peter Elkington et Scott Cavanough sur Pacman ont terminé troisièmes, Elkington s’étant battu contre vents et marées pour être sur la ligne de départ, faisant des travaux de dernière minute.

Henry a connu un problème similaire, puisqu’il a quitté le pays pour s’attaquer à la Route du Rhum en solitaire avec son Class40, Eora. Malheureusement, il a abandonné en raison d’une défaillance structurelle avant de rentrer à Sydney pour effectuer les derniers préparatifs de la Rolex Sydney Hobart.

Le marin de Sydney a déclaré cet après-midi : « J’étais malheureux de ne pas avoir terminé les deux courses (en référence à la Route du Rhum et, avant elle, à la Rolex Sydney Hobart 2021, lorsque le même bateau a subi une rupture du pataras). »

Au départ, la vie n’était pas facile, selon Henry : « C’était dur – et naviguer en équipage réduit surtout. Le départ est un chaos. La sortie du port est très dure. Cette fois, en partant sur la troisième ligne au vent, il n’y avait pas d’air clair.

« Nous avions confiance en nous, même si la préparation du bateau a été précipitée, car j’étais parti faire la Route du Rhum.

« J’y pensais, surtout lorsque nous avons eu des problèmes de gouvernail à l’est de Eddystone Point (à environ 185 milles nautiques de l’arrivée). Je me suis dit ‘c’est parti’. Le safran de bâbord et le support se sont séparés et les deux sont liés. Nous avons donc mis en place un système. Nous avons gréé et terminé.

« À un moment donné, nous pensions pouvoir atteindre Tasman avant le vent du sud, mais nous n’y sommes pas parvenus, même si nous y sommes allés à fond. La nuit du 27, il y avait 25 nœuds de vent, mais pas un nuage dans le ciel, c’était clair comme du cristal. »

Le plaisancier a estimé que la configuration du front est arrivée trop tôt. « Nous priions pour qu’il arrive dans la nuit du 28, mais il est arrivé dans l’après-midi. Le vent était très faible la première nuit. Je pensais que nous serions plus loin de la côte le deuxième matin que nous ne l’étions.

« Nous avons eu des problèmes avec notre connexion satellite et nous n’avons pas pu télécharger grand-chose.

« J’ai beaucoup pensé à mon père quand je me disais que c’était trop dur, alors qu’il est beaucoup plus âgé que moi », a-t-il ajouté au sujet de David Henry, qui a également navigué en double sur Philosopher et s’est classé 14e de la division avec son co-skipper, Stephen Prince.

« Je me suis levé à 5 heures du matin pour le voir arriver ».

Du côté positif, Henry a déclaré : « Nous avons eu un excellent mano à mano avec Sunrise (le JPK 11.80 britannique de Thomas Kneen). C’était un moment fort pour moi. Nous leur parlions – nous étions si proches. »

La partie la plus exigeante de la course, « c’était l’après-midi et la nuit du 27 et c’était la navigation au portant la plus exaltante que j’aie jamais faite. Nous faisions naviguer le bateau à sa limite. On a vu 22 nœuds.

« J’ai été étonné de voir à quel point le bateau se comportait bien. Les Lombard 34 et les Jeanneau 3300 (il y en avait quatre dans la course) sont bons dans les grosses mers au portant. Ils sont très rapides pour leur taille ».

Le skipper de Mistral estime que la course en double fait désormais partie intégrante du prestige de l’événement.

« C’est une course très médiatisée et nous avons mis en place la meilleure campagne que nous pouvons tous, donc oui, c’est une grosse affaire de gagner. »

Reviendront-ils pour la Rolex Sydney Hobart 2023 ? « Je pense que oui. Et avec ce bateau. Je pense que j’ai trop changé de bateau. Le Lombard 34 est juste parfait. »

Source

Rolex World of Yachting

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 30 décembre 2022

Matossé sous: Circuit Rolex, Régates, Sydney Hobart

Vues: 602

Tags: , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Sydney Hobart