SailGP et l’équipe française accélèrent à Cowes

© Eloi Stichelbaut

Billy Besson et son équipe vont disputer ce week-end la quatrième et avant dernière étape de l’année de la saison SailGP à Cowes (Angleterre). Samedi et dimanche, toutes les fines lames de la voile mondiale vont s’affronter à bord de leurs bolides F50 volants sur les rives du Solent et de l’ile de Wight. Cette nouvelle confrontation promet des régates sous haute tension avec des équipes qui ont dépassé la barre mythique des 50 nœuds lors des premiers jours d’entrainement. Pour cette nouvelle épreuve, l’équipe française aiguise sa stratégie sportive et renforce son équipe performance.

Après une dernière session à bord du simulateur de vol à Londres il y a 10 jours, l’équipe française a posé son nouveau camp de base à Southampton pour une semaine de préparation intense, avant de disputer ce week-end une nouvelle épreuve SailGP. Dans des conditions plutôt musclées, elle a repris possession de son catamaran tricolore qui arborait son nouveau design : des lignes horizontales bleues et rouge pour rappeler la marinière, symbole du style à la française ! En même temps, Devan Le Bihan, blessé à Sydney et en rééducation depuis 6 mois et Timothé Lapauw, absent à New York, ont repris leurs marques à bord du catamaran volant.

50 nœuds, record historique !

Un nouveau cap a été franchi dans l’histoire de la voile de compétition. Mardi, l’équipe anglaise menée par Dean Fletcher a passé le premier le seuil des 50 nœuds (92,6 km/h) pendant l’entrainement. D’autres équipes ont depuis passé cette barre symbolique des 50 nœuds, avec un nouveau record à 51,2 nœuds pour les Australiens. « Cela prouve que tout le monde progresse et arrive à exploiter de plus en plus la puissance des F50 », précise Billy Besson, skipper du F50 français et quadruple champion du monde de Nacra.

Une dynamique en mer comme à terre

Si l’équipe tricolore tirait ses premiers bords sur le F50 à Sydney en février, elle a depuis accumulé des heures de navigation. Billy Besson et ses équipiers se familiarisent de plus en plus avec leur monture, gagnent en confiance et progressent sur les manœuvres, notamment sur leur capacité à rester en vol lors des virements de bord.

Pour accompagner cette dynamique, l’équipe française SailGP a renforcé à Cowes sa cellule performance. « Nous avons 3 nouveaux membres dans notre équipe », explique Mathieu Vandame, régleur d’aile et responsable performance du team, « Stevie Morrison est notre coach suppléant et nous avons intégré David Rey et Bruno Dauvier qui sont des analystes purs. Nous sommes vraiment dans la voile nouvelle génération avec des bateaux qui sont équipés de technologies complexes. La mission de nos analystes est de récupérer les données du bord, les analyser à terre et débriefer ensuite avec les navigants pour améliorer certains process, manœuvres ou réglages. Nous sommes dans un sport de précision où tous les paramètres interagissent. Pour « performer » il faut une chorégraphie sportive coordonnée accompagnée d’une multitude de paramètres techniques cohérents. Tout peut se jouer à une demi-seconde près, donc chaque détail a son importance. »

Rendez-vous ce week-end pour voir l’équipe bleu blanc rouge à l’œuvre ! Le programme des régates reste encore indéterminé avec le passage d’un gros front qui pourrait venir perturber le déroulé des manches. A suivre donc… En attendant le moral de l’équipe française est bon avec un peu plus de confiance, toujours autant de plaisir et une motivation à toute épreuve.

Source

SailGP

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 9 août 2019

Matossé sous: Match Racing, SailGP

Vues: 276

Tags: , , , , , , , ,

Sous le vent

Au vent