Grands chambardements

  • © François van Malleghem
  • © François van Malleghem
  • © François van Malleghem
  • © François van Malleghem
  • © François van Malleghem
  • © François van Malleghem

Une belle brise de nord-ouest soufflant entre 12 et 18 nœuds et un grand soleil : tel était le menu de ce samedi, en baie de Douarnenez. Les concurrents du Grand Prix Guyader ont ainsi profité des conditions quasi parfaites pour leur dernier jour de compétition. Une ultime journée qui a largement chamboulé les classements. Chez les Dragon, Furie de Guus de Groot qui menait les débats à l’issue des quatre premières manches, s’est ainsi vu rétrograder à la 4e place, cédant la première place à Danish Blue de Poul Richard Hoj Jensen. Ce dernier remporte ainsi l’épreuve pour la quatrième fois mais ne devance que d’un tout petit point Q Ti Too de Fred Gourlaouen, le local de l’étape qui manque de peu de devenir le premier Français à remporter la course. Chez les Diam 24 OD, Beijaflore de Valentin Bellet a, pour sa part, finalement laissé filer sa chance de décrocher une seconde victoire consécutive au profit de Team Réseau Ixio. Le team de Sandro Lacan qui signe, de son côté, sa première victoire de la saison sur le circuit.

Trophée BMW – Studio Legale Duca Dragon : Et de 4 pour Hoj Jensen !

Ce samedi, les 27 équipages de Dragon du Grand Prix Guyader ont enchaîné deux parcours construits. Deux parcours qui ont, comme on pouvait s’y attendre, assez largement bousculé la hiérarchie établie à l’issue des deux premiers jours de course. Et si certains sont forcément un peu déçus, à l’image de Furie mené par le néerlandais Guus de Groot qui a débuté la journée par une contre-performance (17e) ou de Ar Youleg de Christian Guyader et Nenette de Gauthier Guillou qui ont écopé d’une disqualification pour départ prématuré lors de la première course, d’autres, en revanche, ont réalisé de belles opérations. « A l’aube de cette dernière journée de compétition, les points étaient extrêmement serrés. Les cinq premiers se tenaient en moins de six points et les 3e, 4e et 5e étaient à égalité de points. On savait donc que tout allait se jouer aujourd’hui. En ce qui nous concerne, on s’est beaucoup donné et on a réussi à être régulier en bouclant les courses du jour en 3e et 2e positions, des places qui nous permettent, ce soir, de nous hisser sur la plus haute marche du podium », a commenté Poul Richard Hoj-Jensen, le Danois double médaillé d’or olympique qui inscrit ainsi son nom au palmarès de l’épreuve pour la quatrième fois depuis 2000. « Pour gagner, il faut parfois avoir un peu de chance. La régate n’a pas été facile mais nous avons eu ce petit brin de réussite qui nous a permis de faire la différence. La preuve, nous n’avons remporté qu’une seule victoire de manche ! Nous avons réussi à être très réguliers et c’est une satisfaction car hier notamment, le vent a vraiment été très changeant et très instable. Au final, nous ne devançons Q Ti Too que d’un point, ce qui n’est pas grand-chose », a ajouté le barreur de Danish Blue qui empêche donc Frédéric Gourlaouen et sa petite bande de s’imposer à domicile, mais aussi de devenir les premiers Français à remporter le Grand Prix Guyader dans la catégorie des Dragon. « C’est rageant de passer si près de la première place mais pour nous, le contrat est malgré tout rempli haut la main », annonce le Douarneniste qui visait le Top 5 et la première place chez les tricolores. « On termine par une belle journée, avec des places de 1er et de 4e. On rentre donc ainsi exactement le même nombre de points que Danish Blue aujourd’hui. C’est une belle surprise. C’est la première fois en 20 ans qu’on monte sur le podium du Grand Prix. Il y a douze ans, on avait déjà gagné une manche. Cette année, on en a gagné deux ! C’est quelque chose d’extraordinaire pour nous. On est parvenu à être constant. On a joué les bons petits coups et on est resté raisonnable en préférant jouer gagne-petit plutôt que de tenter des grosses options en espérant passer à la caisse, ce qui ne marche d’ailleurs jamais très bien en Dragon », a terminé Fred Gourlaouen.

Classement (après 6 courses) :

1. Danish Blue, Poul Richard Hoj Jensen (Grande-Bretagne) 13 pts ; 2. Q Ti Too, Fred Gourlaouen (France) 14 pts ; 3. Furie, Guus de Groot (Pays-Bas) 17 pts ; 4. Full Speed, Martin Payne (Grande-Bretagne) 19 pts ; 5. Jerboa, Gavia Wilkinson Cox (Grande-Bretagne) 24 pts ; 6. Display, Michiel Van Dis (Pays-Bas) 37 pts ; 7. Nenette, Gauthier Guillou (France) 41 pts ; 8. Ar Youleg, Christian Guyader (France) 42 pts ; 9. Quiksilver, Robert Campbell (Grande-Bretagne) 43 pts ; 10. Ulysse, Jean Berger (France) 44 pts . (27 inscrits)

Trophée Banque Populaire Grand Ouest Diam 24 OD : Team Réseau Ixio damne le pion à Beijaflore

Chez les Diam 24 OD, le match a également été très disputé. Et si avant d’entamer les manches du jour, l’avantage était donné à l’équipage de Beijaflore avec un bonus de cinq points sur ses poursuivants les plus proches, ce sont finalement les hommes de Team Réseau Ixio qui l’ont emporté à l’issue des cinq courses du type stadium du jour (4 pour le rond Argent). « C’est notre première victoire cette saison et forcément, ça fait plaisir d’autant que ce Grand Prix Guyader a vraiment été une épreuve très complète, avec des conditions très variées. On a réussi à gagner trois courses en finale. C’est génial. Cette fois-ci, on n’a pas fait de boulette. Même hier, sur le raid, quand c’est devenu un peu complexe, on s’en est bien sorti. Notre plus mauvaise perf est une place de 6e. On a réussi à être solide sur tous les départs, ce qui n’avait pas été le cas en début de saison. On est dans un bon état d’esprit et on espère que ça va durer. En attendant, ça montre qu’il faut compter sur nous », a commenté le barreur marseillais qui s’est montré très régulier en finale, à l’inverse de Beijaflore qui a encaissé des places de 11e et 7e ce samedi, passant notamment complètement à côté de son départ dans la dernière régate. « Ce n’est pas des places auxquelles on a été trop habitué depuis le début de l’année et ça pique un peu », a avoué Valentin Bellet, vainqueur cette saison de l’EFG Sailing Arabia – The Tour, du Grand Prix Atlantique et du Spi Ouest-France. « On passe à côté du doublé mais on termine malgré tout 2e. On prend quand même ! », a ajouté le Charentais qui continue, de fait, de faire forte impression, tout comme Golfe du Morbihan Breizh Cola et Solune Robert et Cheminées Poujoulat de Robin Follin, indiscutablement les hommes en forme de cette année 2019. « La course a vraiment été très intéressante. On a eu des conditions pas vraiment simples mais des belles conditions du début à la fin. Aujourd’hui encore, on a eu des grosses bascules à gérer. Dans ce contexte, ça n’a pas été facile de faire preuve de constance. L’important a vraiment été de ne pas prendre de plomb. Pour notre part, on est un peu passé à côté du raid et aujourd’hui on a pris une BFD (ndlr : disqualification pour départ prématuré) mais sinon on a toujours été hyper régulier, avec que des manches dans le Top 3. C’est positif », a terminé Robin Follin.

Classement (après 13 courses) :

1. Team Réseau Ixio (Sandro Lacan) 33 pts ; 2. Beijaflore (Valentin Bellet) 42 pts ; 3. Golfe du Morbihan Breizh Cola (Riwan Perron / Solune Robert) 45 pts ; 4. Cheminées Poujoulat (Robin Follin) 47 pts ; 5. EFG Private Bank Monaco (Corentin Horeau / Hussain Al Jabri) 51 pts ; 6. Renaissances Services (Corentin Horeau) 51 pts ; 7. Groupe Atlantic (Aristide Gasquet) 69 pts ; 8. Pink Lady – Pays de l’Orr – Sud de France (Pieter Tack) 77 pts ; 9. Team La Boulangère (Mathilde Géron) 85 pts ; 10. Homkia – Nil Les Sables d’Olonne (Raphaël Censier) 94 pts. (21 inscrits)

Emmanuel Pouliquen, Président du conseil d’administration de Banque Populaire Grand Ouest : « Nous sommes très fiers d’avoir pu contribuer au succès de cet évènement placé sous le signe du sport nautique et de la compétition, mais aussi de la rencontre et du partage. Il est tout naturel pour la BPGO, partie intégrante de la « Banque de la Voile », d’être présente dans les grandes manifestations nautiques de notre territoire. C’est, pour nous, la preuve de notre solide ancrage en Cornouaille, et aussi l’opportunité de prouver notre attachement au développement économique du Finistère. Cette 20e édition a été un succès, et nous sommes fiers d’y avoir participé. »

Bermudes 1000 Race Douarnenez – Brest : Sébastien Simon mène la danse

Ce samedi, les concurrents de la Bermudes 1000 Race Douarnenez-Brest ont tour à tour passé le phare du Fastnet, au Sud de l’Irlande. Sébastien Simon a ouvert le bal ce matin, suivi de Sam Davies et quasiment l’ensemble de la flotte des 17 IMOCA, toujours au complet après 48 heures de course. Très opportuniste, le leader est parvenu à s’échapper quand ses poursuivants ont été ralentis dans une bulle sans vent peu après le Fastnet, mais le parcours réserve encore bien des surprises et les écarts peuvent très vite se réduire en IMOCA. Prochaine marque à franchir : un way-point positionné à 820 milles du Fastnet, dans le nord des Açores.

Ordre de passage au Fastnet :

1. Sébastien Simon (ARKEA PAPREC) à 9h15 ; 2. Sam Davies (Initiatives Cœur) à 10h15 ; 3. Boris Herrmann (Team Malizia – Yacht Club de Monaco) à 11h ; 4. Yannick Bestaven (Maître Coq) à 11h15 ; 5. Maxime Sorel (V and B – Sailing Together) ; 6. Damien Seguin (Groupe APICIL) à 12h30 ; Stéphane Le Diraison (Time for Oceans) à 13h : 8. Clément Giraud (Envol by Fortil) à 13h15 ; 9. Fabrice Amedeo (Newrest – Art & Fenêtres) à 13h15 ; 10. Giancarlo Pedote (Prysmian) à 15h30 ; 11. Manuel Cousin (Groupe Setin) à 16h ; 12. Arnaud Boissières (La Mie Câline – Artipôle) à 16h30 ; 13. Pip Hare (Superbigou) à 18h15.

Source

Rivacom

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Diam 24

Les vidéos associées : Grand Prix Guyader

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Multi50