Philippe Péché premier du groupe des 4 leaders

PHILIPPE PÉCHÉ, PRB, SLOOP, GOLDEN GLOBE RAC, 2018, TOUR DU MONDE, VOILE, SOLITAIRE, COURSE

© YVAN ZEDDA

9ème jour : Le skipper Français Philippe Péché avec son Rustler 36 PRB est en tête depuis ce week-end à 45 miles devant Jean-Luc Van den Heede (Matmut), après avoir fait une descente rapide le long du Portugal. A 6 H UTC aujourd’hui, Péché était le plus proche de la côte marocaine parmi les 16 concurrents en course qui se dirigent vers la Marina Rubicon de Lanzarote, première porte de cette solitaire de 30 000 miles..

Ceux qui ont choisi une route plus à l’ouest à 150 miles des côtes comme le Hollandais Mark Slats (Ohpen Maverick) ou l’Estonien Uku Randmaa (One and All) n’ont pas bénéficié du même vent Nord-Nord Est et ont respectivement perdu 64 et 84 miles.

Deux autres gagnants dans ce jeu de chaises musicales sont la Britannique Susie Goodall (DHL Starlight) qui est montée de la 9ème à la 5ème place ce week-end et est au même niveau que le Norvégien Are Wiig (Olleanna), et l’Australien Mark Sinclair (Lello 34 Coconut) qui est remonté de la dernière place à la 13ème. Goodall a souligné un problème auquel la plupart des skippers sont confrontés aujourd’hui: la couverture nuageuse basse limite leur capacité à obtenir une bonne visibilité du soleil. “Je suis inquiète de trouver les Canaries.” nous a t elle rapporté.

Aujourd’hui le 9 juillet, 281 miles séparent le premier de la course Philippe Péché et le dernier Istvan Kopar, qui a par ailleurs rapporté des soucis de régulateur d’allure

Ertan Beskardes se retire de la course

Ertan Beskardes, le skipper anglais de Bournemouth né Turque a informé la direction de course par satellite tard vendredi 6 Juillet qu’il se retirait de la course pour des raisons personnelles. Plus tard, il a informé ses followers sur Facebook : “Ne pas parler à ma famille régulièrement pour partager mes expériences quotidiennes a malheureusement rendu cette expérience vide de joie et de bonheur. Ces sentiments ont empiré jusqu’à ce que plus rien n’importe à part leur parler. Je n’étais pas prêt pour cette expérience et cette décision fut la plus dure que j’ai jamais prise dans ma vie. J’aime la voile en solitaire mais je me suis senti vraiment seul sans contact. »

Ertan est amarré à La Corunna où sa femme l’a rejoint hier. Un autre facteur qui a pu influencer sa décision fut le fait que sa radio HF ne marchait pas, ce qui lui aurait causé un désavantage certain pour communiquer avec le monde extérieur et pour recevoir des informations météo envoyées par un réseau mondial de radios amateurs.

Les autres font également face à des problématiques pratiques et émotionnelles. Le Français Antoine Cousot naviguant sur son Biscay 36 Métier Intérim, et son concurrent américano-hongrois Istvan Kopar (Tradewind 35 Puffin) rencontrent des problèmes réguliers avec leur régulateur d’allure – du matériel essentiel quand ils atteindront l’océan du Sud – et passent pour le moment de longues heures à la barre. Antoine Cousot a indiqué qu’il pense rentrer au port de Lanzarote pour faire des réparations mais n’a pas encore dit s’il souhaitait recevoir de l’aide extérieure. Les participants sont autorisés à chercher un abri pour faire des réparations à n’importe quel moment sans incidence sur leur statut de navigateur en solo. Ils risquent en revanche d’être relégués à la Chichester Class s’ils entrent dans un port et bénéficient d’assistance.

Un autre navigateur à reporter des problèmes aujourd’hui. Philippe Péché est le premier de la course qui, tout comme Beskardes, rencontre quelques problèmes avec sa radio HF. Ceci pourrait-il affecter sa capacité à récupérer des informations météo ? Si c’est le cas, sa trajectoire actuelle pourrait amener PRB directement dans une zone de vents légers qui bloque la flotte en route vers les Canaries.

Si Péché peut maintenir sa vitesse moyenne à 6 nœuds, le français pourrait compléter les 520 miles jusqu’à la porte de passage de la Marina Rubicon tôt jeudi matin, mais des prédictions de vents légers sur les prochaines 24 heures pourraient prolonger cet ETA jusqu’à jeudi soir/vendredi matin. Cela modifierait les positions qui varient régulièrement. Le tour reste à jouer !

Source

Céline Trommenschlager

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent