Les SB20 à donf dans la rade !

© Sportsworld.com

La compétition commence fort en SB20, puisque c’est à la Massilia que se retrouvent pour la première fois de la saison ces véritables luges-des-mer décoiffantes, mêlant fun et maniabilité. Et c’est en force que la flotte est présente du 13 au 15 avril, parmi la centaine d’unités qui viennent courir la 37ème édition regroupant IRC, équipages et solitaires – qui disputent une manche du championnat de la Méditerranée – mais aussi sportboats et monotypes.

SB20 : de l’action et du niveau

L’année a débuté sur la plus haute marche du podium pour la voile française en Australie au mois de janvier grâce à ce support de haut vol. ” La FFV encadre un groupe de 200 régatiers sous le label France Jeune” explique Ed Russo, le président de la classe “L’idée est de leur proposer de naviguer en permanence sur des supports différents avec du très haut niveau, car on s’est aperçu qu’en multipliant les expériences, on faisait monter les résultats dans la série qu’ils choisissent en vue d’une préparation aux Jeux par exemple. Et surtout, d’éviter que le plus grand nombre s’ennuie et décroche en période olympique du fait du nombre restreint de sélectionnés. Depuis 2013 où le mondial SB20 a eu lieu en France, ce monotype très international fait partie du premier choix” Trois ou quatre équipiers ou équipières sont requis pour assurer le maniement et la manœuvre de ces petits quillards de 6m20 de long, dans la limite des 270 kg de la jauge. Depuis 2014, c’est la Massilia qui ouvre la saison des courses en Méditerranée.

Grand Surprise : la course en continu

La monotypie, c’est la garantie de la régate sous sa forme la plus pure dès lors que tous les protagonistes disposent du même bateau. En Grand Surprise, la bagarre fait rage et tire tous les concurrents vers le haut. C’est dans ce but que le Club a prévu de sortir le grand jeu avec le bateau CNTElles ” Nous avons pour certaines navigué cet hiver notamment en participant au championnat de France de Match Racing et nous étions présentes à la SNIM sur différents bateaux” annonce Marine Pailloux, barreuse et skipper de cet équipage 100% féminin de haut vol “Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas parce que nous sommes des femmes que nous sommes là pour passer les plats ! Le Grand Surprise est un bateau à la fois fin à manier mais qui reste physiquement gérable” Les gros bras ne manqueront pas pour leur donner la réplique, à commencer par Team Winds Vx Farceur – qui vient de remporter la SNIM dans les mains de Loïc Fournier-Foch avec un équipage composé de 5 filles et 3 garçons, à la barbe de Louis-Deryfus Travocean, un bateau 100% masculin aux couleurs du CNTL : “La première place s’est jouée à très peu” commente Guillaume Teppa qui naviguait au poste d’embraqueur “On finit sur trois victoires de manches, juste pour nous donner une belle envie de revanche !” Il faudra aussi compter avec Numeri Comptable, le redoutable équipage familial du parrain de la Massilia 2017, Julien d’Ortoli, ou encore les bateaux armés par des Comités ou collaborateur d’entreprise comme Airbus Helicopter ou Dassault Istres qui se prennent au jeu d’année en année et flirtent de plus en plus près avec le podium.

IRC Osiris : tout pour la régate

Le mélange des genres, c’est la rencontre des amateurs et des professionnels, des habitués et des nouveaux venus, en mer, comme au cœur du Vieux Port, sur les quais du CNTL. Une fête de la voile et de la régate qui prend toute sa dimension depuis que le plan d’eau de Marseille a été désigné pour recevoir les épreuves olympiques en 2024, et d’ici là bien des épreuves, avec pour commencer les finales des World Cup Series au mois de juin. Parmi les nouveaux-venus, Lucas Boniface est le boat-capitain du Milius 50 Daguet 2-Corum. Le bateau, qui a été mis à l’eau il y a un an et demi, sera sur les lignes de départ de l’épreuve phare du CNTL en IRC 1 pour la première fois “Ce que nous venons chercher à la Massilia” annonce-t-il “C’est la rencontre avec les meilleurs de la spécialité, les retrouvailles avec nos adversaires, mais sans pression inutile : de belles régates et une bonne remise en jambe !” Du côté des Osiris, la pression se veut également maitrisée comme en témoigne Alix Guieysse, l’un des moniteurs de l’école de voile du CNTL “Notre structure, qui forme à la croisière et à la course-croisière, permet d’accueillir un très large public toute l’année. Les enfants peuvent faire des sorties en mer à partir de 7 ans s’ils sont accompagnés d’un adulte. Mais évidemment, la participation à la Massilia, c’est la cerise sur le gâteau pour des stagiaires ayant un niveau de compétence et un entrainement adéquat”.

Disparition

Le Comité Directeur, le Bureau et les équipes du CNTL, en association avec les clubs marseillais, tiennent à témoigner leur profonde tristesse et toute leur sympathie à la famille, à la suite du décès accidentel de Jean-Michel Hury, arbitre national FFV, connu et apprécié de tous les coureurs.

La Massilia Cup 2018 – 37e édition – organisée par le CNTL

  • Du vendredi 13 au dimanche 15 avril
  • Ouverte aux IRC, OSIRIS (solo et équipages) Monotypes SB20 et Grands Surprises
  • Inscrite au Championnat Méditerranée et au Championnat Solo Méditerranée IRC – UNCL
  • Parrain : Jean-Baptiste Bernaz, Equipe de France, vainqueur Coupe du Monde Laser 2017
  • Plus de 100 bateaux
  • Régates en rade de Marseille pour les équipages
  • Course Marseille/Saint-Raphaël/retour pour les solitaires (deuxième édition)

Source

Maguelonne Turcat

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 5 avril 2018

Matossé sous: IRC - ORC, Massilia Cup, Régates

Vues: 828

Tags: , , , , , , , ,

Sous le vent

Au vent