A Sour, le jeu s’ouvre

  • Water Sport, Sailing, Diam24, Multihull, Oman, 2018 EFG Sailing Arabia The Tour, Sur
    © Lloyd Images
  • Water Sport, Sailing, Diam24, Multihull, Oman, 2018 EFG Sailing Arabia The Tour, Sur
    © Lloyd Images
  • Water Sport, Sailing, Diam24, Multihull, Oman, 2018 EFG Sailing Arabia The Tour, Sur
    © Lloyd Images
  • Water Sport, Sailing, Diam24, Multihull, Oman, 2018 EFG Sailing Arabia The Tour, Sur
    © Lloyd Images
  • Water Sport, Sailing, Diam24, Multihull, Oman, 2018 EFG Sailing Arabia The Tour, Sur
    © Lloyd Images
  • Water Sport, Sailing, Diam24, Multihull, Oman, 2018 EFG Sailing Arabia The Tour, Sur
    © Lloyd Images

C’est à la voile que la flotte de l’EFG Sailing Arabia – The Tour a rallié le port de Sour, sur la pointe septentrionale de la péninsule arabique. A quelques kilomètres près, c’est ici que se mêlent les eaux de la mer d’Arabie et du Golfe d’Oman. C’est aussi ici que le soleil touche en premier le monde arabe, chaque matin. Le côtier réalisé hier a permis de découvrir une ville tournée vers la mer où naissent des armadas de dhows, ces bateaux traditionnels fabriqués en bois.

Le choc des générations, entre ces vénérables embarcations et les véloces Diam 24 a été de courte durée. Après la victoire de Beijaflore sur le côtier d’hier, la journée d’aujourd’hui s’est avérée ultra-chargée avec 6 nouvelles manches au compteur. Le comité de course a voulu tirer le maximum des conditions exceptionnelles avec un vent solide et une mer plate. Pas une seule fois il n’a fallu déplacer les bouées et les départs se sont enchaînés avec la même régularité que les disqualifications sont tombées. Pas un seul coup de canon n’a été donné sans qu’un concurrent ne tombe, rattrapé par la règle du « black flag » qui sanctionne les départs volés. A ce petit jeu, les Britanniques Stevie Morrisson et Nick Asher (Averda) s’en sont le mieux tirés, juste devant Thierry Douillard (EFG Bank). Déception en revanche pour l’équipage Beijaflore. « On a senti toute la journée que l’on pouvait mieux faire mais nous n’étions pas à 100 % de notre niveau » explique le skipper, Valentin Bellet. Même s’il ne brille pas, l’équipage assure ses arrières et se rapproche un peu plus de la victoire. « Beijaflore est hors de portée » tranche Thierry Douillard (EFG) plus que jamais motivé pour remporter le dernier acte. Il sait qu’il lui faudra garder un œil sur Stevie Morrison. Celui qui est son co-équipier sur le Tour de France à la Voile est aujourd’hui son plus sérieux concurrent. Avec seulement deux points de retard, Stevie convoite cette seconde place.

Derrière, la bataille fait rage entre Lorina Golfe du Morbihan, Vivacar.fr et Cheminée Poujoulat. Les trois bateaux se tiennent en une poignée de points et le dernier acte, à Mascate, promet d’être disputé.

La compétition reprend dès vendredi pour un raid côtier sur le littoral de la capitale avant les stadiums races, programmés samedi.

Classement provisoire :

  1.  Beijaflore (Valentin Bellet) – 13 pts
  2.  EFG Bank (Thierry Douillard) – 23pts
  3. Averda (Stevie Morrison) – 25 pts
  4. Lorina Golfe du Morbihan (Solune Robert) – 34.4 pts
  5. Vivacar.fr (Matthieu Souben) – 35 pts
  6. Poujoulat (Bernard Stamm) – 36 pts
  7. Renaissance (Cédric Pouligny) – 57 pts
  8. DB Schenker (Elodie Mettraux) – 62 pts

Stevie Morrison (Averda) :

« Beijaflore domine depuis un moment et ils ont une belle avance. On peut les rattraper d’un point de vue technique mais vu la manière dont ils naviguent, ça n’est pas réalisable. EFG n’est que deux points devant nous et ils seront notre première cible sur la dernière étape. Il faut que l’on les batte deux jours de suite mais on va leur serrer la vis. »

Valentin Bellet (Beijaflore) :

« Ça a été une dure journée. On termine 3ème et c’est un peu frustrant. On a senti toute la journée que l’on pouvait mieux faire mais nous n’étions pas à 100 % de notre niveau. On fait des manches de 4 ou 5, on ne considère pas ça comme de bonnes manches. On sent que c’est une journée en deçà de ce qu’on a fait jusqu’à maintenant. Il faut réfléchir à tout ça, faire un bon debriefing avant la suite. On ne s’occupe pas du classement général pour l’instant. »

Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) :

« On est un peu frustrés par les deux dernières manches car nous avons déchiré notre Grand Voile. C’est très pénalisant au près. La journée était bonne, tonique. Ça n’était pas facile car il y avait beaucoup de bascules de vent. Nous avons pris l’habitude d’être un peu en avant sur les départs et ça nous a coûté la première manche. Il a fallu être un peu plus sage ensuite. Hier, nous avons fait un super raid côtier. C’était très joli et très disputé. Ici à Sour, l’ambiance change complètement. Il y a de la montagne et nous sommes dans une grande ville avec la mosquée et les minarets en arrière-plan, c’est sympa. »

Cédric Pouligny (Renaissance) :

« Nous continuons de progresser. Il y a de bonnes choses mais ça se joue sur des détails. Naviguer face aux meilleurs est très instructif. Moi aussi je progresse, j’ai de plus en plus de sensations. Sur les stadium racing, tout arrive très vite. »

Matthieu Souben (Vivacar.fr) :

« Nous avons deux belles victoires mais nous avons également deux disqualifications pour départ volé. Nous étions dans une nouvelle configuration d’équipage. Ça ouvre un beau potentiel mais nous avons encore besoin de travailler sur notre communication. Le seul équipage a avoir également remporté deux manches est Averda et ils gagnent la journée. Nous avons été rapides et nous avons eu une bonne lecture du plan d’eau. C’est bien pour le futur de l’équipage. »

Thierry Douillard (EFG) :

« Avec Averda, c’est très serré maintenant. C’est une vraie bataille entre nous. Nous sommes ici pour gagner ce combat et aussi pour apprendre et progresser. Beijaflore est hors de portée mais nous avons toujours des points à gagner et nous voulons remporter au moins deux actes de l’EFG Sailing Arabia – The Tour. »

Source

Sillages Communication

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Diam 24