Le Yachting de tradition en vogue

  • © Stefano Gattini
  • © Stefano Gattini
  • © Carlo Borlenghi
  • © Carlo Borlenghi
  • © Carlo Borlenghi
  • © Carlo Borlenghi
  • © Carlo Borlenghi
  • © Carlo Borlenghi

La 13e édition de la Monaco Classic Week – La Belle Classe, l’un des plus importants rendez-vous de voile classique, vient de se terminer au terme d’une semaine intense, dans une ambiance « année folle ». Le temps n’a aucune prise sur cette biennale unique au monde qui a réuni près de 150 unités, voiliers de tradition, motor-yachts d’époque et canots automobiles anciens pour mettre à l’honneur notre patrimoine maritime naviguant. Créé en 1994, ce rendez-vous a non seulement conservé toute sa fraicheur mais également l’esprit des premiers meetings de canots automobiles de 1904, quand la principauté réunissait les industriels du monde entier pour assister aux épreuves nautiques.

Une semaine dédiée à « l’Art de Vivre la Mer », alternant épreuves nautiques, inspections techniques, concours culinaire, artistique et d’élégance. « C’est le genre d’évènement qui repositionne Monaco telle que la ville a été conçue : autour du port » note Bernard d’Alessandri, Secrétaire Général du Yacht Club de Monaco « Monaco est une destination du yachting qu’il soit moderne ou de tradition. »

Parmi les temps forts, la célébration des 90 ans de Creole, Xarifa et Trinakria qui ont fait une entrée très remarquée samedi dans le port d’Hercule sous les coups de canon et au son des cornemuses, sans oublier l’hommage rendu à Carlo Riva, le génial concepteur des célèbres bateaux en acajou particulièrement prisés par la jet set dès les années 50.

Viola décroche le Trophée Monaco Classic Week 2017

Le grand vainqueur de cette édition est le cotre aurique Viola, magnifique voilier de 1908 considéré comme monument historique puisqu’il est inscrit au patrimoine maritime. Kostia Belkin du Y.C.M., ravi de cette récompense a ainsi résumé l’histoire de son bateau en deux mots : amour et expertise : « nous savons, en tant que skipper, que les bateaux qui reçoivent de l’amour restent éternellement beaux. Je pense également à l’expertise qui est essentielle dans la conservation de ce patrimoine maritime. Sans les équipes des charpentiers de marine, Viola ne serait pas aussi belle. ».

Rappelons que ce prix est attribué au bateau qui combine le meilleur classement du Prix « La Belle Classe Restauration », remporté par The Blue Peter et du Concours d’élégance qui a récompensé Elena of London réplique de la goélette Elena de Nat Herreshoff, lancée en 1911.

Le jury, présidé par Sir Robin Knox-Johnston a eu beaucoup à faire tant la qualité du plateau était relevé. « Ce n’est vraiment pas chose aisée de départager de tels concurrents. Et nous sommes très admiratifs et reconnaissants pour l’implication de ces propriétaires très attachés à faire perdurer leur unité à travers le temps. C’est important de les mettre à l’honneur et de les encourager. En ce sens, cet évènement est réellement unique en son genre » a commenté celui qui a été le premier homme à avoir accompli un tour du monde en solitaire et sans escale.

Concours des chefs : un rendez-vous qui ne manque pas de sel

Toujours très attendu, le concours des chefs, présidé par Jacques Maximin, entouré de Christian Plumail (Y.C.M.), Christian Garcia (Palais princier), Philippe Johannes (Fairmont) et Eva Casanova (Moet Hennessy) a consacré la goélette à trois mats de 50 m Trinakria.

90 ans et éternellement jeune

Considérée comme le chef-d’œuvre de Charles Nicholson, Creole était l’attraction de la semaine. Le Yacht Club de Monaco a tenu à mettre à l’honneur cette goélette à trois-mâts qui souffle cette année ses 90 bougies. Escortée de Trinakria (50 mètres) et le ketch Xarifa, tous deux également lancés en 1927, Creole a majestueusement regagnée sa place dans la YCM Marina, laissant derrière-elle, une trainée de canots automobiles tels que des Riva, des Chris Craft et des Hacker Craft, venus eux-aussi, saluer ce Big Boat de 58.22 m. dont les lignes racées n’ont rien à envier aux modèles les plus modernes.

« Cette entrée dans le port avec tous ces armateurs, ces marins venus saluer le bateau… c’était vraiment un moment magnifique. » a déclaré son armatrice Alegra Gucci, très émue de se voir ovationnée lors de la remise des prix.

Un hommage vibrant

Disparu en avril dernier à l’âge de 95 ans, Carlo Riva a bouleversé le monde du yachting en concevant des bateaux particulièrement prisés par la jet set des années 50 et 60. Brigitte Bardot, Sofia Loren, Elizabeth Taylor ou Richard Burton pour ne citer qu’eux, désiraient posséder une de ces célèbres coques en acajou. Une carrière qui valait bien à hommage rendu par l’ensemble de la famille Riva, réunie au beau milieu de la YCM Marina autour d’une bâche sur laquelle était sobrement écrit « Grazie Carlo ». Un lâcher de ballons turquoises – une couleur qui est non sans rappeler la célèbre marque, symbole du design « made in italy » – a conclu cette petite cérémonie à laquelle Lia Riva, fils de l’Ingegnere, a souhaité assister sur le légendaire Lipicar ayant appartenu à son père. « Cet hommage m’a beaucoup touché et je remercie tous ceux qui y ont pris part. »

Compétitifs jusqu’au bout

En marge des différents concours, les 68 voiliers de tradition, les quatre 15 M JI et la vingtaine de Dinghies 12’ se sont livrés à de belles joutes nautiques offrant un joli spectacle visible depuis la côte.

En 15 M JI, Mariska, barré par Benjamin Redreau n’a laissé aucune chance à ses trois autres comparses remportant 3 des 6 manches courues. Pour Christian Niels, son armateur « la Monaco Classic Week est l’une des régates les plus belles qui existent. Nous reviendrons aussi longtemps que les 15 M JI navigueront. » The Lady Ann et Hispania complètent le podium devant Tuiga barré par Beppe Zaoli associé à Olivier Campana.
Déjà vainqueur aux Baléares, avec ce doublé, Mariska (1908) prend une sérieuse avance pour la conquête du 15 Meter Class Association Annual Trophy avant la dernière étape du circuit organisée à Saint-Tropez.

La classe des voiliers d’époque à gréement aurique réunit les bateaux les plus anciens, qui forcent le respect envers leur constructeur et leurs armateurs actuels, qui continuent à les faire naviguer, au prix de restaurations méticuleuses. Marc Audineau sur Olympian, truste la première place sur 15 concurrents devant Bruno Troublé sur Chips, qui naviguait ici aux côtés de John Marshall, véritable figure de la Coupe de l’America. Kelpie de Philip Martinson monte sur la 3e marche.

Cambria, de Chris Barkham, unique représentant de la Classe des 23 Mètre de Jauge Internationale qui navigue encore, monte sur la première marche du podium chez les Big Boats devant deux unités battant pavillon du Yacht Club de Monaco : le cotre Moonbeam IV (1914) et Elena of London.

Même scénario dans la catégorie des époques Marconi avec la victoire de Brendan McCarty sur Rowdy déjà en tête le premier jour et qui a mené de bout en bout cette 13e Monaco Classic Week. Billoch Martin sur Cippino II et David Myatt sur Erica complètent le podium.

Epreuve régularité : Une quarantaine de canots automobiles, dont une dizaine de Riva (MBS, Ariston, Super, Barilani, Super Florida, Junior) mais aussi des Chris Craft et des Hacker Craft, étaient présents sur l’épreuve de régularité, qui consiste à effectuer un parcours en respectant une vitesse imposée. Celle-ci a été remporté par Why Not, un Riva Junior datant de 1967, suivi de Giolisan, un Riva Super. Le Chris Craft Aristote, venu de Saint Barthélémy, complète le podium.

Rendez-vous du 11 au 15 septembre 2019

Palmarès complet :

TROPHÉE MONACO CLASSIC WEEK 2017 : Vainqueur : Viola (Kostia Belkin)

CONCOURS D’ELEGANCE Voilier : Elena (Mark Dixon) / Canot : Albatros (John Filoes)

PRIX LA BELLE CLASSE RESTAURATION

Vainqueur : The Blue Peter (Mathew Barker)

EPREUVE DE REGULARITE :

Vainqueur : Why Not, un Riva Junior datant de 1967 (Renaud Balay)

YACHTS DE TRADITION – CATEGORIE 15 M JI

1e : Mariska (Christian Niels)

2e : The Lady Anne (Richard Le May)

3e : Hispania (Marcos Garcia Faria)

4e : Tuiga (Pierre Casiraghi)

YACHTS DE TRADITION – CATÉGORIE EPOQUE AURIQUE

1er : Olympian (Marc Audineau)

2e : Chips (Bruno Troublé)

3e : Kelpie (Philip Martinson)

YACHTS DE TRADITION – CATEGORIE EPOQUE MARCONI

1er : Rowdy (Brendan McCarty)

2e : Cippino II (Martin Billoch)

3e : Erica (David Myatt)

YACHTS DE TRADITION – CATEGORIE CLASSIQUE

1er : Encounter (Bart Weduwer)

2e : Resolute Salmon (Valter Pizzoli)

3e : Samurai (Luigi Pavese)

YACHTS DE TRADITION – CATEGORIE BIG BOAT

1er : Cambria (Chris Barkham)

2e : Moonbeam IV (Mikael Creac’h)

3e : Elena of London (Stephen Mc Laren)

DINGHY 12’

1er : Trecivette (Nicola Rainusso)

2e : Pupi (Alessandro Pedone)

3e : Cice (Philippe Battaglia)

Source

Isabelle Andrieux

Liens

Informations diverses

Au vent