Roland Jourdain, Erwan Le Roux, Paul Meilhat…

© Pierre Bouras

Au cœur des flottes des 15 catégories, réparties sur les trois parcours, de cette ArMen Race les stratèges ont fait chauffer les neurones et les équipiers ont enchainé les manœuvres. Les conditions météo de cette 5e édition du « Fastnet Breton » ont en effet été complexes à souhait et la mer, encore formée hier, a donné du fil à retordre à tout le monde. Cette nuit, le long bord de portant fut une récompense unanime, même si, là encore, les coups tactiques ont fusé.

 

Nuit de l’ArMen de 130 milles

IRC double (2 partants)

Tout s’est joué sur la descente vers Belle Ile en IRC double sur ce parcours de la Nuit de l’ArMen. Alliance, en tête sur la première partie de parcours a cédé son leadership à Triga, sur la descente vers Belle Ile. Le Sun Fast 3200 a allongé la cadence et accentué son avance jusqu’à l’arrivée.

1er Triga (P.Mack) en 21h16’46’’

2e Alliance (R.Gauvin) en 23h29’40’’

Osiris (21 partants)

A 4h19 ce samedi, ils ont été les tous premiers concurrents de cette ArMen Race à mettre pied à terre ! Sur la montée comme sur le retour la flotte a largement occupé le plan d’eau testant différentes options… Et jusqu’au bout le trio de tête a bataillé ferme pour la victoire.

Corentin Lognone skipper de Solidaires en Peloton III : « C’était pour nous une première participation. Le bateau a été mis à l’eau en février. C’est sa première course off shore. La journée d’hier a été belle mais assez rude avec du près jusqu’à la jument. Il y avait pas mal de mer à cause du coup de vent de la veille. Les vagues nous ont fait souffrir au près, mais nous ont permis de superbes surfs à 15 nœuds ensuite ! »

1er Solidaires en Peloton III (C.Lognome) en 18h42’50’’

2e Bohemia Praha (P.Stolba) en 19h06’54’’

3e SMA (P.Meilhat) en 19h13’22’’

Mini 6,50 (2 partants)

Ils n’étaient que deux Mini, sur le parcours de la Nuit de l’ArMen, mais ils se sont livrés à un véritable duel du départ à (presque) l’arrivée !

Quentin Vlamynck (Mini Arkema) premier Mini : « On a fait une belle bagarre avec Brendan (Brendan Archin, Mini Up Down Wind) jusqu’à Belle Ile, on ne s’est pas lâché ! On était au contact tout le temps. Et c’était très intéressant parce qu’avec Charly, qui a fait mes voiles, on a pu tester plein de réglages. A deux, c’est parfait pour ça ! En plus, le parcours était parfait avec un vrai grand bord de près et pareil au portant. Même si le près était un peu long… il y avait beaucoup de mer.

Le temps d’aller prendre une douche et je vais pouvoir aller accueillir Lalou (Lalou Roucayrol skipper du Multi 50 Arkema Région Aquitaine) »

1er Arkema (Q.Vlamynck) en 22h49’36’’

2e Up Down Wind (B.Archin) en 23h22’25’’

IRC 4 (7 partants)

Ça a joué serré du début à la fin en IRC 4. Après un début de course groupé, les options stratégiques ont fusé à l’approche des Glénan. Un concurrent a même joué l’intérieur de Groix… Anegada (P. Girardin) a enroulé la jument des Glénan en tête, d’un fil. Ses poursuivants ont attaqué par le large sur la descente, mais la route directe a payé. A Belle Ile, Tom Line fait l’intérieur et prend la tête. La dernière ligne droite a été elle aussi âprement négociée, le peu d’écarts à l’arrivée en est la preuve.

1er Anegada (P.Girardin) en 20h35’05’’

2e Belauan (JC.Malraison) en 21h05’11’’

3e Tomline (G.Gouronnec) en 21h07’52’’

Pogo 8,50 (3 partants)

La flotte des Pogo 8,50 a joué groupé au début du parcours, avant de s’éparpiller plus largement sur le plan d’eau lors de la descente vers Belle Ile. Là le duo gagnant s’est détaché du peloton, suivi d’Adagio Pogo, mais ce dernier n’ayant pas enroulé Basse Capella, la dernière marque de parcours, il n’est pas classé.

1er Hyperion (H.Guillemot) en 21h47’23’’

2e Crocus (A.Michon) en 21h55’56’’

3e Demain dès l’aube (C.Dabir) en 23h48’18’’

Parcours ArMen Race long 320 milles

Ultime

Le Team Musandam Oman Sail a joué en cavalier seul, en Ultime, suite au désistement du Team Edmond de Rothschild sur cette ArMen Race. Roland Jourdain, qui remplaçait Sidney Gavignet pour cette course, était accompagné d’équipiers Omanais, de l’espagnol Alex Pella et du finistérien Loïk Gallon. Ils se sont fait un plaisir de batailler en début de parcours avec les Multi 50 avant de s’échapper seuls en tête…

Roland Jourdain : « C’était une très belle course ! Il y a eu du contact au début avec les Multi 50, un petit match bien sympa. C’est un bon entrainement pour tout le monde avec beaucoup de manœuvres. Pour les Omanais, passer une nuit en mer en course est aussi un bon test. La montée n’a pas été très facile avec une mer un peu délicate et du près. Il a fallu se donner un peu de mal pour aller là haut. Quelques estomacs ont été mis à l’épreuve…

Ensuite, une fois enroulée l’Occidentale de Sein on a envoyé le gennaker et là c’était parti pour la glisse !

Je vais rester avec l’équipe pour une semaine d’entraînement encore. »

Musandam Oman Sail (R.Jourdain) arrivé à 5h 36′ 28” temps de course 20h 46′ 28”.

Multi 50

Les deux Multi 50 sont arrivés respectivement à 9h29 et 9h55 à la Trinité-sur-mer. Le mano a mano tant attendu en Multi 50 entre FenêtreA – Prysmian (Erwan Le Roux) et Arkema Région Aquitaine (Lalou Roucayrol) a bel et bien eu lieu. Les deux équipes ont bataillé flotteur dans flotteur jusqu’à l’île de Sein. Là, les trinitains ont joué le courant, puis bien négocié la remontée vers l’ArMen. Le duel s’est poursuivi au portant, avec un léger avantage pour FenêtreA – Prysmian. Au nord de Belle Ile, ils ont pris un ascendant définitif sur leurs adversaires, pour ne plus le quitter.

Erwan Le Roux était accompagné de son futur co-skipper sur la Transat Jacques Vabre, l’italien Giancarlo Pedote, de son préparateur Adam Currier et de Thomas Coville.

Erwan Le Roux (FenêtreA – Prysmian), vainqueur en Multi 50 : « L’équipe a vraiment bien fonctionné : Giancarlo a fait une très belle navigation, nous étions toujours au bon endroit ; Thomas a barré parfaitement, c’était un vrai plus de l’avoir à bord ; Adam a réglé le bateau aux petits oignons comme il sait le faire. Nous étions vraiment à l’aise en vitesse. C’était une belle régate, avec des super conditions météo. Il y a eu une belle bagarre avec Lalou. C’est la 3e victoire de la saison, merci à cette belle équipe ! »

Thomas Coville : « C’est grisant ! Ce sont des bateaux très agréables, sains. C’était ma deuxième navigation à bord, c’est un grand plaisir ! Surtout sur un parcours au large comme celui de l’ArMen Race. C’est une très bonne chose qu’il y ait des épreuves de ce format-là avec des navigations de nuit et pour toutes les catégories, parce que ça bataille sur tous les parcours. Il y a une réelle attente à ce niveau-là. Donc merci à Erwan de m’avoir invité et merci à la SNT pour cette belle course ! »

Lalou Roucayrol (Arkema Région Aquitaine), second en Multi 50 : « A chaque course, à chaque sortie, nous continuons d’apprendre sur notre bateau. Nous gagnons aussi à chaque fois en cohésion, ça va porter ses fruits. Nous sommes encore un peu irréguliers en vitesse. Sur la fin, nous étions d’ailleurs sensiblement plus rapides qu’eux…

C’est un format de course qui est parfait ! 24h en mer avec du large, des options, du vent (j’ai toujours eu du vent sur l’ArMen Race), cela permet de vraiment se mettre un rythme de course et de bien travailler sur sa stratégie. C’est fatiguant mais très intéressant ! »

FenetreA – Prysmian (E.Le Roux) arrivé 9h 29′ 14” temps de course 24h 34′ 14”

Arkema Région Aquitaine (L.Roucayrol) arrivé à 9h 55′ 21” temps de course 25h 00′ 21”

Imoca

Les deux Imoca ont joué bord à bord sur la montée vers la Pointe Bretagne. A Penmarch, le duo SMA Meilhat/Desjoyeaux sur SMA marquait un premier avantage. L’Imoca vainqueur du dernier Vendée Globe et de la dernière Route du Rhum reste une référence sur le circuit, et bien mené en plus… Passé l’Occidentale de Sein, ils ont sensiblement creusé l’écart, mais l’équipe de Tanguy de Lamotte (Initiatives Cœur) n’a pas démérité, loin de là, à bord de leur bateau de l’ancienne génération. L’équipe au cœur rouge est même bien revenue sur les leaders à la faveur d’un joli coup tactique sur la descente vers l’ile d’Yeu, avant de reperdre quelques milles sur la dernière ligne (pas droite) vers le port trinitain.

Paul Meilhat, skipper de SMA, vainqueur en Imoca : « C’était ma première ArMen Race. Nous avons eu de belles conditions avec du médium jusqu’à l’ile de Sein et beaucoup de mer et pas de coups à jouer. Il y a eu une belle bagarre avec Initiatives Cœur. Nous avons réussi à bien négocier le passage de Sein, à contre courant, nous avons créé un petit écart à ce moment là. Dans la nuit, nous ne savions plus où ils étaient, ce matin ils sont revenus sur nous mais nous avons réussi à les contenir. Il y a eu beaucoup de manœuvres, j’ai encore beaucoup appris. C’était super intéressant ! »

Michel Desjoyeaux : « Paul n’est plus élève, il commence à bien connaître le bateau. Cette nuit, nous l’avons laissé seul ! Il nous reste encore des choses à découvrir sur ce bateau qui a été encore un peu boosté… Mais nous avons engrangé pas mal de milles déjà à bord et ça fonctionne bien.

Ce format de course permet de bien travailler, passer une nuit en mer, au large cela devient assez rare. Avant il y en avait beaucoup, maintenant moins : la roue tourne… »

SMA (P.Meilhat) arrivé à 15h52’40’’ temps de course 31h 07’ 40’’

Initiatives Cœur (T.de Lamotte) arrivé à 17h58’07 temps de course 33h13’07

Parcours ArMen Race court de 216 milles

Class40

Incontestable victoire de Solidaires en Peloton en Class40 : Thibaut Vauchel Camus a coupé la ligne à 13h58’19’’ avec 1h et demi d’avance (18 milles d’avance) sur le deuxième Moustache Solidaire de Thibault Hector. L’équipe malouine a fait la différence dès hier soir, en approche de l’île de Sein. Vitesse, stratégie, expérience : tout a compté. Les autres équipages, relativement moins aguerris, ont bien bataillé.

Thibaut Vauchel Camus, skipper de Solidaires en Peloton, vainqueur en Class40 : « C’est comme un grand parcours banane (entre deux bouées) de 200 milles ! C’était vraiment une belle façon de travailler encore sur les réglages. A quatre, nous pouvons confronter nos avis, nos expériences, et progresser. C’était l’objectif, ainsi que de faire des milles avec Victorien (Victorien Erussard, co-skipper de Thibaut sur la prochaine Transat Jacques Vabre). De mon côté, je continue de découvrir le bateau. Sur la Route du Rhum, nous avons eu un bord de près, le reste était au débridé. Là nous avons bien pu travailler à toutes les allures dans un vent oscillant : c’était parfait ! »

1er Solidaires en Peloton (T.Vauchel Camus) arrivé à 13h58’19 temps de course 29h13’19

2e Moustache Solidaire (T.Hector) arrivé à 15h 31’47 temps de course 30h46’47

3e Be.Brussels (A.Roura) arrivé à 15h50’17 temps de course 31h05’17

IRC 1

Combat des chefs en temps réel, sur la montée, au près, vers la Pointe Bretagne, entre le VOR 60 Team Jolokia et le Mach 45 de Nicolas Groleau. Deux bateaux, deux équipes aux antipodes l’un de l’autre, mais ils ont pourtant ferraillé jusqu’à l’Occidentale de Sein. Sur la descente vers la Trinité-sur-mer, au portant, le Mach 45 a logiquement allongé la foulée, le rating de chacun donnera un classement en temps compensé bien différent.

Nicolas Groleau (Mach 45 Bretagne Telecom) premier en temps réel en IRC 1 : « C’est un bel entrainement, une bonne préparation pour la Fastnet Race. Nous avons eu le vent dans l’axe sur toute la montée et même encore pour rallier l’Occidentale de Sein. Il fallait jouer chaque bascule, ce n’était pas prendre tout dans le bon sens !

Nous manquons de course de ce format sur la façade Atlantique. Le bateau est fait pour ça, pas pour tourner entre deux bouées. »

Pierre Meisel (Team Jolokia) deuxième en temps réel en IRC 1 : « Nous aurions pu garder notre première place, mais nous avons eu des ratés pendant une manœuvre et nous avons perdu beaucoup trop de distance… C’est déjà une telle gageur de s’entraîner avec notre équipage de la diversité depuis seulement deux mois et de mener la flotte pendant plus de la moitié de la course : nous ne pouvons qu’être heureux de ce résultat et de ce qu’il dit sur le potentiel des équipes mixtes !”

Pas de classement encore disponible

IRC double

Bagarre très compacte jusqu’à la Pointe Bretagne avec beaucoup d’options et de coups tactiques à jouer. Une fois l’ArMen dans leurs sillages, les leaders ont su faire la différence à l’image de Warhorse (Nicolas Gourio) et de Hey Joe (Antoine Croyère).

Pointage à 17h

1er Galatée

2e Crews control

3e Cifraline 4

IRC 2

Dans le groupe de tête depuis le départ, Lann Ael (Didier Gaudoux) a pris un ascendant sur ses poursuivants au passage de la pointe de Penmarch’. Il a confirmé au portant. A noter que la talentueuse Jeanne Grégoire œuvrait notamment comme stratège à bord.

Pointage à 17h

1er Rhapsodie V

2e Cofely GDF – Suez

3e Dunkerque Plaisance

IRC 3

Tout s’est joué aux Glénan pour ce petit groupe de compétiteurs : 4 ont joué l’intérieur, les 5 autres le large. Les premiers ont pris un léger ascendant, Nauti-stock.com en tête. Un leadership qu’il n’a plus lâché ensuite, confortant même son avance au délicat passage de l’Occidentale de Sein et dans la descente au portant ensuite.

Pointage à 17h

1er Nauti-stock.com

2e Chacastral 3

3e Crescendo

Multi 30

Deux courses dans la course en Multi 30 avec le Multi 2000 de Yann Marilley (No Limit Yacht) construit de ses mains, plus long et plus rapide que les « petits » 30 pieds qui a joué cavalier seul en temps réel en tête de flotte. Chez les 30 pieds, Charlie Capelle (Accapella Soreal) a mené de bout en bout ce parcours de 216 milles.

Pointage à 17h

1er No Limit Yacht

2e Accappella Soreal

3e Groupe Berto

Osiris

Une flotte un peu plus étalée qu’en IRC mais une intense bataille tactique sur la montée au près, comme sur la descente, au portant avec des options très marquées au large notamment. Au final, Le Pogo 40 Canahbaque a toujours pointé dans le trio de tête, au coude à coude avec trois Pogo 12,50 Bevrenn, Aloha et Sweet Lili, le Figaro 2 Pari Voile. A suivre !

Pointage à 17h

1er Canhabaque

2e Pari Voile

3e Bevrenn

Source

Kaori

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent