157 équipages dans les starting-blocs

Ils ne sont pas mécontents d’être au ponton les coureurs de l’ArMen Race. Ça moutonne dans le chenal de la Trinité-sur-mer, les grains alternent avec de brèves éclaircies et les 30 nœuds établis annoncés soufflent bel et bien…

Demain, comme prévu, les 157 équipages inscrits à cette 5e édition du Fastnet Breton s’élanceront à partir de 8h vers le phare ArMen, ou vers les Glénan.

Trois parcours ont finalement été tracés :

  • un long de 320 milles (600 km) pour les bateaux les plus rapides, le Mod 70 Musandam Oman Sail skippé par Roland Jourdain, les trois Multi 50 (FenêtreA – Prysmian d’Erwan Le Roux, Arkema de Lalou Roucayrol, Un monde sans sida d’Eric Nigon) et les deux Imoca (SMA de Paul Meilhat et Initiative Cœur de Tanguy de Lamotte) ;
  • un court de 216 milles (400 km) pour les Multi 30, les Class40, les IRC 1, 2, 3 et doubles et les OH ArMen.

Ces deux flottes iront jusqu’à l’Occidentale de Sein, les premiers descendront ensuite jusqu’à l’ile d’Yeu avant de remonter vers la Trinité-sur-mer, tandis que les seconds rentreront directement vers le port Trinitain.

  • Le troisième parcours, c’est celui de « La nuit de l’ArMen », initialement dédié aux coureurs qui ne souhaitaient passer qu’une seule nuit en mer, il rassemblera finalement tous les bateaux les moins rapides de la flotte (IRC 4, Mini et Pogo 8,50). Ces quelques 45 concurrents iront enrouler une marque de parcours aux Glénan avant de redescendre via Belle Ile et le sud d’Houat et Hoedic.

Cette échelle de parcours, crée en fonction des vitesses de chacun permettra de regrouper l’ensemble des arrivées samedi, dans la journée.

Les départs vont se succéder demain matin entre 8h et 8h50, les arrivées sont prévues dès l’aube samedi et jusqu’en soirée…

Ce sont les skippers qui en parlent le mieux

Erwan Le Roux skipper du Multi 50 FenêtreA – Prysmian :

Nous avons toujours terminé 2e sur l’ArMen Race, l’objectif est donc clairement la victoire ! Demain, la montée sera stratégique. Il faudra bien jouer les bascules, il y aura aussi des coups à jouer à l’Occidentale, avec beaucoup de manœuvres. Il faudra être précis dans notre timing, car c’est là que l’on pourra éventuellement creuser les écarts. Nous serons 4 à bord avec Giancarlo Pedote, co-skipper pour la Transat Jacques Vabre, notre préparateur Adam Currier et Thomas Coville qui navigue avec nous depuis le début de la saison. »

A bord du Multi 50 Arkema de Lalou Roucayrol, c’est Marc Guillemot qui embarquera en « special guest » sur cette ArMen Race. Le duel entamé entre ces deux teams depuis ce début de saison promet de monter encore en intensité !

Tanguy de Lamotte, skipper de l’Imoca Initiative Cœur :

C’est une première pour nous, je suis très content d’être sur cette épreuve à la fois sympa et avec un parcours très technique. Elle fait partie des quatre grandes courses d’avant-saison de notre programme. Nous avons tout organisé pour pouvoir être bien préparé techniquement. L’objectif est de tirer sur le bateau, de valider le travail réalisé cet hiver et de répéter nos gammes. L’idée est aussi de faire naviguer l’équipe, notre maître voilier Rémy Aubry et nous aurons aussi Anne-Claire Le Berre (notamment Championne France Promotion Match Racing Féminin et 3ème du circuit mondial 2014) à bord !

Charlie Capelle, skipper du Multi 30 Accapella – Soreal :

C’est notre 2e course de la saison, ce sera tonique mais Accapella – Soreal est fait pour ça ! C’est un bateau fait pour le large, il faut savoir doser les ardeurs de la machine, elle est parfois capricieuse, mais c’est un bateau merveilleux… c’est un bateau marin, un « Golden Oldie » de 35 ans ! Qui fait désormais partie des « BIP » Bateaux Inscrits au Patrimoine Maritime et Fluvial. Nous avons tout un programme de course cette année et j’aimerais refaire encore la prochaine Route du Rhum… à suivre !

Mathieu Thiercelin, skipper de Pen Duick III :

L’ArMen Race est une découverte pour nous, nous avons été gentiment invité à y participer, nous allons tout faire pour faire avancer notre beau mais lourd bateau au mieux ! La montée vers l’Occidentale de Sein sera une course contre la montre pour passer le Ras de Sein avant la renverse de courant. C’est un coefficient de 80… Il y aura une bascule à anticiper aussi, mais l’objectif est avant tout de se faire plaisir !

Source

Kaori

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent