Les Bas-Normands en tête au Tuskar Rock

© Jean-Marie Liot

La Basse-Normandie est aux avant-postes avec GROUPEMENT FLO de Brieuc Maisonneuve et Rémi Aubrun. Le bateau rouge et blanc devrait contourner le Tuskar Rock dans les minutes qui viennent en première position. Les deux skippers « amateurs » assoient leur statut de leader, plus de 13 milles devant 2 poursuivants qui ne lâchent rien. Avant l’arrivée des premiers à la marque du Tuskar Rock, la direction de course a annoncé un changement de parcours.

La nuit a été rude pour les nerfs des 32 skippers. Trois à quatre bateaux se sont même vus reculer de quelques centaines de mètres ou ont du mouiller sur une mer d’huile et sans vent. Patrice Bougard sur KOGANE en témoigne : « Nuit difficile, pas de vent, du courant contraire et une bulle anticyclonique au dessus de la tête. Toute notre belle journée d’hier a été réduite à néant. Les bateaux devant sont partis sans nous attendre et ceux de derrière nous ont rattrapé et doublé. Après avoir mouillé pour éviter de reculer nous sommes repartis mais sans beaucoup avancer. “C’est comme ça” me dit Richard, le britannique, dont j’envie le flegme ».

Le skipper bas-normand, Brieuc Maisonneuve, et son co-skipper Rémi Aubrun, sur GROUPEMENT FLO, sont en tête depuis 5h30 ce matin et ont pris de l’avance : « nous avons pris une option un peu osée en virant seulement aux abords de l’île de Lundy, bien à l’est de la route directe, mais ça paye ! On se fait plaisir, le bateau va bien et c’est top. Nous avions envie de prendre une option un peu radicale, il semble que cela ait marché ! Au départ, c’était pour aller chercher un flux qui était sur notre nord-est qui amenait de la pression. » Ils devraient contourner très prochainement le Tuskar Rock, groupe de rochers surmontés d’un phare au large de la côte sud-est du comté de Wexford, en Irlande et célèbre pour être le risque à la navigation le plus important de la côte irlandaise.
Derrière, personne ne lâche : « Rémi et Brieuc ont bien creusé l’écart, mais la course n’est pas finie, il y a encore des coups à jouer, mais ça commence à être difficile de revenir à leur niveau, en tout cas on cravache dur pour ça » déclare Thomas Ruyant, depuis L’EXPRESS – TREPIA (4ème à 25 milles des leaders). CAMPAGNE DE FRANCE (2ème) et GDF SUEZ (3ème) sont également à la poursuite des normands et ne tiennent pas à ce qu’ils prennent trop d’avance !

Les prévisions météo ne permettant pas à la flotte d’aller jusqu’au Fastnet, la Normandy Channel Race a vu son parcours modifié ce matin par la Direction et le Comité de course. Après avoir passé le Tuskar Rock, en Irlande, les Class40 vont pouvoir repartir au portant, direction Wolf Rock à nouveau (à laisser à tribord) avant de plonger plus au sud pour contourner la bouée Lizen Ven Ouest, au nord de l’Aberwrac’h en Bretagne. L’île de Guernesey sera ensuite à contourner en la laissant à bâbord pour enfin longer le Cotentin et revenir sur la ligne d’arrivée au large de Ouistreham, samedi selon les prévisions.

La météo prévoit pour la suite des événements un vent de nord assez soutenu entre 10 et 15 nœuds, ce qui promet de belles vitesses en mer Celtique.

Ils ont dit à la vacation:

CAMPAGNE DE FRANCE – Miranda Merron :

Nous étions accompagnés de GDF SUEZ jusqu’à ce qu’il vire. La nuit a été intense à surveiller GDF SUEZ et ERDF. Nous parvenons à les garder dans notre tableau arrière mais nous restons vigilants. Nous avions, il y a une heure, un brouillard dense avec des dauphins, c’était assez mystique ! C’est assez dégagé maintenant mais ce n’est pas encore le grand soleil et il fait un peu frais. Nous avons 10 nœuds de vent, c’est agréable.

GDF SUEZ – Sébastien Rogues :

Nous avons vu des loutres géantes à 10 milles des côtes anglaises, c’est la première fois que j’en voyais, en fait ce sont des phoques mais nous appelons comme ca. On leur a demandé d’aller voir si notre bulbe était endommagé. Elles n’ont pas voulu, peut-être qu’elles n’ont pas compris car elles ne parlent qu’Anglais. Nous partons à la chasse de Brieuc et Rémi qui ont fait un beau parcours jusque là. On s’amuse bien, on prend notre pied, super ambiance : on s’éclate ! On vous envoie le Tuskar en vidéo, maintenant que le brouillard s’est levé ca va être sympa.

SWISH – Roderick Knowles :

Ca va très bien, il fait très beau, je pense qu’il y a entre 12 et 15 nœuds. Nous n’avons pas vu de concurrents depuis 2/3 heures. En revanche, on n’arrête pas de voir des dauphins. On a une TSS devant nous donc on ne va pas tarder à virer pour l’éviter. Tout va très bien à bord, on mange des frites. Nous essayons de regagner des places mais ce n’est pas facile avec les conditions. On dort bien et on mange bien. J’espère que tous les autres bateaux vont bien également !

LA BELLE EQUIPE 2 – Loïc Coudret :

Journée difficile hier mais qui nous a permis de raccrocher tout de même au wagon. Maintenant nous sommes au près, au milieu de la bagarre, en direction de la prochaine marque. Nous naviguons à vue de trois autres bateaux, c’est sympa. 12-13 nœuds de nord-ouest donc nous avançons bien. Bonne ambiance à bord !

L’EXPRESS – TREPIA – Thomas Ruyant :

Un petit peu monotone là mais sous le soleil ! Moment difficile entre Cap Lizard et Land’s End, on a voulu passer à la côte lentement mais surement. Mais dans la molle, les écarts se font vite. Rémi et Brieuc ont bien creusé l’écart, la course n’est certes pas finie mais ça commence à être difficile de revenir à leur niveau, en tout cas on cravache dur pour ça. On travaille beaucoup sur la météo, on a gagné quelques places depuis hier, quatrième pour l’instant, on fait une belle course, après c’est vrai que les conditions ne sont pas facile, nerveusement surtout. Des petits décalages d’une centaine de mètre peuvent tout changer.

ERDF – Des pieds et Des mains – Jeanne Grégoire :

La nuit n’a pas été top, parce que nous avons un petit « problème de carbu » quand nous sommes au près et ce n’est pas encore résolu… On ne se sent pas très intelligent, pas comme Brieuc qui nous a fait une option magnifique. En attendant on fait du tourisme, nous passons par des endroits sublimes, nous voyons même des gens se balader sur la belle côte anglaise bien verte. C’est peut être la première fois que ces terriens voient la mer par beau temps comme ça. Niveau course, on ne lâche rien. Nous essayer de rester cohérent dans notre stratégie. En tout cas on a le sourire sous ce beau temps !

SERENIS CONSULTING – Jean Galfione :

Bonne ambiance, nous sommes bien poursuivis. Hier nous avions fait des bons coups et avions pris goût à être devant mais notre journée de pétole nous a fait un peu mal, dur de voir tous nos camarades partir sans nous. Nous les voyions dans une bande de vent à 200 mètre de nous que nous n’avons jamais touché… Nous avons vu le changement de parcours, il y a encore du changement et des coup à jouer, ‘est bien ça le charme de la Normandy Channel Race, on compte bien sur Guernesey ! Bilou va très bien, heureux comme tout après avoir bien dormi et sirotant son petit café !

CONCISE 2 – Juliette Pêtrès :

Ca va très bien à bord. It’s time to lunch for Philippa. Moi j’ai déjà pris des nouilles chinoises. Nous nous disions justement que nous n’avions jamais vu la mer d’Irlande aussi belle avec un léger vent, on avance, c’est idyllique. Je n’en avais entendu que du mal. On a le moral, tout se passe merveilleusement bien !

Source

SIRIUS EVENEMENTS

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent