Sévère avarie pour Patrick Girod

© Christophe Breschi/Nescens

C’est après soixante-cinq heures de course, au milieu de la nuit et alors qu’il s’apprêtait à franchir la ligne d’arrivée en troisième position que Patrick Girod a confondu le projecteur du Comité de course avec une bouée Cardinale. Cette erreur d’appréciation a malheureusement été lourde de conséquences pour le skipper, puisque son voilier Nescens s’est échoué sur les cailloux à l’entrée de l’étroite rivière de La Trinité-sur-Mer. À ce stade, l’ampleur exacte du sinistre n’est pas connue mais le monocoque a subi d’importants dégâts, qui compromettent la suite de son programme à court terme.

Ce regrettable incident rappelle à tous que la course n’est jamais terminée tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie. Patrick avait pourtant réalisé une régate exemplaire, malgré des conditions éprouvantes. Sur les trente-sept voiliers engagés, seuls treize étaient encore en course après deux jours de mer. Même Yves Le Blevec, directeur de course et ancien vainqueur de la Mini Transat, avait relevé la détermination des skippers, déclarant: «Ils ont vécu une nuit très difficile entre mercredi et jeudi. Le parcours initial devait faire 500 milles. Au final, les concurrents en ont parcouru 250. Mais ce qu’ils ont fait vaut largement le grand parcours.»

Patrick Girod est évidemment choqué et son moral en a pris un coup. Il s’est rapidement exprimé avant d’aller prendre un peu de repos: 

Jusqu’à l’île de Ré, ça allait. J’ai pu trouver des plages de sommeil bref qui m’ont permis de récupérer un peu. C’est lors de la remontée vers La Trinité-sur-Mer que la situation s’est dégradée. La mer était tellement dure que ça m’a usé. J’ai pensé m’arrêter pendant la remontée, ça m’a effleuré l’esprit, mais je me suis dit que lâcher la course serait encore plus dur à vivre que de continuer. Et puis j’ai pu prendre le bulletin météo de l’île d’Yeu, qui m’a redonné confiance. La mer s’est un peu calmée et j’ai pu rejoindre La Trinité-sur-Mer. À l’arrivée, alors que j’avais pourtant rentré tous mes waypoints (ndla: les positions virtuelles, à suivre sur les systèmes électroniques de navigation), j’ai vu ce feu, qui était en réalité le projecteur du bateau Comité et j’ai cru que c’était une bouée Cardinale. Je me suis échoué. C’est un apprentissage, je suis un régatier, pas encore un marin.

Patrick est allé se coucher à l’aube, après avoir sécurisé son bateau au port avec l’aide des bénévoles du club. Il évaluera la situation à tête reposée. Cet incident ne remet pas en cause sa volonté de poursuivre, ni celle de son sponsor et partenaire, Nescens. Comme le précise Nathalie Aubrun, Directrice de Nescens, «Patrick a fait preuve de qualités humaines et sportives exceptionnelles depuis le début de la saison. Cet incident est évidemment regrettable, mais il s’inscrit dans le cadre de son apprentissage de la course au large. Notre objectif ultime est la Mini Transat 2015, et toute l’équipe de Nescens se réjouit de poursuivre cette aventure aux côtés de Patrick.»

Source

Kaori

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 23 mai 2014

Matossé sous: Course au Large, Mini 6.50, Mini en Mai

Vues: 1975

Tags: , , ,

Sous le vent

Au vent