François Gabart sur le pont d’une saison 2014 riche et variée

© VPLP

Sur l’eau ou à l’ombre des chantiers et des bureaux d’études, c’est sur tous les fronts que François Gabart et Macif entament la saison 2014. Alors que le monocoque MACIF est rentré dans son hangar de Port-La-Forêt fin février, le compte à rebours est à nouveau lancé pour son skipper et son équipe. Le 2 novembre prochain, le vainqueur du Vendée Globe s’alignera pour la première fois, au départ de la Route du Rhum, où il figurera parmi les grands favoris. En vue de cette transat en solitaire, il s’engage dans une préparation qui ne laisse rien au hasard. Navigations soutenues et entraînements pointus à bord d’un catamaran de sport (Classe A) et de l’IMOCA, vont rythmer son quotidien. Côté coulisses, le compétiteur n’est pas en reste. C’est avec plaisir qu’il a ressorti sa casquette d’ingénieur pour suivre au plus près la conception du Trimaran Macif, dont la construction commence tout juste. Enfin, dans la continuité des années précédentes, il sera l’ambassadeur de la démarche Macif Solidarité Mer qui participe, entre autres, à la prévention et à la sécurité en mer.

Sur le plan sportif, qui dit 2014, dit Route du Rhum…

Effectivement, la Route du Rhum est l’objectif sportif de cette année. C’est une course importante et une grande première pour moi, qu’il me tient à cœur de bien préparer en naviguant le plus possible. A la fin du printemps, dès que MACIF sera mis à l’eau avec son nouveau mât, sa nouvelle quille et ses nouveaux safrans, je me consacrerai à un programme d’entraînement spécifique. Dès juin, je suivrai les stages avec le centre d’entraînement de Port-La-Forêt et naviguerai au large cet été pour une bonne remise à niveau en solitaire. Car depuis le Vendée Globe, les dernières courses étaient en double.

Et en attendant que le 60’ MACIF retrouve la mer ?

D’ici là, pour garder un contact quotidien avec l’eau, je m’engage dans le catamaran de sport : le Classe A. Il s’agit d’un petit bateau d’un peu plus de 5,5 mètres qui se pratique en solitaire. Le circuit rassemble les meilleurs régleurs, tacticiens et barreurs de la Coupe l’America. Certains sont attendus au prochain Championnat d’Europe à Maubuisson, en juin prochain, pour lequel je m’entraîne et espère me qualifier. C’est une plateforme d’entraînement idéale pour se projeter dans le programme qui nous attend pour les cinq années qui viennent à la barre du Trimaran MACIF.

Concernant le Trimaran Macif, c’est aussi une année intense qui débute pour l’ingénieur…

C’est un grand défi d’imaginer, concevoir, construire et mettre au point un tel bateau sur lequel je serai seul à la barre. Je suis bien entouré et m’implique dans toutes les phases de conception de ce futur trimaran. Il y a beaucoup d’échanges entre l’équipe technique du bateau, les architectes et les ingénieurs structure. Actuellement, cela occupe la majorité de mon temps, et ce n’est pas pour me déplaire ! Je suis autant passionné par la mer, que par la conception des bateaux. Aujourd’hui, les plans de formes du Trimaran Macif sont terminés. La construction des moules de coques et de flotteurs ont débuté. Il n’y a pas de temps à perdre, l’assemblage des différentes pièces du puzzle géant débutera à l’automne prochain, pendant la Route du Rhum. 

Et Macif Solidarité Mer, comment vous impliquez-vous dans cette démarche ?

Tout comme Yoann et Fabien (Richomme et Delahaye, Skippers Macif en Figaro, ndlr), je participe avec notre partenaire le groupe Macif à de nombreuses actions en lien avec la démarche Macif Solidarité Mer pour sensibiliser entre autre le grand public à la sécurité en mer. Macif Solidarité Mer, cela passe notamment par le soutien à la SNSM ou dans le cadre des stages de Macif Centre de Voile, l’école de formation à la croisière du groupe Macif. Lors des événements au calendrier, je partage mon expérience de coureur océanique et encourage la prévention, à travers la promotion des bons gestes, comme le port du gilet de sauvetage lors de toute activité nautique par exemple, vérifier le matériel de sécurité de son bateau avant de prendre le large, se renseigner sur les conditions météo…. C’est très important, car de nombreuses vies peuvent dépendre de ces simples précautions, qui limitent considérablement le danger notamment lors de la saison estivale. Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les piscines qui causent le plus de victimes : 79% des noyades surviennent en mer dans la bande des 300 mètres et sur les plans et cours d’eau. Et les victimes les plus touchées ne sont pas les enfants, mais les plus de 25 ans qui portaient rarement un gilet.* Alors cet été, faites attention à votre sécurité !

(* Enquête NOYADES 2012 Institut National de Veille Sanitaire, Ministère de l’Intérieur avec le soutien de la Macif.)

Actualités

  • François Gabart sera le parrain du salon des Nauticales à La Ciotat – Présence sur place prévue les 15 & 16 mars
  • Forum sur la sécurité en mer de la SNSM le 3 avril à l’Ile Monsieur de Sèvres – Intervention de François Gabart et participation à des ateliers de démonstration de sécurité aux côtés de Macif Prévention et de son école Macif Centre de Voile.

Source

WindReport'

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : 2012-13

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Records

Les vidéos associées : Tour du Monde en Solitaire

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre

Les vidéos associées : Vendée Globe