Neuvième titre de Champion du Monde de Laser pour le Roi Scheidt

© Lloyd Images

Le « roi » Scheidt a largement dominé le Championnat du Monde de Laser Standard qui s’achève aujourd’hui à Mussanah Sports City. Le Chypriote Pavlos Kontides et l’Allemand Philipp Buhl complètent le podium provisoire.

A 40 ans et après deux olympiades en Star, le « roi » Scheidt s’est adjugé ce samedi un neuvième titre de Champion du Monde en remportant la seule et unique manche du jour qui s’est courue dans du petit temps sous le soleil omanais. « Je suis très heureux d’avoir terminé ce Mondial sur une victoire. Ca ne m’aurait pas plu de gagner sans naviguer aujourd’hui à cause du manque de vent. J’ai pris un bon départ puis les bonnes options. Le rêve est devenu réalité. C’est probablement la victoire la plus spéciale pour moi », s’est-il réjouit.

  • © Lloyd Images
  • © Lloyd Images
  • © Lloyd Images
  • © Lloyd Images
  • © Lloyd Images
  • © Lloyd Images

Au classement général, il devance Pavlos Kontides et Philipp Buhl, respectivement 13e et 10e de la manche du jour. La chance a moins souri au Croate Tonči Stipanović, qui pouvait encore prétendre à la victoire hier soir. « Je n’ai pas très bien navigué aujourd’hui dans le petit temps. Les choses ne se sont pas passées comme je l’avais prévu et j’ai perdu des places sur le dernier bord de portant. Mais globalement, même sans podium, j’ai fait un beau Championnat et une belle saison, avec une victoire sur le Championnat d’Europe et les Jeux Méditerranéens. Si j’avais terminé 3e, ça aurait été mieux mais ça va, ce n’est pas si mal », a-t-il déclaré à l’issue du Mondial de Laser sur lequel il termine 6e.

Côté français, la déception est de mise. 32e de la manche du jour, Jean-Baptiste Bernaz pointe à la 12e place du classement général provisoire. « J’ai pris un départ correct mais je n’ai pas été bon sur la manche. J’ai raté le premier coup et n’ai pas réussi à revenir. Je n’ai pas été dans le match. Je suis passé à côté aujourd’hui. Je ne suis pas du tout content, c’est un Mondial qui s’achève mal pour moi », déplore le Français. Malgré un début de course, Antony Munos n’a pas réussi à se maintenir dans le premier tiers de la flotte et termine 51e de ce Championnat du Monde. « Pendant la seconde remontée au vent, je me suis décalé à gauche mais le vent est rentré par la droite, du coup, j’ai tout perdu », analyse Antony Munos. Auteur d’un mauvais départ, Eliot Merceron fini quant à lui 52e de ce Mondial : « J’ai fait une mauvaise manche après un mauvais départ ».

Après un rappel général, la Silver Fleet n’a finalement pas disputé de manche aujourd’hui. Le seul Français en lice, Jules Ferrer, termine donc 15e de la Silver Fleet, dominée par l’Australien Jeremy OConell, le Russe Maxim Nikolaev et l’Américain Chris Barnard. « Je suis bien remonté dans la Silver Fleet, c’est le point positif de la semaine, même si ça aurait pu être mieux. C’était mon premier et mon dernier Mondial. C’est une super expérience qu’il faut vivre pour tout bon lasériste. C’est la seule régate qui dure sept jours. Il y avait vraiment du niveau », a commenté le Français pour qui ce Mondial avait des airs de jubilé.

Classement final provisoire

1 – Robert Scheidt (BRA), 29 points

2 – Pavlos Kontides (CYP), 42 points

3 – Philipp Buhl (GER), 68 points

4 – Rutger Schaardenburg (NED), 68 points

5 – Jesper Stalhein (SWE), 69 points

6 – Tonči Stipanović (CRO), 70 points

7 – Juan Maegli (GUA), 80 points

8 – Bruno Fontes (BRA), 101 points

9 – Tom Burton (AUS), 105 points

10 – Matthew Wearn (AUS), 118 points

(…)

12 – Jean-Baptiste Bernaz (FRA), 119 points

(…)

51– Antony Munos (FRA), 285 points

51 – Eliot Merceron (FRA), 287 points

Ils ont dit

Pascal Rambeau, coach : 

Globalement, c’est en dessous de nos espérances en termes de résultats purs. Dans la manière, JB a confirmé au portant mais également sa capacité à serrer le jeu tactiquement quand il le fallait. Par contre, il va falloir travailler sur les départs et sur le premier bord de près. Il a pu remonter pendant les qualifications mais en finales, c’est toujours plus difficile. Antony s’est mis la pression sur le vent arrière au début du Championnat. Il a fait plusieurs fois de bons passages en début de course mais il n’a pas réussi à se maintenir. Il n’est peut être pas encore assez solide. Eliot est encore super jeune mais il y a du bon. C’est encourageant même si c’est encore en dents de scies.

Guillaume Chiellino, directeur de l’Equipe de France olympique : 

JB a fait plutôt de bonnes qualifications et s’en est bien sorti. Par contre, il n’a pas fait de très bons départs ni de bons premiers bords de près. Il a réussi à remonter la flotte en qualifications mais sur les quatre manches de finales, il n’a réussi à le faire qu’une fois, sur la première course. C’est beaucoup plus difficile de revenir pendant les finales, le niveau est plus élevé. Le point positif est que Pascal et JB repartent avec des axes de travail : le départ et le premier bord de près. La saison a été longue. Maintenant, il faut se tourner vers la saison prochaine et Santander.

Source

Daphne Morgan Barnicoat

Liens

Informations diverses

Au vent

Les vidéos associées : Laser