117 Équipages l 9 nationalités

© Pierrick Contin / GPEN

Dernière journée d’entraînement pour d’ultimes réglages et, pour certains, pour un premier contact avec la rade phocéenne… Les veilles de compétitions se ressemblent toutes dans les extrêmes et celle-ci n’a pas dérogé à la règle.

Ils étaient donc une bonne centaine de bateaux à rallier en début d’après-midi les deux parcours mouillés en rade sud, théâtre de leurs ébats durant la semaine. Un bon thermique de secteur sud-ouest établi à 6-7 nœuds et un petit clapot de bienvenue pour réveiller les endormis. De quoi s’échauffer, voire même un peu se chauffer au passage forcément étroits des bouées quand il y a une bonne cinquantaine de bateaux à chercher le passage !

Au final de ces premiers ronds, pas beaucoup de leçons à tirer, évidemment, beaucoup étant encore en réglage. Si ce n’est qu’on a vu aux avant-postes, déjà, plusieurs favoris annoncés tels les Espagnols tenants du titre de « Factor Energia » (bateau skippé par José Maria Van der Ploeg) ou encore ceux de « New Territories » (de Hugo Rocha), les bateaux français d’Eric Brezellec (Interface concept) et le remarqué spi noir de l’« Ecole Navale CG29 », skippé par Frédéric Hauville…

La parade nautique – Magique !>
En deuxième partie de cette journée d’entraînement, la parade nautique est partie à 15h30.

Une régate en flotte offrant une parade d’une centaine d’unités (certains bateaux, en proie à de petits problèmes techniques, n’y ont pas participé) aux spectateurs sur le balcon de la Corniche, entre Pointe Rouge et Catalans.

Un impressionnant départ en ligne sur plusieurs centaines de mètres et un passage à la première bouée aussi embouteillé qu’un péage d’autoroute une première semaine de juillet. Une parade que les filles d’« Esprit Sud – Ville de Marseille YCPR » se devaient de mener, comme pour accueillir dans leurs eaux la flotte des poursuivants.

Mais le vent jouant de paresse, la parade a du être écourtée, le passage devant la Plage des Catalans et le bord vers le Château d’If, n’en déplaise au Comte de Montecristo a été annulé. Au profit d’un retour direct et sous moteur pour la plupart vers le bercail du Roucas Blanc.

Les choses sérieuses commençant demain, les esprits étaient déjà tournés vers ce proche avenir…

Echos et autres bruits de ponton

Une première au féminin

Pour la première fois, un classement de bateaux exclusivement féminins sera établie. Cinq bateaux sont en lice : Capella, Esprit Sud – Ville de Marseille, Metaltex – Ladies Normandie, Team Al Thuraya Bank Muscat et Thierry Immobilier – Pays de la Loire. Pour un titre de « Championnes du Monde » de J80, la lutte promet d’être chaude. A noter qu’un classement de « plus de 40 ans » est également établi pour les bateaux dont tous les équipiers, sans exception, sont au moins quadragénaires.

Esprit Sud sans spi

Première régate d’entraînement, premier bord de vent arrière et le bateau féminin d’« Esprit Sud – Ville de Marseille » éclate son spinnaker. Rien de bien grave, elles jouent à domicile, juste un entraînement interrompu. Le bateau marseillais était quand même présent lors de la parade nautique.

Régate en vue

Idéal pour suivre les régates au plus près quand on n’a pas de bateau amis aussi pour bénéficier des commentaires avisés de spécialistes, l’organisateur « Sirius Evénements » et la classe internationale J/80 permettent au public d’embarquer gratuitement sur une vedette, grâce au partenariat avec l’Office de la Mer. C’est mercredi et c’est gratuit, donc, mais il faut néanmoins s’inscrire au préalable au 04.91.90.93.93. Plus d’infos sur www.officedelamer.com

L’interview du jour : Carlos de Monès, président de la classe internationale J80

« La grande fête du J80 »

A quelques heures du début de ces Mondiaux, quel premier bilan de la préparation pouvez-vous tirer ?

Jusqu’alors, tout se passe comme prévu. On a seulement eu deux désistements de dernière minute, ce qui porte la flotte à 117 bateaux. Ce premier chiffre est déjà une réussite. C’est la troisième plus importante fréquentation dans l’histoire des Mondiaux de J80 après ceux de 2007 (124 inscrits à La Trinité-sur-mer) et de 2009 (Santander, 127 bateaux). De plus, il n’y a pas beaucoup de bateaux locaux ce qui indique un attrait important de la rade marseillaise.

Justement, le choix de Marseille ne semble pas anodin pour implanter durablement cette série en Méditerranée…

Tout à fait, nous avons la volonté de dynamiser la flotte en Méditerranée. A titre personnel, je suis d’autant plus intéressé par ce développement que je vis ici. On va profiter de cet engouement pour faire connaître le bateau. Et c’est plutôt bien parti puisque nous avons déjà eu plusieurs contacts pour des achats.

En qualité de président de la classe internationale, vous devez être satisfait du nombre de nations représentées ?

Oui, il y a des Espagnols, des Russes, des Polonais, des Suisses, des Italiens, des Hollandais, des Allemands… autant de nationalités habituellement représentées. Mais il y a aussi quatre bateaux suédois, ce qui est plutôt nouveau, un bateau omanais (Team Al Thuraya Bank Muscat) avec des femmes, et un bateau américain (Savasana) qui fait partie des favoris. D’ailleurs, le skipper Brian Keane régate avec son bateau qu’il a amené des Etats-Unis. Et, évidemment, des Français puisque deux tiers de la flotte arbore le pavillon bleu-blanc-rouge.

De fait, on imagine que le plateau est relevé ?

Effectivement. Les grands favoris sont espagnols et la question de la semaine sera de déterminer qui sera en mesure de les déloger du podium. Quelques bateaux français ont leur chance. Mais au delà de la performance, ces Mondiaux sont ouverts à tout le monde. Ils représentent la grande fête du J80.

Et vous même, vous serez sur l’eau ?

Bien sûr, je n’aurais manqué ça pour rien au monde. J’ai bien l’intention de participer à cette fête moi aussi…

Source

Sophie Claudon

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 8 juillet 2013

Matossé sous: J Boats, J80, Monotypie

Vues: 1531

Tags: , , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : J80