AISM prend le contrôle de la Sailing Arabia

© Lloyd Images

La cinquième étape de l’EFG Bank Sailing Arabia – The Tour pourrait bien être l’étape décisive de cette course de 760 milles nautiques. En s’imposant à Dibba, Bertrand Pacé et l’équipe d’AISM remportent leur quatrième victoire consécutive sur les manches de ralliement et comptent désormais 5,75 points d’avance sur leur plus proche adversaire, BAE Systems, qui termine cinquième dans cette première escale omanaise.

 

La cinquième étape de l’EFG Bank Sailing Arabia – The Tour pourrait bien être l’étape décisive de cette course de 760 milles nautiques. En s’imposant à Dibba, Bertrand Pacé et l’équipe d’AISM remportent leur quatrième victoire consécutive sur les manches de ralliement et comptent désormais 5,75 points d’avance sur leur plus proche adversaire, BAE Systems, qui termine cinquième dans cette première escale omanaise.

La deuxième plus longue étape de ralliement du parcours, entre Al Hamra à Ras Al Khaimah et Zighy Bay à Oman, était sans doute celle que les concurrents attendaient le plus. Elle emmenait la flotte des Farr 30 à travers le détroit d’Ormuz entre le Golfe Arabo-Persique et le Golfe d’Oman. Après plusieurs jours de navigation le long des plaines désertiques, les équipages ont contourné les reliefs montagneux de la Péninsule de Musandam.

“Je voudrais tout d’abord féliciter l’équipe d’AISM qui vient de décrocher sa quatrième victoire et de prendre le contrôle de cette troisième édition de l’EFG Bank Sailing Arabia – The Tour, alors qu’il reste encore deux étapes à courir”, a déclaré Issa Al Ismaili, Directeur de l’Evénement pour Oman Sail. “L’arrivée à Zighy Bay est un moment que tous les équipages apprécient. Non seulement ils approchent de la fin de cette épreuve après avoir franchi le Détroit d’Ormuz, mais aussi parce que les derniers milles avant l’arrivée à Dibba font partie des plus belles navigations du monde”.

“Aujourd’hui, c’est plus que la fin de la 5e étape. C’est l’exemple même de ce pour quoi nous sommes ici : montrer tout ce que l’EFG Bank Sailing Arabia – The Tour peut offrir au monde de la voile et au tourisme en général. Le Tour est une vitrine idéale pour le Golfe Arabo-Persique et une épreuve parfaite pour promouvoir une nouvelle destination et marquer une nouvelle ère pour la voile au Moyen-Orient”.

L’équipe de Bertrand Pacé, team AISM, a une fois de plus mené sur l’ensemble du parcours. Mais elle a quand même failli perdre sa première place à deux reprises, à l’aube et au coucher du soleil. “La difficulté quand vous êtes en tête, c’est que vous êtes toujours le premier à tomber dans une molle et ensuite, tout le monde passe autour”, explique Hervé Gautier, navigateur à bord d’AISM et spécialiste du Tour de France à la Voile. “Bertrand est très bon pour trouver le meilleur angle et ne pas prendre trop de risques vis à vis de la flotte. Nous nous sommes relayés pour dormir un peu, donc nous étions toujours très attentifs”.

La flotte a malheureusement franchi le Détroit d’Ormuz pendant la nuit et en descendant la côte Est de la Péninsule de Musandam, le vent est tombé pendant deux bonnes heures. Les bateaux qui étaient alors étalés sur plus de 10 milles se sont regroupés pour prendre un nouveau départ, qui a redistribué les cartes.

Derrière AISM, l’équipe féminine de Dee Caffari, Al-Thuraya Bank Muscat et les étudiants néerlandais de TU Delft, ont été les premiers à sortir de la molle, près de la côte, suivis de d’EFG Bank (Monaco), mené par Sidney Gavignet, qui a réussi à s’extraire de l’autre groupe plus au large.

Outre AISM, TU Delft est la grande star de cette manche. Les jeunes néerlandais sont parvenus à doubler Al-Thuraya Bank Muscat après le dernier cap du parcours. “Nous avons été les premiers à envoyer notre grand spinnaker” confie le skipper de TU Delft Kay Heemskerk. “La route est longue pour arriver jusqu’ici et c’était fatiguant pour tout le monde. Je suis épuisé. Je vais manger un peu, prendre une douche et vite aller me coucher”

L’équipage néerlandais s’est fait une belle frayeur à tout juste 200m de la ligne d’arrivée en accrochant un casier de pêche, tout comme EFG Bank (Monaco) qui a vu son skipper Sidney Gavignet plonger sous la coque pour le libérer.

“Il y avait beaucoup d’obstacles et de petits pièges sur notre route et nous nous sommes fait prendre quasiment à chaque fois” confie Neal McDonald, un membre de l’équipe d’EFG Bank (Monaco). Au point même de se voir relégué en queue de flotte. “Il faut toujours avoir un plan. Mais le notre était mauvais”. L’équipe de Sidney Gavignet est toutefois parvenue à regagner du terrain après le second regroupement de la flotte, et à terminer troisième.

D’autres n’ont pas eu cette chance. BAE Systems, second au classement général, s’est retrouvé coincé dans des vents faibles pendant près de deux heures pour se retrouver sixième à l’arrivée, 8 milles derrière le vainqueur.

A bord d’EFG Bank (Monaco), l’équipier omanais Yasser Al Rahbi s’est dit très heureux de retrouver son pays. “C’était une longue étape. Je suis vraiment content d’être là. Au début, nous avons eu pas mal de vent mais pendant la nuit le vent est tombé en changeant de direction. Mais notre équipe est très contente de son résultat aujourd’hui”.

L’équipe 100% féminine de Dee Caffari, Al-Thuraya Bank Muscat, était bien partie pour grimper sur le podium, mais elle s’est inclinée dans les tout derniers milles. “C’était tendu. C’était une manche difficile car il y a eu plusieurs nouveaux départs et la flotte s’est ressérée en restant parkée un moment avant de redémarrer”, explique la navigatrice Britannique.

“Nous sommes passés de la dernière à la seconde place, ce qui est déjà impressionnant, même si je ne sais pas exactement comment nous avons réussi à faire cela. Nous avons navigué vers la plage, avec les Néerlandais, et tout le monde est resté derrière. Puis Sidney (EFG Bank Monaco) est arrivé de nulle part comme un train et nous nous sommes toutes demandées comment il avait fait ça”.

“Nous avons eu du petit temps, du vent fort, irrégulier en direction, et le matin, c’est difficile de voir où le vent est le mieux établi, alors on vire ou en empanne et on reste coincé”, confie Intisar Al-Tobi, une des équipières omanaises de Al-Thuraya Bank Muscat. “Quand nous étions à la deuxième place, nous étions vraiment très contentes. Nous avons tout fait pour garder cette place mais avec le vent si changeant, on ne savait pas trop ce qui allait nous attendre. Mais nous avons fait de notre mieux et nous en sommes satisfaits. Nous avons hâte de courir les deux prochaines étapes”.

Mr. Axel Jarosch, Directeur Général de Six Senses Zighy Bay, s’est également exprimé sur l’arrivée des concurrents. “Cette navigation entre Ras al Khaimah et le plan d’eau omanais et à la fois ardu et époustoufflant. Quelle merveille de voir les fjords de Musandam au lever du jour avec les bateaux de la Sailing Arabia. Nous sommes très heureux de voir la course s’arrêter dans notre petite baie, en sachant que grâce au calme, les marins retrouveront la verve nécessaire pour finir la course à Mascate. C’est un honneur de les accueilir si près de chez nous”.

“Comme nos collègues de chez Oman Sail, nous sommes ravis de voir la Sailing Arabia The Tour gagner chaque année un peu plus de reconnaissance internationale. Ces trois dernières éditions ont été un succès et la splendeur de Musandam offre un accueil chalheureux sur le plan d’eau omanais”.

Les neuf équipes en compétition dans l’EFG Bank Sailing Arabia – The Tour s’affrontent sur des monotypes Farr 30. Ils représentent cinq nations différentes dont Oman, avec Team Renaissance, Royal Navy of Oman, Team BAE Systems et l’équipe 100% féminine de Team Al-Thuraya Bank Muscat, et les Emirats Arabes Unis, avec Team Abu Dhabi et Team AISM. Auxquels s’ajoutent trois équipages internationaux : EFG Bank (Monaco), Team Delft Challenge – TU Delft (Pays-Bas) et le Team Messe Frankfurt (EU).

Avec quatre pays et huit villes étapes, l’EFG Bank Sailing Arabia – The Tour réunit tout ce que le Golfe Persique a de mieux en termes de conditions de navigation et d’infrastructures ultra-modernes.

Après un départ de Manama le 10 février, l’EFG Bank Sailing Arabia – The Tour fait escale à Doha, Abu Dhabi, Dubaï, Ras Al Khaimah, Dibba et Mussanah pour une arrivée le 25 février à Mascate.

Source

Donatella Donatelli

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent