Solo Horta
Posts

  • C’est un duo 100% féminin qui prendra le départ de la Transat AG2R La Mondiale le 22 avril prochain. Justine Mettraux et Isabelle Joschke s’aligneront sous les couleurs de TeamWork pour une première participation à cette course en double entre Concarneau et Saint-Barth.

    Après une année 2017 intense qui a vu Justine Mettraux décrocher une très belle 7ème place sur la Solitaire Urgo Le Figaro ainsi qu’une 4ème place en Class40 sur la Transat Jacques Vabre aux côtés de Bertrand Delesne, l’année 2018 s’annonce tout aussi passionnante pour la skippeuse genevoise. À peine rentrée d’Asie avec une 2ème place sur l’étape Melbourne – Hong Kong de la Volvo Ocean Race sur le VO65 Dongfeng skippé par Charles Caudrelier, Justine se tourne déjà vers sa saison Figaro avec La Transat AG2R La Mondiale comme objectif majeur de ce début d’année.

    Pour cette transatlantique en double à armes égales, Justine Mettraux a choisi d’embarquer à bord de son Figaro TeamWork la talentueuse navigatrice franco-allemande Isabelle Joschke. Ce ne sera d’ailleurs pas une première collaboration pour les deux lorientaises d’adoption puisqu’elles ont déjà couru ensemble sur le Mini-Fastnet et la Demi-Clé.

    « La dernière fois qu’on a navigué ensemble c’était en mini, en 2013, » indique Justine. « Depuis, on a chacune continué à progresser et j’avais bien envie de naviguer à nouveau avec Isabelle maintenant qu’on a plus d’expérience. »

    Justine et Isabelle ont commencé les entraînements Figaro avec le Pôle Lorient Grand Large en début de semaine et auront tout le mois de février pour parfaire leur préparation. Elles participeront à la Solo Concarneau en double début avril avant de prendre le départ de la Transat AG2R La Mondiale.

    Justine Mettraux :

    « On s’est vu au Brésil à l’arrivée de la Transat Jacques Vabre et le choix de proposer à Isa s’est fait assez naturellement. Isa était disponible en début de saison et c’est aussi une des femmes avec le plus d’expérience au large. J’avais envie de naviguer avec quelqu’un qui connait bien le support car on ne va pas avoir beaucoup de temps pour se préparer. Avec huit saisons en Figaro, le bateau, elle le connaît bien ! C’est aussi quelqu’un que j’apprécie beaucoup et quand tu passes une vingtaine de jours en mer, c’est important de partir avec une personne avec qui tu t’entends bien ! »

    Isabelle Joschke :

    « J’adore naviguer au large et j’ai toujours beaucoup de plaisir à faire des transats. Mon Imoca est en chantier jusqu’en mars, donc j’avais du temps libre. La perspective de m’associer à Justine m’a tout de suite enchantée, je n’ai pas beaucoup hésité. Et puis naviguer avec Justine, je l’ai déjà fait et j’ai adoré notre expérience en 2013. Quand je la vois fonctionner, j’ai un peu l’impression de me voir quelques années en arrière. Humainement, on s’entend bien, c’est une fille super chouette et sportivement, elle a des qualités énormes. Donc je suis ravie de m’associer à ce projet et de courir avec elle, et pas seulement pour le plaisir de naviguer ensemble. J’ai aussi envie de bien marcher ! »

    Programme de début de saison de Justine :

    • 12 – 18 mars 2018 : Solo Maître Coq
    • 3 – 8 avril 2018 : Solo Concarneau
    • 22 avril 2018 : Au départ de la Transat AG2R avec Isabelle Joschke

    • Justine Mettraux embarque Isabelle Joschke •

  • Justine Mettraux et Bertrand Delesne dans les starting blocks

    Justine Mettraux et Bertrand Delesne seront au départ de la Transat Jacques Vabre à bord du class40 TeamWork le 5 novembre prochain au Havre. À 30 jours du départ, le duo franco-suisse TeamWork fait le point sur sa

    10 octobre 2017 • Class40, Course au Large, Transat Jacques Vabre • Vues: 2069

  • La Solitaire Urgo le Figaro paraît déjà bien loin pour Justine Mettraux qui a terminé à une très belle septième place de l’édition 2017. Après une collaboration avec les équipes de la Ville de Genève sur le Tour de France à la voile et quelques jours de vacances, Justine a repris le chemin de la préparation et de l’entraînement pour une deuxième partie de saison qui s’annonce intense avec les 2 dernières étapes du Championnat de France Élite de Course au Large ainsi qu’une première participation à la Transat Jacques Vabre.

    Quel a été ton programme depuis la fin de la Solitaire Urgo le Figaro ?

    Justine Mettraux : « Après la Solitaire, je suis partie deux semaines sur le Tour de France à la voile pour aider les équipes de la Ville de Genève à préparer la météo et les routages pour les parcours côtiers de chaque étape. C’était chouette, intéressant et bien intense avec l’enchaînement rapide des étapes. J’ai ensuite pris une semaine de congés en Suisse et je suis revenue à Lorient pour tranquillement remettre les choses en route. La semaine dernière on s’est entraîné deux jours sur le class40 TeamWork avec Bertrand Delesne. On a également fait un gros jour de préparation sur le bateau. Côté Figaro, je l’ai remis à l’eau jeudi dernier pour pouvoir m’entraîner avant le Tour de Bretagne.

    Pour ta prochaine course (le Tour de Bretagne à la Voile), tu vas naviguer avec ton frère Bryan. Peux-tu nous en dire plus sur cette collaboration ?

    Justine Mettraux : « Les figaristes à qui j’ai proposé de naviguer avec moi pour cette compétition n’étaient pas disponibles alors j’ai pensé à mon frère Bryan. On a déjà navigué ensemble sur d’autres supports et il était venu faire un entraînement Figaro avec moi l’année dernière. On s’entend bien sur l’eau, ça va être chouette de courir avec lui. Bryan a moins d’expérience que d’autres gars sur le Figaro, mais naviguer avec une personne qui a une vision différente, ça peut aussi être un atout. On va essayer de s’entraîner pour se préparer au mieux. Sur le Tour de Bretagne il y a quand même de gros gros équipages engagés, ça ne sera pas facile, mais ça va être intéressant. »

    Quel est ton objectif sur cette course ?

    Justine Mettraux : « Le gros objectif de la saison c’était la Solitaire. Là, j’ai quand même envie de bien faire pour garder un bon classement au Championnat de France sur les 2 courses de fin de saison. On va essayer de naviguer proprement de faire au mieux et si on est content de la manière, ce sera bien. Je suis actuellement 9ème du Championnat de France et j’aimerai bien rester dans le Top 10. »

    Côté Class40, comment vont s’organiser les prochaines semaines avec Bertrand Delesne ?

    Justine Mettraux : « Dans les prochains jours je vais surtout naviguer en Figaro pour mettre les choses en place avec Bryan. Après le Tour de Bretagne, on aura une grosse semaine pour s’entraîner en Class40. Ensuite, je repars pour la Douarnenez Fastnet et après on pourra remettre le paquet en entraînement. Lorient Grand Large a prévu des entraînements groupés avec d’autres class40 auxquels on va participer avec Bertrand.

    L’entraînement de la semaine dernière c’est bien passé, ça m’a permis de reprendre le bateau en main, de me remettre dedans. C’est sûr que l’on est un peu limité dans le temps, on aura moins couru que les autres skippers qui ont fait les courses d’avant saison. Il faut que l’on soit efficace sur les entraînements pour pouvoir se préparer au mieux. »

    C’est très différent de naviguer sur un Class40 par rapport à un Figaro ?

    Justine Mettraux : « Le class40 est plus rapide, plus puissant, plus lourd et il y a plus de voiles. Ça ressemble plus à un gros Mini. En Figaro, on n’a que 2 voiles d’avant et 2 spis, c’est assez simple. En Class40, il y a plus de manipulations et de jeux possibles, surtout dans les configurations de voiles. Comme j’ai l’expérience du mini, il y a beaucoup de choses qui se ressemblent à part que c’est beaucoup plus gros, donc je ne suis pas trop dépaysée. »

    Le programme de Justine :

    • Du 24 août au 3 septembre 2017 : Tour de Bretagne à la Voile en duo avec Bryan Mettraux
    • Du 13 au 23 septembre 2017 : Douarnenez Fastnet en solo
    • À partir du 28 octobre 2017 : Transat Jacques Vabre en duo avec Bertrand Delesne

    • Une 2e partie de saison intense pour Justine Mettraux •

  • Arrivée vendredi 26 mai en Gironde après une belle parade jusqu’à Bordeaux, Justine Mettraux a profité de cette semaine pour affiner sa préparation et engranger du sommeil avant le départ de la première étape de la Solitaire Urgo Le Figaro entre Pauillac et Gijón (Espagne) qui sera donné dimanche 4 juin 2017 à 14h30. En course pour sa deuxième participation à cette épreuve en solitaire à armes égales, Justine Mettraux s’apprête à parcourir près de 1700 milles en trois semaines aux côtés des 42 autres figaristes engagés. C’est un programme intense et disputé qui s‘annonce !

    Comment te sens-tu à deux jours du départ ?

    Justine Mettraux : « Je me sens plutôt bien. On avait une bonne semaine d’attente à Bordeaux, donc ce n’est pas trop chargé : quelques briefings, des rendez-vous media ainsi que des rencontres avec des scolaires de Bordeaux et des familles de l’association Vaincre Les Maladies Lysosomales soutenue par mon partenaire TeamWork. J’ai eu du temps pour faire un peu de sport, pour me reposer et finir les préparatifs tranquillement. C’est plutôt agréable. »

    Comment abordes-tu la course par rapport à l’année dernière ?

    JM : « Je me sens plus détendue ! Je sais à quoi m’attendre, je connais les contraintes de la course, comment les gérer… Il y a plus de briefings par rapport aux premières courses de la saison, mais il n’y a pas de nouveauté, c’est donc plus facile à appréhender. »

    Que penses-tu du parcours de cette édition ?

    JM : « Le parcours est bien sûr différent de l’année dernière. Certains coureurs le connaissent car la Solitaire est déjà partie deux fois de Bordeaux. Pour moi, la sortie de la Gironde, ce sera une première qu’il va falloir bien négocier. On va essentiellement naviguer sur le bassin atlantique avec une seule étape en Manche. Potentiellement, ça devrait être un peu plus agréable au niveau des conditions météos et des températures par rapport à l’année passée, mais ça restera tout aussi compliqué. On va naviguer dans des zones avec moins de courant, mais il y aura d’autres difficultés à prendre en compte. Une des particularités de cette année, c’est la 3ème étape. Une étape courte de 150 milles où le rythme sera sans aucun doute intense. »

    Et la première étape ?

    JM : « La première étape se rapproche, mais elle paraît encore assez loin, on a commencé à regarder la météo hier. Les conditions météos s’annoncent bien. Il va y avoir pas mal de jeu, le parcours est long et on sait que l’arrivée à Gijón peut être compliquée. La ville est au pied d’une chaîne de montagnes où les vents peuvent jouer des tours jusqu’au bout. On va maintenant affiner les prévisions jusqu’au matin du départ. »

    La flotte quittera le port de la Lune samedi 3 juin à 16h15 pour une parade jusqu’à Pauillac d’où les Figaros Bénéteau prendront le départ de la 1ère étape dimanche à 14h30.

    • Justine Mettraux est prête pour sa deuxième Solitaire •

  • Pour sa première participation à la Solitaire Bompard Le Figaro, la navigatrice Justine Mettraux décroche la 3ème place du classement bizuth. Objectif atteint pour la skippeuse TeamWork qui, en début de compétition, visait une des marches de ce podium. Au terme de 4 étapes intenses, Justine a montré de belles choses et pense déjà à sa prochaine participation à cette compétition reconnue comme étant la plus difficile des courses au large en solitaire à armes égales.

    Comment ce sont passées tes 2 dernières étapes de la Solitaire ?

    « Le départ de la 3ème étape a été assez intense avec pas mal de vent jusqu’à Ouessant. On a ensuite pu rattraper la tête de flotte qui a été stoppée net dans une dorsale. Je n’ai pas fait tout juste sur cette 3ème manche, mais ça reste une belle étape et je suis contente de ce que j’ai produit. Je rentre dans les 20, ce qui n’était pas simple. Sur la dernière étape, j’ai bien sentie la fatigue et je n’ai pas réussi à naviguer aussi bien que ce que j’aurai voulu. Enchaîner après seulement 24h de pose, c’était chaud !»

    Quel est ton sentiment général ?

    « Je suis contente d’avoir fait la course, d’avoir vu ce que c’était. Cela me permet de repérer ce qu’il faut travailler pour mieux performer l’année prochaine. J’ai fait deux bonnes étapes et deux moins bonnes. Ce qu’il y a de sûr, c’est que je reviendrai plus sereine pour ma 2ème participation.»

    Quid de ta 3ème place au classement bizuth ?

    « Le classemet bizuth, c’était mon objectif, mais que vu que j’ai toujours été première ou deuxième sur les courses d’avant saison j’espérais mieux performer. J’ai fait plus d’erreurs pendant la Solitaire que sur ces courses-là et je me suis sentie moins à l’aise en stratégie. Je suis donc à ma place sur la 3ème marche du podium. Bravo à Will Harris pour sa victoire méritée chez les bizuths et à Yoann Richomme pour le général ! »

    Quelle est la suite de ton programme ?

    « Il faut d’abord faire un peu de rangement sur le bateau et faire le point avec Guillaume Farcy, mon préparateur, en vue de ma participation à la Douarnenez-Les Sables à la fin du mois d’août. Et puis, je vais prendre des vacances parce que j’ai vraiment besoin de me reposer ! »

    Les chiffres de Justine Mettraux sur la Solitaire Bompard Le Figaro 2016

    • Étape 1 : Deauville – Cowes (Île de Wight). 29ème / 4ème bizuth – 3 jours 23 heures 13 minutes
    • Étape 2 : Cowes – Paimpol / Lézardieux. 19ème / 2ème bizuth – 2 jours 22 heures 15 minutes
    • Étape 3 : Paimpol / Lézardieux – La Rochelle. 17ème / 2ème bizuth – 2 jours 17 heures 53 minutes
    • Étape 4 : La Rochelle – La Rochelle. 27ème / 4ème bizuth – 21 heures 53 minutes
    • Classement général : 27ème / 3ème bizuth

    • Justine Mettraux, 3ème Bizuth de la Solitaire •

  • Justine Mettraux la Solitaire !

    Après avoir sillonné les côtes bretonnes et normandes lors des premières compétitions du circuit Figaro 2016, La course de la saison attendue par tous les figaristes arrive à grands pas. Justine Mettraux, soutenue par

    15 juin 2016 • Figaro 2, La Solitaire du Figaro, Monotypie • Vues: 3029

  • Après un début d’année consacré à l’entraînement, la préparation physique et la formation, la navigatrice Suisse Justine Mettraux, soutenue par l’entreprise TeamWork , entre dans le vif du sujet avec sa participation à la 40ème édition de la Solo Concarneau. Plus de 40 navigateurs prendront le départ (23 solitaires et 10 duos) ce jeudi 17 mars à 15h00, dont 6 femmes et 10 bizuths. Justine nous a confié ses impressions avant le début de cette compétition.

    Quel a été ton programme depuis le début de l’année ?

    Justine Mettraux : « Après le chantier et la remise à l’eau du bateau début janvier, j’ai commencé les entraînements avec une dizaine de bateaux Figaro Bénéteau. On a navigué trois à quatre jours par semaine en janvier et février avec quelques séances de navigation plus longues pour se retrouver en conditions réelles de course. J’ai également participé à des formations météo avec Christian Dumard et j’ai repris le sport de façon intensive avec Lorient Grand Large. »

    Que t’a apporté cette préparation ?

    Justine Mettraux : « Ma préparation a été vraiment bénéfique. Le travail avec mon coach, Tanguy Leglatin, m’aide à progresser sur les réglages, sur la gestion du bateau….Chaque jour tu navigues dans des conditions et des situations différentes, donc chaque jour tu apprends, tu mets en place de nouvelles choses et tu perfectionnes ce que tu avais déjà vu. Tout le groupe a évolué et on navigue tous mieux qu’au début ! »

    © Tik

    © Tik

    Comment abordes-tu cette première course ?

    Justine Mettraux : « Je me réjouis d’y aller. J’ai envie de bien faire, mais je le prends surtout comme une reprise. La Solo Concarneau, c’est un petit parcours de 48h seulement, mais ça va me permettre de reprendre mes marques en solitaire parce que ça fait plus de 2 ans que je n’ai pas participé à des compétitions en solo. Je vais devoir me concentrer sur la gestion de soi, trouver l’équilibre entre les phases où il faut être à fond, celles où l’on peut récupérer, les phases de navigation… Ce qui change par rapport à la Mini, c’est que l’on a plus d’outils à bord. Il faut également prendre cet élément en compte et le gérer au mieux. »

    Quel est ton objectif sur cette première course ?

    Justine Mettraux : « Mon objectif est de me situer par rapport à la flotte de bizuths. C’est dur de se dire qu’on va pouvoir jouer avec des gars qui sont sur le circuit depuis longtemps, qui connaissent leur bateau et les courses par cœur. J’ai envie de me faire une bonne place en bizuth mais aussi d’essayer d’être au contact des navigateurs qui ont plus d’expérience et de pouvoir apprendre en naviguant proche d’eux. »

    • Justine Mettraux retrouve la compétition en solitaire •

  • L’entreprise suisse TeamWork est impliquée dans le sponsoring voile depuis 10 ans et a notamment soutenu Justine Mettraux lors de sa seconde place sur la Mini Transat 2013. TeamWork s’engage à nouveau aux côtés de la talentueuse navigatrice suisse sur le circuit Figaro 2016 et 2017 en collaboration avec l’écurie de course au large Absolute Dreamer. Au-delà de ce programme, ils envisagent l’avenir ensemble : « Mon rêve est de faire le Vendée Globe 2020 et je m’y prépare dès à présent » précise Justine. Ce challenge sera envisageable pour Justine et TeamWork avec l’arrivée d’un co-partenaire.

    Pourquoi avez-vous choisi de renouveler votre collaboration avec Justine ?

    Philippe Rey-Gorrez, Président Directeur Général de TeamWork : « Le retour de Justine au sein du Team d’athlètes TeamWork Voile et Montagne s’est fait naturellement. L’histoire de notre collaboration a débuté avec la sélection d’un talent local en devenir, la volonté de développer ce talent et de l’exprimer sur les plus grandes compétitions. Après un premier partenariat sur la Mini Transat 2013 où elle a excellé, nous avions envie de lui offrir une aventure lui permettant d’aller encore plus loin. Justine est une personne qui correspond tout à fait aux valeurs de notre entreprise : humilité, combativité et persévérance. Je suis très content de pouvoir la mettre en avant car peu de monde donne la possibilité aux femmes d’exprimer leur talent à ce niveau de compétition. »

    Justine, que penses-tu de cette nouvelle collaboration avec TeamWork ?

    Justine Mettraux :« Je n’ai pas réfléchi longtemps avant de dire oui ! Après une première collaboration fructueuse avec TeamWork pour mon projet Mini, il était naturel pour moi de repartir avec eux dans cette aventure Figaro. Les relations avec Philippe sont simples, j’apprécie le côté familial de l’entreprise et cela se ressent au quotidien entre Philippe et ses collaborateurs. »

    Pourquoi choisis-tu de naviguer sur le circuit Figaro ?

    Justine Mettraux :« Après avoir vécu ‘la grosse machine’ de la Volvo Ocean Race, je m’oriente vers un projet en solitaire. J’avais vraiment envie de partir sur le circuit Figaro pour son haut niveau. Je m’entraîne depuis début septembre à Lorient. C’est un circuit très exigeant et cela va me permettre de progresser. Les plus grands navigateurs en solitaire sont passés par là et c’est un tremplin vers le Vendée Globe. »

    Tu fais partie de l’Ecurie de Course au Large Absolute Dreamer, peux-tu nous en parler ?

    Justine Mettraux :« Mon arrivée au sein de cette écurie me permet de profiter de l’expérience de Jean-Pierre Dick et de Fabien Delahaye, grand acteur du circuit Figaro (1er bizuth 2009 et Champion de France Elite de Course au Large en solitaire 2011). Je bénéficie ainsi d’une solide structure de travail qui a fait ses preuves sur le plan sportif, technique et humain. »

    Programme 2016 du Figaro TeamWork :

    • 14-20 mars : Solo Duo Concarneau
    • 15-24 avril : Solo Maître Coq
    • 10-14 Mai : Solo Basse Normandie (Granville – Le Havre)
    • 19-28 mai : Le Havre All Mer Cup
    • 19 juin – 15 juillet : Solitaire du Figaro
    • 20 août – 25 septembre : Solo Horta

    • Justine Mettraux embarque sur le circuit Figaro 2016-17 •