SAFRAN
Posts

  • L’IMOCA soutient l’appel pour l’océan, bien commun de l’humanité

    Les océans de la planète sont le terrain d’expression des skippers de la Classe IMOCA lors de courses transocéaniques auxquelles ils participent. Témoins hélas des conséquences de certains usages, la protection des

    14 juin 2018 • Course au Large, Divers, Environnement, IMOCA • Vues: 329

  • Le nouveau Championnat du Monde IMOCA est lancé !

    C’est dimanche prochain, le 3 juin, que sera donné le départ des Monaco Globe Series. Ce rendez-vous constitue la première épreuve du nouveau Championnat du monde IMOCA GLOBE SERIES, résultat d’une volonté commune

    2 juin 2018 • Course au Large, IMOCA, Monaco Globe Series • Vues: 269

  • Une 8e édition mémorable

    Le rideau est tombé sur la 8e édition de l’Armen Race Uship à la Trinité-sur-Mer. Au dire de tous, ce fut un millésime sportif avec une météo capricieuse qui restera dans les annales. Sur les pontons et dans le

    13 mai 2018 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 604

  • No Limit (Yann Marilley), vainqueur de l’Armen Race Uship 2018 en temps réel

    Les arrivées de l’Armen Race Uship 2018 se succèdent sur les pontons de la Trinité-sur-Mer. La nuit a vu les premiers en temps réel passer la ligne d’arrivée, enchantés d’avoir bouclé la boucle dans des

    12 mai 2018 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 494

  • Top départ pour l’Armen Race Uship 2018

    Le départ de la 8e édition de l’Armen Race Uship a été donné aujourd’hui à 14h00. Pour bien démarrer la course, direction la pointe de Penmarc’h pour le grand parcours de 320 milles et l’archipel

    10 mai 2018 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 575

  • Départ le 10 mai

    L’Armen Race Uship, la grande course le long des côtes atlantiques au départ de la Trinité-sur-Mer, se tiendra du 10 au 13 mai pour sa 8e édition. Forte de son succès auprès des marins professionnels comme des

    8 mai 2018 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 288

  • Cette semaine a été chargée et constructive pour l’IMOCA. Après le stage sécurité organisé à la Trinité-sur-Mer mercredi 4 avril, les acteurs de la classe se sont retrouvés le lendemain à Lorient pour l’Assemblée Générale 2018. Incitation à utiliser les énergies renouvelables à bord, accord pour poursuivre les discussions avec la Volvo Ocean Race, nouvelle règle concernant les radars : trois grandes décisions ont été votées et validées à une large majorité.

    C’est dans les locaux du Football Club de Lorient que s’est tenue le jeudi 5 avril l’Assemblée Générale annuelle destinée à fixer les grandes orientations de la classe IMOCA. Une soixantaine de personnes étaient présentes, skippers et teams managers. Plusieurs décisions ont été approuvées avec un taux d’acceptation de 85 à 90 %.

    Inciter à l’utilisation d’IMOCA sans énergie fossile

    Les participants à l’AG ont voté une nouvelle règle devant favoriser les énergies renouvelables à bord des bateaux afin qu’ils n’utilisent plus de gasoil. Certains skippers ont déjà annoncé leur volonté de faire évoluer leurs bateaux en passant d’un moteur à explosion à un moteur électrique. Cette volonté de suppression de l’énergie fossile est clairement dans l’ère du temps et répond à une prise de conscience partagée entre les skippers d’aller vers des bateaux plus optimisés en terme de développement durable.

    Poursuivre les discussions engagées avec la Volvo Ocean Race

    Les skippers IMOCA ont aussi voté en faveur d’un possible inscription de la Volvo Ocean Race au programme des courses IMOCA. Les acteurs de la classe donnent donc leur accord de principe sur le fait que le prochain tour du monde en équipage avec escales puisse se disputer sur des 60 pieds IMOCA. C’est désormais au Conseil d’Administration de poursuivre les discussions avec la Volvo Ocean Race.

    Antoine Mermod, Président de la Classe IMOCA :

    ” Globalement les skippers ont voté massivement pour ce rapprochement. Maintenant les discussions vont se poursuivre dans les semaines qui viennent entre l’IMOCA et la VOR, afin de définir ensemble les bases de ce partenariat. Les skippers ont une vraie envie d’avancer dans ce sens et on est prêts. La balle est maintenant dans le camps de la VOR…”.

    Des radars plus performants pour diminuer les risques de collision

    Augmenter la sécurité des bateaux constitue un enjeu majeur pour la classe IMOCA. Ainsi, une nouvelle règle imposera d’embarquer des radars plus performants à partir du départ de la Route du Rhum 2018. L’objectif est de donner aux marins solitaires un meilleur outil de veille pour diminuer, autant que faire se peut, les risques de collision.

    Un Conseil d’Administration international

    Outre ces trois décisions importantes, l’Assemblée Générale a permis d’élire deux nouveaux membres au Conseil d’Administration : le Suisse Alan Roura et l’Allemand Boris Herrmann. Ils rejoignent ainsi Louis Burton, Paul Meilhat et le Néo-Zélandais Conrad Colman. Antoine Mermod reste Président, le Britannique Alex Thomson vice-Président et Charles Euverte trésorier. Parmi les huit membres du CA, quatre sont étrangers, ce qui reflète bien la volonté d’internationalisation de la classe IMOCA.

    Réaction du skipper Boris Herrmann suite à l’AG IMOCA :

    ” Cette Assemblée Générale a été un grand succès. Toutes les propositions de changement de règles ont été acceptées. La poursuite du rapprochement avec la Volvo Ocean Race est une excellente nouvelle. Si les deux plus prestigieuses courses offshore (Vendée Globe et Volvo) se disputent en IMOCA, ce sera un atout majeur pour augmenter la popularité de la classe à l’international et monter des nouveaux projets encore plus vendeurs auprès des sponsors. Quant à la décision sur les énergies renouvelables, elle va aussi dans le bon sens. Se dire que l’on peut boucler un tour du monde en produisant sa propre énergie, sans gasoil, est très inspirant. En prônant les énergies propres, nous apportons notre petite contribution dans une problématique plus vaste qui touche l’ensemble de nos sociétés. C’est l’âme de la classe IMOCA que de chercher l’innovation en permanence, dans tous les domaines. A titre personnel, j’ai un partenariat avec la marque BMW qui fait beaucoup de recherches pour les batteries des voitures hybrides et électriques. Nous travaillons sur la mise en place de ces batteries sur mon IMOCA et la décision sur les énergies renouvelables prise lors de l’Assemblée Générale va beaucoup m’aider pour cela. Nous espérons fiabiliser le système pour la saison 2019. »

    Paul Meilhat à propos du rapprochement avec la VOR :

    ” Je suis hyper content et très enthousiaste de ce projet d’accord car la Volvo Ocean Race est vraiment une course que je rêve de faire pour plusieurs raisons. Sportive d’abord car la VOR est sans doute la course la plus dure, qui permet de se confronter aux meilleurs marins et de réunir un vrai plateau international. Pour un porteur de projet comme moi, c’est donc un vrai plus de pouvoir proposer la VOR car sa dimension internationale permet d’approcher des grandes marques mondiales. Et pour ceux qui n’ont pas de bateau, cela permet de faire valoir un savoir-faire pour embarquer. Tout est donc très positif…”.

    • Trois grandes décisions validées •

  • L’Assemblée Générale de l’IMOCA s’est tenue la semaine dernière à Paris dans le cadre du Nautic. Validation du calendrier 2018-2020, création des Globe Series, Antoine Mermod, Président de la classe, revient sur les grandes décisions prises lors de cette AG

    L’Assemblée Générale de l’IMOCA a-t-elle rencontré une forte adhésion de la part des membres de la classe ?

    Antoine Mermod : « Oui, clairement. Tous les projets actifs étaient représentés à travers les skippers, les teams managers ou les sponsors. Il y avait environ 65 personnes au total. Tous les membres se sentent concernés par la vie de la classe. Il nous semble intéressant d’organiser une AG au mois de décembre car cela permet de dresser le bilan de la saison écoulée et de se projeter sur l’année suivante. »

    La Présidence et le bureau de l’IMOCA avaient été renouvelés lors de la précédente AG le 26 avril dernier. Quels ont été depuis les principaux changements dans le fonctionnement de la classe ?

    Antoine Mermod : « La principale modification est d’essayer d’impliquer plus de personnes dans les processus de réflexion et de décision. L’IMOCA est une association, l’objectif est de fédérer. Nous avons ainsi créé une commission sportive regroupant des skippers et des directeurs de course. L’objectif de cette commission est de régler des questions purement sportives, relatives aux règles de qualification pour les courses, par exemple. Il est important de débattre de ces questions bien en amont. Cela soulage par ailleurs le conseil d’administration qui peut travailler sur d’autres sujets. »

    Vous avez beaucoup parlé calendrier durant la dernière Assemblée Générale. Quelles sont les grandes orientations à ce sujet ?

    Antoine Mermod : « Nous assumons le fait que le Vendée Globe est notre événement le plus populaire et le plus médiatique. Pour trouver une certaine continuité, il faut créer plus de liens entre les courses pour monter en puissance vers cette épreuve phare. C’est pourquoi nous avons imaginé une refonte de notre Championnat qui sera rebaptisé « Globe Series », avec un système de points et de coefficients sur quatre ans que nous détaillerons prochainement. L’idée est d’organiser chaque année deux grands événements réunissant des flottes importantes, ainsi que d’autres épreuves, appelées « courses exhibition ». En 2018, les deux événements majeurs seront constituées par une nouvelle course organisée à Monaco début juin (dont le nom sera révélé en début d’année), puis la Route du Rhum, destination Guadeloupe en novembre. En 2019, nous aurons la Barcelona World Race et la Transat Jacques Vabre. Puis en 2020, année de Vendée Globe, les skippers de la classe prendront part à The Transat et à la New York-Vendée. Il n’est pas impossible que d’autres courses viennent se greffer à ce calendrier. Mais nous avons déjà mis en place une colonne vertébrale solide car proposer un calendrier de qualité est indispensable pour attirer marins et sponsors. »

    Vous évoquiez la nouvelle épreuve organisée à Monaco. Plus globalement, la Méditerranée sera mise à l’honneur au printemps 2018…

    Antoine Mermod : « Quitte à faire descendre une flotte d’IMOCA en Méditerranée, nous voulions proposer un programme complet. A l’issue du Grand Prix Guyader à Douarnenez, nous organiserons une course en solitaire vers Cascais (Portugal), qui sera qualificative pour la Route du Rhum. Après l’épreuve à Monaco où nous attendons 10 à 15 bateaux, nous allons proposer aux organisateurs de la Giraglia (entre Saint Tropez et Gênes) d’inscrire la classe IMOCA. Il est à nos yeux primordial de mettre en avant la façade méditerranéenne qui offre des conditions de navigation exceptionnelles au printemps. De plus, la Méditerranée est un marché intéressant pour l’IMOCA, et des projets sportifs se montent là-bas. »

    Comment se présente la prochaine Barcelona World Race, dont le départ sera donné le 12 janvier 2019 ?

    Antoine Mermod : « Une conférence de presse est organisée aujourd’hui à Barcelone pour dessiner les contours de la prochaine édition. La situation politique est complexe à Barcelone et c’est un vrai défi pour la FNOB d’organiser une telle course. Mais les nouvelles sont bonnes. Des teams sont vraiment intéressés et nous espérons que l’épreuve réunira une dizaine d’IMOCA. »

    • L’Assemblée Générale de l’IMOCA fixe les grandes orientations de la classe jusqu’en 2020 •

  • L’Armen Race Uship, c’est la grande fête des marins professionnels et amateurs, un rendez-vous qu’ils ne rateraient pour rien au monde. Plus de mille coureurs au départ, c’est autant d’histoires à l’arrivée. En attendant que les derniers bateaux passent la ligne d’arrivée cette nuit, laissons la parole à ceux qui parlent le mieux de cette course qui fait déjà partie des classiques de la course au large.

    Thomas Coville – Sodebo – Ultim:

    ” L’Armen Race, c’est une course qui se passe dans mon jardin car la Trinité-sur-Mer est le port d’attache de Sodebo. En plus, elle se court avec les gens avec qui je vis, comme les plaisanciers d’ici ou d’ailleurs. La SNT organise des évènements qui mélangent les professionnels et les amateurs, c’est extra car nous avons besoin de ça dans notre sport.”

    Valérie Savoy – Good Planet Belgium – IRC 3 :

    ” Je suis super contente, c’est ma première longue course en mer. Je suis marin d’eau douce, je navigue habituellement sur des lacs en Suisse. C’est le paradis!”

    Eric Flageul – Hey Joe – IRC2:

    ” L’organisation est au top, que ce soit le départ ou l’accueil à l’arrivée. C’est formidable de longer nos côtes bretonnes, le parcours est extra. L’Armen Race, c’est un beau moment de partage.”

    Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet – SMA – IMOCA:

    ” C’est une très belle course, un bon format de régate. Ça donne envie de revenir! Merci à l’organisation, c’était top!”

    Vincent de Kerviler – Delnic – IRC Double:

    ” C’était court, mais bon! Nous avons fait une superbe navigation sous les étoiles mais tout s’est arrêté, on m’a enlevé le bateau sous les pieds! J’ai pris un bain forcé pendant un empannage, mais je n’ai pas paniqué et j’ai pu être récupéré par Anavel au bout de 15 minutes grâce à ma balise AIS personnelle. Malgré cette mésaventure, c’était super ! “.

    Yves le Blevec – Actual – Ultim :

    ” Les pontons sont magnifiques, ça fait plaisir de voir autant de bateaux, c’est un succès énorme! Je suis ravi que la course au large soit présente à la Trinité-sur-Mer et d’en faire partie. Bravo à toute l’équipe de la SNT pour cette initiative qui devient une grande classique incontournable d’années en années.”

    Thierry Bujon de l’Estang – Lou Wan – Pogo 8.50 :

    ” J’avais un équipage génial: mes enfants et mon futur gendre! Il y a eu une belle bagarre entre les Pogo 8.50 et nous sommes contents car nous progressons! Nous sommes vraiment ravis d’avoir couru pour la 2e fois l’Armen Race et on reviendra!!! ”

    Christian Rupp – Mitscherlich Patent – IRC Double:

    ” L’Armen Race est une des plus belles course offshore d’Europe. La flotte est énorme et internationale, le niveau est relevé mais le parcours reste accessible à tous. C’est vraiment formidable de naviguer aux côtés des pros, je suis ravi d’être là! J’invite tous les bateaux de tous les pays à venir, l’accueil est sympathique et c’est une fête époustouflante! “

    Remise des prix dimanche à 11h00.

    • La grande classique •

  • François Gabart: “La richesse de l’Armen Race”

    François Gabart à bord de son Ultim Macif a avalé les 270 milles de l’Armen Race Uship 2017 en 18h21’22” et remporte ainsi cette 7e édition. Dans des conditions variées, le team Macif a pris beaucoup de

    27 mai 2017 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 1205