Gamesa
Posts

  • Bernard Stamm de retour à Brest

    Il était parti de Brest le 15 octobre dernier. Quatre mois et un tour du monde en solitaire plus tard, Bernard Stamm a fait son retour dans son port d’attache hier, mercredi, jour des enfants, après un convoyage depuis

    15 février 2013 • 2012-13, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1738

  • C’est hier soir, à 22h30, que Bernard Stamm en a fini avec son tour du monde en solitaire. 88 jours 10 heures 27 minutes et 10 secondes après son départ, il a retrouvé sa famille, son équipe, ses partenaires et l’enthousiasme du public vendéen. Malgré l’heure tardive, les Sablais n’ont pas manqué le rendez-vous attendu de si longue date par le skipper de Cheminées Poujoulat et sont venus saluer comme il se doit la première remontée du chenal de ce marin qui a définitivement marqué l’histoire du Vendée Globe de sa ténacité, de son engagement et de son honnêteté. Après quelques heures de sommeil à terre, dans un vrai lit, le Suisse s’est prêté au jeu de la traditionnelle conférence de presse. Un moment tout à la fois drôle et émouvant, à son image. Un reflet de l’incroyable parcours qu’il a déroulé depuis le 10 novembre dernier. Morceaux choisis…

    Continuer hors course : une évidence ?

    ” Pour moi c’était logique de rentrer aux Sables d’Olonne. Qu’est-ce que je pouvais faire d’autre ? Laisser le bateau, prendre un avion et demander à quelqu’un de le ramener ? Impossible ! Et puis il y avait le projet Rivages et le fameux Mini Lab initié par la Fondation Sandoz et mené avec Océanopolis et l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Lui il a continué à faire des analyses d’eau, sur tout le parcours. Rien ne nous empêchait de mener ce projet là à bien. Il y a juste eu deux arrêts : un problème de soft et quand je n’avais plus de courant, il n’y en avait plus pour le Mini Lab non plus.

    Le début des problèmes :

    ” Quand je suis repassé en tête dans l’Indien, c’est le jour où les problèmes se sont vraiment dégradés. Les premiers je l’ai ai eu dès le deuxième jour de course, quand l’hydrogénérateur s’est arraché de son support. Par contre là, j’avais des solutions de rechange parce j’avais encore du fuel. Je pouvais courir à peu près mais je repoussais le problème. Je savais qu’à un moment donné ça allait venir. J’ai essayé plein de trucs : restrater, solidifier le support… mais ça n’a pas marché.

    Ton état physique ?

    ” J’ai perdu 7 kilos. Je n’avais pas beaucoup de gras et là il n’y en a plus ! Comme je n’avais pas assez de gras, j’ai pris un peu de muscle là où ça ne servait pas pour en mettre où il y avait besoin. Mon souci de colonne de winch a puisé dans les réserves. Ce problème a rendu le bateau très dur. On a fait un entraînement physique avant, mais ce n’était pas adapté à la course que j’ai faite. C’était adapté à une course sans souci. C’est tout le problème de la préparation

    Satisfaction d’avoir ramené le bateau ou frustration de n’avoir pu défendre de réelles chances ?

    ” Il y a un peu des deux. Mais il n’y a pas de fatalité dans ce qui arrive. On paie un peu les premiers retards qu’on a eu dans ce projet. Le fait d’avoir tapé un container dans la Transat Jacques Vabre a fait très très mal à notre programme. Il manque deux transats. Ces bateaux là sont compliqués. Comme ce sont des prototypes, ce sont des choses qu’on met en place et qui sont à tester sur la durée. Il n’y a que les transats pour le faire et ça nous a fait défaut. Le temps d’aller chercher le bateau et de le reconstruire, ça a créé un décalage dans notre préparation par rapport aux autres qui était très pénalisant. Ca aurait pu marcher mais il y a des choses à côté desquelles on est passé. La particularité aussi c’est que c’est un plan Juan Kouyoumdjian et qu’il n’avait pas de petit frère. On n’a pas pu se servir de l’expérience des autres pour avancer plus vite. On a fait des erreurs de conception comme le roof par exemple, que l’on a du modifier avant le Vendée Globe. Il y a un paramètre que j’ai zappé c’est la protection. Tout ce temps là tu le paie et le chantier que tu n’as pas fait à terre, tu le fais en course…

    La disqualification ?

    ” Ai-je fait une erreur ? Pour rester en course oui forcément j’en ai fait une ! Mais une erreur pour garder mon bateau en état, non ! Je ne sais pas ce que j’aurai pu faire d’autre. J’aurai pu faire autrement, le bateau russe aurait pu ne pas être là. Mais s’il n’avait pas été là, j’aurai été hors course tout de suite. Partir de là-bas sans avoir fini de réparer les hydrogénérateurs, la course s’arrêtait. Tout est allé très vite. J’ai dit au jury que je n’avais pas trouvé d’argument quand le marin est monté à bord. Ce n’est même pas que je n’ai pas trouvé d’argument, c’est que je n’ai pas eu le temps. Il n’ont peut-être pas tenu compte ou pas réalisé qu’en 2008 j’ai perdu un bateau comme ça. A un moment donné la course c’est bien mais il faut faire les choses comme un marin. Là c’était le cas. J’ai juste fait ce que je devais faire… Le Vendée Globe n’a pas besoin de ça. Le Vendée Globe a besoin de bateaux qui reviennent !

    Cheminées Poujoulat, un bateau plus puissant que les autres ?

    ” Je pense que les bateaux sont tous durs. Au début il était très très dur du fait du plan de voilure très différent qui rendait les manœuvres très compliquées. C’était les douze travaux d’Hercule. Mais je ne pense pas que ce soit plus dur que pour François (Gabart) ou Armel (Le Cléac’h), après ils ne m’ont pas invité sur leurs bateaux (rires) ! Mais en règle générale, ces bateaux sont durs. Ils sont puissants. Je pense que les choix étaient bon et ça nous a permis de ne pas faire comme les autres ! Le but c’était de réfléchir par nous même, quitte à arriver à la même chose. Mais on voulait avoir cette démarche.

    Les hydrogénérateurs ?

    ” C’est le support qui n’était pas adapté, c’était l’implantation qui était mal conçue. Les hydrogénérateurs, quand ils étaient dans l’eau et qu’ils tournaient, ils marchaient nickel. Ce n’est pas ça qui est en cause. Ca aurait pu l’être mais on n’a finalement même pas eu le temps de le voir. On les a eu tardivement. On voulait les mettre pour la Transat Jacques Vabre mais ils étaient trop près des safrans et ça cavitait. On les aurait arraché au bout de deux jours de la même manière. Mais c’est vrai qu’on aurait su qu’au lieu de prendre 160 litres de fuel, il fallait en prendre 320.

    Des choses positives ?

    ” Quand les galères sont finies on ne retient que le positif ! Avant d’arriver au Brésil, le long du front, les conditions de mer étaient vraiment mauvaises. Le bateau tapait à ne plus pouvoir le voir ! A un moment donné, tu maudis ton bateau. Là je ne le maudis plus parce que c’est passé ! Après ça passe par un débrief sérieux pour se servir de ce qui s’est passé pour ne pas que ça arrive de nouveau. Aussitôt que quelque chose ne marche pas, c’est de l’agression. Hier dans le golfe, le bateau allait à plus de vingt nœuds et je savais que il ne rentrait pas dans le chenal mais je ne pouvais pas le ralentir. Le bateau, lui, ne s’arrête pas.

    Faut-il désormais être jeune et ingénieur pour gagner le Vendée Globe ?

    ” Je ne pense pas. François, Armel et certains d’autres viennent d’une filière de compétition en dériveur. Cette expérience je ne l’ai pas et je l’aurai jamais mais j’ai d’autres choses qu’eux n’ont pas. Je pense que ça se joue vraiment dans la préparation, en grande partie. C’est une réalité. C’est une des clés de la réussite.

    Un sentiment de fierté ?

    ” Je suis content d’avoir mené Cheminées Poujoulat autour du monde. La terre est grande et c’est pavé de complications tout au long du trajet. Je suis content d’avoir fait ça, ce n’est pas anodin. La remontée de l’Atlantique, tu as l’impression de faire un voyage d’une planète à l’autre tellement c’est long. Tu as l’impression de revenir de très loin, c’est interminable. Je suis content d’être passé au travers de tout ça. Je suis fier du chemin parcouru “.

    • Bernard Stamm a la parole ! •

  • Bernard Stamm à moins d’une semaine de l’arrivée aux Sables d’Olonne

    Il reste moins de 1200 milles devant les étraves de Bernard Stamm avant de toucher au but. Selon toute vraisemblance, le skipper de Cheminées Poujoulat fera son entrée dans la baie des Sables d’Olonne le mercredi 6

    2 février 2013 • 2012-13, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1175

  • Escale espagnole avant les Sables d’Olonne

    Jean-Pierre Dick est tenace et n’abandonne pas. Le skipper de Virbac-Paprec 3 veut terminer le Vendée Globe en se donnant toutes les chances de réussir. Naviguant sans quille depuis une semaine, il a pris la décision à 21h

    30 janvier 2013 • 2012-13, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1508

  • Arc prometteur

    François Gabart (MACIF) a repris de la vitesse et des milles sur son concurrent direct ce matin. Malgré la perte de sa quille, Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3) maintient pour l’instant le rythme devant Alex Thomson

    23 janvier 2013 • 2012-13, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1235

  • En avoir ou pas

    C’est la hantise des navigateurs : ce qui arrive à Jean-Pierre Dick est comme une punition qui viendrait frapper l’élève qui vient de décrocher son tableau d’honneur. Alors que le podium semblait promis au navigateur

    22 janvier 2013 • 2012-13, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1256

  • Finir ou rentrer ?

    Joint par téléphone ce matin, Jean-Pierre Dick a décrit les conditions de navigation à bord de Virbac-Paprec 3 suite à la perte de la quille cette nuit. Le skipper niçois est confronté à une décision importante :

    22 janvier 2013 • 2012-13, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1197

  • Rêve brisé

    Terrible coup du sort pour Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3). Alors qu’il filait à belle allure vers un probable podium, le skipper niçois a vu ses ambitions s’évanouir en quelques secondes, suite à la perte de

    22 janvier 2013 • 2012-13, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1099

  • A 0h45, alors qu’il naviguait en 3e position du Vendée Globe à environ 550 milles dans le nord-ouest des îles du Cap Vert, Jean-Pierre Dick a appelé son équipe. Virbac-Paprec 3 a perdu sa quille* vers minuit (heure française). Le skipper niçois va bien et a stabilisé la situation. Le bateau est à l’endroit, ballasts remplis, et navigue à environ 8 nœuds vers le nord-ouest.

    Joint au téléphone, Jean-Pierre Dick nous confiait :

    Je naviguais tribord amure avec la grand-voile avec 1 ris et le solent dans 20 nœuds de vent. J’étais à l’intérieur quand un grain est arrivé. Je suis sorti pour régler les voiles. A ce moment-là, j’ai entendu un grand bang.

    Virbac-Paprec 3 est parti au lof et s’est couché violemment. J’ai choqué l’écoute de grand-voile et ensuite le solent. Je l’ai roulé. Je suis allé en bout de bôme pour décoincer la bastaque. J’ai abattu doucement et le bateau s’est relevé. J’ai rempli l’ensemble des ballasts pour stabiliser le bateau.

    Je fais route vers le nord-ouest à environ 8 nœuds avec 2 ris dans la grand-voile et la trinquette. La situation est stabilisée et je pense qu’il n’y a aucun risque de chavirage. Mon rêve de podium sur le Vendée Globe vient de couler subitement.

    *bulbe et voile de quille

    • Virbac-Paprec 3 perd sa quille •

  • Dernier passage à niveau pour la tête de flotte

    On y arrive. Redouté par certain, espéré par d’autres, le franchissement de la dorsale qui se prolonge dans le sud-ouest des Açores va, petit à petit, ralentir les deux leaders du Vendée Globe. En Atlantique Sud, entre

    21 janvier 2013 • 2012-13, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1181