Arnaud Boissières
Posts

  • Arnaud Boissières participait le week-end dernier au Défi Azimut, sa première épreuve avec le nouveau La Mie Câline-Artipôle. Quelque peu déçu par le résultat de sa course en solitaire (12e), le skipper retire néanmoins beaucoup de satisfaction de cette première confrontation avec ses futurs concurrents. Son Imoca 60, qui a connu une profonde restructuration depuis son acquisition et qui est toujours en phase d’optimisation, tient d’ores et déjà toutes ses promesses ; et à 40 jours du départ de la Route du Rhum, donné le 4 novembre prochain de St Malo, Arnaud Boissières compte bien enchaîner les entrainements et continuer à prendre en main sa machine.

    Arnaud, comment s’est passée cette première épreuve avec ton nouvel Imoca et cette première confrontation avec tes concurrents ?

    « Je suis forcément déçu de mon parcours en solitaire. Je n’ai pas pris un super départ car j’ai eu quelques soucis techniques avant de quitter le ponton. Cela génère un peu de stress en plus mais cela permet aussi de se préparer à la Route du Rhum, ces courses préparatoires servent aussi à ça. Je vois surtout beaucoup de choses encourageantes. Le bateau est facile, en termes de réglages mais aussi physiquement. J’ai réussi à doubler La Fabrique et Newrest Art et Fenêtres dans la nuit, d’autres bateaux munis de foils, et j’ai rapidement trouvé les manettes. La navigation dans la brise m’a permis de me rassurer suite aux modifications que l’on a apportées sur le bateau et surtout sur son potentiel par rapport à nos concurrents directs. Je ne veux pas m’arrêter au résultat. »

    Que retires-tu de ce Défi Azimut ?

    « Je me suis super bien senti à bord du bateau, il est plutôt confortable. Il y a encore quelques aménagements à effectuer pour améliorer la vie à bord mais niveau performance pure, je pense que l’on est bien. C’est plutôt la bagarre sur l’eau qui me manque, être au contact, se jauger. Nous allons donc nous baser à Lorient du 8 au 16 octobre pour naviguer face à d’autres concurrents lors de runs à la journée pour travailler les départs, la vitesse, les manœuvres, les essais de voiles… Je suis vraiment dans une logique de progression, pour le bateau comme pour le bonhomme ; finir ma préparation de la Route du Rhum à Lorient me permettra d’effectuer des entraînements plus intenses et d’être près des fournisseurs qui travaillent sur La Mie Câline-Artipôle. Je souhaite mieux appréhender le bateau et surtout me mesurer davantage à la concurrence. »

    Le niveau du plateau semble très élevé, quel est ton objectif pour cette Route du Rhum ?

    « Ils ne m’ont pas attendu pour progresser c’est clair ! Le niveau des bateaux et des skippers est en effet très élevé. Si je dois me donner un objectif sur le Rhum c’est de figurer dans le top 10 à l’arrivée à Pointe à Pitre. Mais encore une fois je me suis pour l’instant très peu jaugé par rapport à la concurrence. Et il faut quand même être conscient que l’on ne joue pas tous dans la même cour : entre les bateaux neufs, les bateaux revus, ceux qui naviguent sur leur bateau depuis deux ans… on ne part pas tous avec les mêmes cartes. Je sais que j’ai un déficit de connaissance de mon bateau par rapport à mes rivaux directs. Néanmoins cela reste une transatlantique, et le terrain de jeu devrait être assez ouvert. On verra sans doute des options différentes en fonction des bateaux et de leurs classements. La Route du Rhum est un véritable objectif pour moi mais il faut garder la tête sur les épaules car c’est un beau plateau au départ. »

    Tu es pressé d’y être ?

    « C’est sûr que cette confrontation de samedi rend encore plus impatient d’être au Rhum ! J’ai eu le plaisir du foiler lors du long bord que l’on a fait : le bateau déjauge, se met sur le foil, se couche, se cabre, ça donne envie de naviguer plusieurs jours comme ça ! J’ai eu des sensations de vitesse que je n’avais pas connues auparavant avec mes anciens bateaux, pas tant en vitesse de pointe mais plutôt en vitesse moyenne. La Mie Câline-Artipôle reste à 20 nœuds tout le temps, ça donne envie de traverser l’Atlantique avec un bateau comme ça ! Après il faut rester humble et prendre la mesure du bateau. Pour l’instant je pense plutôt au chemin qui va m’amener au Rhum : pour faire progresser le bateau, me faire progresser et donc progresser ensemble. Il y a peu de temps mais j’ai l’énergie et la motivation pour y arriver ! »

    Focus : qui est Arnaud Boissières ?

    La passion d’Arnaud Boissières pour la course au large est sans doute née en 1989 lorsque son père l’emmène sur les pontons des Sables d’Olonne voir les aventuriers du Vendée Globe. Très vite il convoie des catamarans sur l’Atlantique, puis viennent les années Mini. Après un démâtage en 1999, il enchaîne sur un prototype dernier cri et signe un joli podium en 2001. Il se fait ensuite la main sur Aquitaine Innovations, le 60 pieds d’Yves Parlier, et multiplie les expériences aux côtés d’Olivier de Kersauzon et de Catherine Chabaud. En 2008 il boucle son premier Vendée Globe en 7e position et sort véritablement de sa coquille, trouvant toujours les bons mots pour partager son bonheur d’être en mer et démocratiser un sport dont l’aspect mécanique reste toujours mystérieux pour le grand public.
    En 2020 Arnaud Boissières s’attaquera à son 4e Vendée Globe, soutenu par La Mie Câline, Artipôle et un ensemble d’une trentaine de partenaires. En juillet 2017 il a fait l’acquisition de l’ex-Kilcullen Voyager, construit à l’époque pour Mike Golding, puis passé entre les mains de l’Irlandais Enda O’Coineen en 2016. Après un intense chantier pour en faire un foiler performant, La Mie Câline-Artipôle est prêt à affronter ses concurrents grâce à un refit intégral : safrans, mât, cloisonnement des ballasts, intégration de foils, tout a été pensé pour être à la hauteur des ambitions du skipper.

    • Arnaud Boissières tourné vers la Route du Rhum Destination Guadeloupe •

  • Une 8e édition mémorable

    Le rideau est tombé sur la 8e édition de l’Armen Race Uship à la Trinité-sur-Mer. Au dire de tous, ce fut un millésime sportif avec une météo capricieuse qui restera dans les annales. Sur les pontons et dans le

    13 mai 2018 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 834

  • No Limit (Yann Marilley), vainqueur de l’Armen Race Uship 2018 en temps réel

    Les arrivées de l’Armen Race Uship 2018 se succèdent sur les pontons de la Trinité-sur-Mer. La nuit a vu les premiers en temps réel passer la ligne d’arrivée, enchantés d’avoir bouclé la boucle dans des

    12 mai 2018 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 662

  • Top départ pour l’Armen Race Uship 2018

    Le départ de la 8e édition de l’Armen Race Uship a été donné aujourd’hui à 14h00. Pour bien démarrer la course, direction la pointe de Penmarc’h pour le grand parcours de 320 milles et l’archipel

    10 mai 2018 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 721

  • Départ le 10 mai

    L’Armen Race Uship, la grande course le long des côtes atlantiques au départ de la Trinité-sur-Mer, se tiendra du 10 au 13 mai pour sa 8e édition. Forte de son succès auprès des marins professionnels comme des

    8 mai 2018 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 380

  • La Mie Câline – Artipôle baptisé par Tessa Worley & Thomas Voeckler

    Le 60 pieds IMOCA « La Mie Câline – Artipôle » engagé dans la prochaine Route du Rhum et le Vendée Globe 2020 a vécu un baptême parfait sous le soleil des Sables d’Olonne. Le public tout comme les salariés et

    23 avril 2018 • 2020-21, Course au Large, IMOCA, Route du Rhum, Vendée Globe • Vues: 1173

  • 2018, l’année où tout se décide !

    La fin de l’hiver approche et déjà les projets IMOCA pour 2018 se précisent. Au sein des équipes basées en France, les projets avancent plus ou moins rapidement en fonction notamment des partenaires investis. Mais qu’ils

    17 mars 2018 • 2020-21, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 521

  • Entre émotion et ambition

    A dix sept jours de la Transat Jacques Vabre dont Arnaud prendra le départ pour sa 6e participation, une journée symbolique était organisée au sein des locaux du team. L’occasion pour les partenaires de saluer une dernière

    20 octobre 2017 • Course au Large, IMOCA, Transat Jacques Vabre • Vues: 1123

  • L’Armen Race Uship, c’est la grande fête des marins professionnels et amateurs, un rendez-vous qu’ils ne rateraient pour rien au monde. Plus de mille coureurs au départ, c’est autant d’histoires à l’arrivée. En attendant que les derniers bateaux passent la ligne d’arrivée cette nuit, laissons la parole à ceux qui parlent le mieux de cette course qui fait déjà partie des classiques de la course au large.

    Thomas Coville – Sodebo – Ultim:

    ” L’Armen Race, c’est une course qui se passe dans mon jardin car la Trinité-sur-Mer est le port d’attache de Sodebo. En plus, elle se court avec les gens avec qui je vis, comme les plaisanciers d’ici ou d’ailleurs. La SNT organise des évènements qui mélangent les professionnels et les amateurs, c’est extra car nous avons besoin de ça dans notre sport.”

    Valérie Savoy – Good Planet Belgium – IRC 3 :

    ” Je suis super contente, c’est ma première longue course en mer. Je suis marin d’eau douce, je navigue habituellement sur des lacs en Suisse. C’est le paradis!”

    Eric Flageul – Hey Joe – IRC2:

    ” L’organisation est au top, que ce soit le départ ou l’accueil à l’arrivée. C’est formidable de longer nos côtes bretonnes, le parcours est extra. L’Armen Race, c’est un beau moment de partage.”

    Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet – SMA – IMOCA:

    ” C’est une très belle course, un bon format de régate. Ça donne envie de revenir! Merci à l’organisation, c’était top!”

    Vincent de Kerviler – Delnic – IRC Double:

    ” C’était court, mais bon! Nous avons fait une superbe navigation sous les étoiles mais tout s’est arrêté, on m’a enlevé le bateau sous les pieds! J’ai pris un bain forcé pendant un empannage, mais je n’ai pas paniqué et j’ai pu être récupéré par Anavel au bout de 15 minutes grâce à ma balise AIS personnelle. Malgré cette mésaventure, c’était super ! “.

    Yves le Blevec – Actual – Ultim :

    ” Les pontons sont magnifiques, ça fait plaisir de voir autant de bateaux, c’est un succès énorme! Je suis ravi que la course au large soit présente à la Trinité-sur-Mer et d’en faire partie. Bravo à toute l’équipe de la SNT pour cette initiative qui devient une grande classique incontournable d’années en années.”

    Thierry Bujon de l’Estang – Lou Wan – Pogo 8.50 :

    ” J’avais un équipage génial: mes enfants et mon futur gendre! Il y a eu une belle bagarre entre les Pogo 8.50 et nous sommes contents car nous progressons! Nous sommes vraiment ravis d’avoir couru pour la 2e fois l’Armen Race et on reviendra!!! ”

    Christian Rupp – Mitscherlich Patent – IRC Double:

    ” L’Armen Race est une des plus belles course offshore d’Europe. La flotte est énorme et internationale, le niveau est relevé mais le parcours reste accessible à tous. C’est vraiment formidable de naviguer aux côtés des pros, je suis ravi d’être là! J’invite tous les bateaux de tous les pays à venir, l’accueil est sympathique et c’est une fête époustouflante! “

    Remise des prix dimanche à 11h00.

    • La grande classique •

  • François Gabart: “La richesse de l’Armen Race”

    François Gabart à bord de son Ultim Macif a avalé les 270 milles de l’Armen Race Uship 2017 en 18h21’22” et remporte ainsi cette 7e édition. Dans des conditions variées, le team Macif a pris beaucoup de

    27 mai 2017 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 1348