Alex Thomson
Posts

  • Charlie Dalin totalement impliqué dans la conception de son IMOCA

    Prévue mi-juillet, la mise à l’eau de l’Imoca Apivia sonnera pour Charlie Dalin comme la première mise en mouvement d’une aventure intense. Avant d’entrer en action sur l’eau, le navigateur solitaire, diplômé

    4 juin 2019 • 2020-21, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 255

  • Un nouvel Hugo Boss pour Alex Thomson

    Après plus de deux ans de développement et de construction, Alex Thomson Racing se prépare à lancer son tout nouveau bateau de course IMOCA, HUGO BOSS, cet été. Conçu par Alex Thomson Racing et les architectes

    22 mai 2019 • Course au Large, IMOCA, Transat Jacques Vabre • Vues: 321

  • Les contrôles de jauge IMOCA, comment ça marche ?

    La jauge IMOCA définit de nombreux critères très précis (et évolutifs) en vue d’accroître la sécurité des marins et d’assurer l’équité sportive. Si certaines données sont relativement « simples » à vérifier

  • Il est monté en puissance méthodiquement, d’abord en Mini 6.50 puis en Figaro, en Class40 puis en Multi 50 – entre autres. Aujourd’hui, l’Italien Giancarlo Pedote porte un projet IMOCA avec un joli foiler de 2015 déjà passé entre les mains de Jean-Pierre Dick (Vendée GLobe 2016) puis de Yann Eliès (Route du Rhum 2018). A bord de Prysmian Group, Giancarlo devrait devenir l’an prochain, le cinquième marin italien à prendre le départ du Vendée Globe. Entretien, à moins de deux semaines du départ de la Bermudes 1000 Race, sa première grande course en solitaire en IMOCA…

    Giancarlo, à quand remonte ta volonté d’intégrer la classe IMOCA ?

    « J’y pensais dès mes débuts en course au large en solitaire, sur le circuit Mini. Mais quand je me suis installé en France, en 2009, cette perspective me semblait un rêve lointain. J’étais concentré sur le présent et ma première participation à la Mini Transat, en bateau de série, terminée à la 4e place. Quatre ans plus tard, j’ai décroché la 2e place dans cette épreuve en proto. J’ai aussi fait une incursion en Figaro, participé à la Route du Rhum 2014 en Class40 et navigué avec Erwan Le Roux en Multi 50 (avec une victoire dans la Transat Jacques Vabre). J’ai progressé étape par étape car je voulais arriver en IMOCA avec un bagage correct. »

    Quel a été le déclic pour te lancer ?

    « La Route du Rhum 2014. A l’issue de cette course, j’ai commencé à travailler dur pour que mon rêve devienne réalité. J’étais très motivé à l’idée de lancer mon projet car les IMOCA sont des machines incroyables avec d’importantes possibilités de développements techniques. Et pour quelqu’un qui aime le large, le Vendée Globe est le Graal, un défi qui met du piment dans un projet. »

    Comment t’es-tu orienté vers l’achat de l’ex StMichel-Virbac de Jean-Pierre Dick, un foiler de 2015 signé VPLP-Verdier ?

    « Je connais bien Jean-Pierre, on se croise souvent car on habite tous les deux dans le même coin. Il savait que je cherchais à acheter un IMOCA. Un jour, je l’ai croisé juste après une séance de natation en mer. Je discutais avec lui à la plage, en combi, lorsqu’il m’a dit que son bateau allait être mis en vente. J’ai saisi l’opportunité et suis entré en contact avec son équipe, Absolute Dreamer. La vente s’est conclue en avril 2018. J’ai en fait réservé le bateau pour mars 2019 puisque Yann Eliès le prenait pour la Route du Rhum 2018, avant d’entrer en chantier. C’est le support idéal car mon sponsor refusait un projet avec un IMOCA trop ancien. Disposer d’un bateau pour m’exprimer d’un point de vue sportif, ça me va très bien ! »

    Comment se passe la prise en main de ce foiler ?

    « Bien ! J’apprends de manière méthodique à le manœuvrer et à m’habituer à le mener à haute vitesse. Les sensations sont bonnes, je me sens à l’aise. Je suis dans une logique d’anticipation pour éviter de me mettre dans le rouge. Les IMOCA sont des bateaux très exigeants, bien plus complexes que les Class40 par exemple. Physiquement les efforts sont importants, ne serait-ce que pour matosser… »

    Le monde de l’IMOCA n’est pas totalement une découverte puisque tu étais le co-skipper de Fabrice Amedeo lors de la Transat Jacques Vabre 2017 bouclée à la 12e place…

    « Effectivement, c’était ma première expérience significative dans cette classe. Elle a été intéressante en mer mais aussi à terre puisque j’ai pu observer le fonctionnement d’une équipe IMOCA. Cela a confirmé ma volonté de lancer mon projet perso. »

    Ton sponsor Prysmian Group fait preuve d’une fidélité rare puisqu’il te suit dans tous tes projets depuis 2007. As-tu néanmoins besoin d’un complément de budget dans la perspective du Vendée Globe 2020 ?

    « C’est une fierté d’avoir la confiance d’un même sponsor durant toutes ces années, cela prouve que nous avons bien travaillé. Pour autant, je ne reste pas dans ma zone de confort, je suis toujours impliqué au maximum pour que tout se passe au mieux. Le soutien de Prysmian Group garantit le fonctionnement du projet jusqu’au Vendée Globe, sauf en cas de grosse avarie. Il reste de la place sur le bateau pour d’autres partenaires qui voudraient nous rejoindre. Cela nous permettrait d’optimiser davantage le bateau. »

    Le 8 mai, tu prendras à Douarnenez le départ de la Bermudes 1000 Race, ta toute première course en solitaire en IMOCA. Comment appréhendes-tu ce rendez-vous ?

    « Je ne me projette pas sur un résultat car je ne me suis jamais comparé aux autres en IMOCA et le timing est serré avec seulement deux mois de préparation avant de partir pour une course de 2000 milles en solo. L’objectif sera de naviguer en sécurité, de mettre en place les compétences acquises d’ici-là. »

    Te verra-t-on au départ de toutes les épreuves des Globe Series avant le Vendée Globe ?

    « Oui ! Pour se qualifier au Vendée Globe, il faudra finir ces courses, ne pas être trop gourmand. Il sera primordial d’engranger les milles, quitte à parfois lever le pied. »

    Le 8 novembre 2020 aux Sables d’Olonne, tu devrais devenir le cinquième Italien à couper la ligne de départ du Vendée Globe après Vittorio Mallingri, Simone Bianchetti, Pasquale de Gregorio et Alessandro di Benedetto. Est-ce un aspect important pour toi ?

    « Bien sûr ! Je suis fier d’arborer le drapeau italien sur mon IMOCA. Mon pays a une tradition de voile importante, il est bien engagé dans l’America’s Cup avec l’équipe Luna Rossa. Même si nous n’avons pas d’océan le long de nos côtes, il faut aussi faire passer le message du large en Italie. »

    • Giancarlo Pedote, comme une évidence ! •

  • Assemblée Générale de l’IMOCA : dynamisme et avenir durable !

    L’Assemblée Générale annuelle de l’IMOCA est toujours un moment important, qui permet de balayer de nombreux sujets, de faire un état des lieux des grands dossiers en cours, de fixer les orientations à venir et de

  • Ambitions sportives et environnementales pour Boris Herrmann

    En 2020, Boris Herrmann deviendra le premier Allemand à participer au Vendée Globe, qu’il prépare avec méthode et confiance. Avec sa 5e place décrochée dans la Route du Rhum, Boris pourrait prendre la tête des IMOCA

    28 mars 2019 • 2020-21, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 352

  • Maxime Sorel et Clément Giraud, deux trentenaires à l’assaut du tour du monde

    C’est la perspective de disputer le Vendée Globe qui a attiré Maxime Sorel et Clément Giraud sur le circuit IMOCA. Pour Maxime, la victoire dans la Transat Jacques Vabre 2017, arrachée en Class40 avec Antoine Carpentier, a

    18 mars 2019 • 2020-21, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 375

  • En début de semaine, Thomas Ruyant s’est rendu à Bergame (Italie) au chantier Persico, pour constater l’état d’avancement de son futur IMOCA, un plan Verdier qui devrait être transféré à Lorient en juin prochain avant son lancement fin juillet. En parallèle, le skipper nordiste poursuit activement la recherche d’un ou plusieurs partenaires principaux prêts à le suivre dans sa deuxième campagne pour le Vendée Globe.

    Vainqueur de grandes épreuves en Class40 (Route du Rhum 2010), en Figaro (Transat AG2R 2018 avec Adrien Hardy) et en Mini 6.50 (Mini Transat 2009), Thomas est aussi très expérimenté en IMOCA et porteur d’un projet très performant. Il a donc de sérieux arguments à faire valoir. Rencontre.

    Lundi dernier, au chantier Persico, tu as vu pour la toute première fois la coque et le pont de ton futur IMOCA. Quelles ont été tes impressions ?

    « Très bonnes ! Cela fait un an que nous réfléchissons à cette machine avec l’architecte Guillaume Verdier. C’est très sympa de se confronter réellement à ce que nous voyons sur les plans depuis des mois, et de partager cela avec mon équipe et les employés du chantier. Je ne suis pas un spécialiste du composite mais je constate une qualité de finition remarquable. Les niveaux d’expertise et de technicité sont hyper élevés et les timings parfaitement respectés. Cette visite a confirmé que Persico ne laisse rien au hasard. Tout est nickel sur le chantier, on a l’impression d’entrer dans un laboratoire. C’est très rassurant quand on sait ce que devra endurer ce bateau. Persico est l’un des meilleurs chantiers composite au monde, c’est logique qu’aujourd’hui il construise l’un des monocoques les plus rapides de la planète ! »

    Ce chantier n’a pourtant construit qu’un seul IMOCA à ce jour, l’ex No Way Back de Pieter Heerema (racheté depuis par Fabrice Amedeo)…

    « Effectivement mais ils ont produit des bateaux de l’America’s Cup, de la Volvo ou encore des grands monocoques comme les TP 52. L’expertise de ce chantier est reconnue. Il n’a pas l’habitude de travailler sur des bateaux qui font le tour du monde mais on leur demande de construire une boite composite, pontée et structurée. Pour le reste, notre équipe prendra le relais. »

    « On pousse les architectes dans leurs retranchements »

    Peux-tu faire un point sur l’avancement de la construction ?

    « La coque est terminée, la structure à l’intérieur du bateau le sera prochainement. En parallèle, le pont est également en train d’être finalisé. Les foils sont en construction chez Persico. J’ai vu les moules, c’est assez impressionnant ! La quille et le mât, des pièces monotypes, sont construits en France. Nous travaillons avec beaucoup de fournisseurs : North Sails pour les voiles, Karver pour l’accastillage, Mad Intec pour l’électronique et le pilotage… Toutes les pièces sont prêtes ou en construction et le puzzle va bientôt s’assembler. L’intégration des systèmes et la pose de l’accastillage se feront en partie à Persico pour gagner du temps. Courant juin, le bateau sera transféré à Lorient. Il faudra ensuite compter un gros mois pour l’assemblage de la quille, du mât et les derniers détails avant la mise à l’eau prévue fin juillet ou au plus tard début août. »

    Que peux-tu nous révéler sur les choix architecturaux de ton IMOCA ?

    « Sans surprise, il a été dessiné autour des foils. Nous avons dessiné un bateau robuste et très structuré. L’objectif n’est pas d’être les plus rapides dans les Courreaux de Groix mais de disposer d’un bateau polyvalent pour tenir une bonne vitesse moyenne autour du monde. Ce que je peux dire c’est que la carène est plus tendue que sur les IMOCA de la génération précédente et que les foils sont typés portant VMG. »

    La stabilité devient un enjeu essentiel sur ces bateaux construits autour des foils…

    « Tout à fait. Le bateau doit être stable pour rester vivable. On le ressent dans le dessin de carène de Guillaume Verdier. Les IMOCA deviennent extrêmes, violents. Le skipper est le point faible, il faut augmenter sa capacité à utiliser ce genre de machine au maximum de son potentiel. Il faut donc préserver le marin, c’est pourquoi nous avons soigné l’ergonomie du cockpit et l’intérieur du bateau. »

    Pour le moment, un seul IMOCA de dernière génération est à l’eau, le Charal de Jérémie Beyou. D’après ce que tu décris, ton bateau semble assez différent…

    « Oui, il y a des divergences notables au niveau des formes de carène et de foils car les bateaux ont des philosophies différentes. Lors du dernier Vendée Globe, tous les IMOCA neufs avaient été dessinés par la même association d’architectes (VPLP-Verdier). Les bateaux n’étaient pas identiques bien sûr mais on trouvait tout de même beaucoup de similitudes. La donne sera bien différente en 2020 puisque quatre architectes travaillent sur des prototypes neufs. Ils vont très loin dans la réflexion pour la conception de ces futurs IMOCA et on les pousse dans leurs retranchements. Il y aura de vraies différences entre les bateaux, chaque mise à l’eau sera une surprise. »

    D’autant plus que vous en révélez très peu, et qu’une culture du secret prévaut quant aux choix des uns et des autres !

    « Effectivement, on ne veut pas tout dévoiler sur nos prototypes car les enjeux sportifs, techniques et financiers sont importants. On a un aperçu avec Charal de la façon dont fonctionneront nos bateaux, à quel point ils seront difficiles à mener. La certitude c’est que tout le monde aura des grands foils. L’IMOCA le plus proche du mien devrait être l’Apivia de Charlie Dalin, Il est dessiné par le même architecte, à partir de la même base de plan. »

    « La voile, ce n’est plus la danseuse du patron »

    Actuellement, c’est la recherche de partenaires qui occupe le principal de ton temps…

    « Oui, c’est LE gros dossier du moment pour moi. Nous avons pris le problème dans l’autre sens en lançant la construction du bateau (grâce à des investisseurs) avant de trouver le ou les partenaires principaux. Nous n’avions pas le choix si nous voulions porter un projet très performant avec un bateau de dernière génération. Nous proposons un projet unique, clé en main, avec un fort potentiel, une équipe constituée, un superbe bateau. Il suffit d’appuyer sur le bouton pour vivre l’aventure avec nous. On connaît le niveau de retombées du circuit IMOCA et du Vendée Globe, le retour sur investissements pour une entreprise n’est plus à démontrer. La voile est parfois vue comme la « danseuse du patron » mais là ce n’est plus du tout le cas, il y a de vrais projets stratégiques derrière. Pour nous accompagner jusqu’au Vendée Globe 2020, nous avons besoin de 4 à 5 millions d’euros répartis sur trois exercices. »

    Te verra-t-on au départ de toutes les courses des IMOCA Globe Series ?

    « Compte tenu du timing, il sera très compliqué de participer à la Rolex Fastnet Race (départ le 3 août prochain). Mais je ne louperai pour rien au monde la Transat Jacques Vabre. Le plateau va être énorme. Ce sera une occasion idéale pour découvrir et fiabiliser le bateau en double, mais aussi pour se qualifier au Vendée Globe. Je serai aussi au départ des deux transats en 2020, The Transat et la New York-Vendée. »

    Quelle deadline te fixes-tu pour trouver un partenaire principal ?

    « Je ne m’en fixe pas car je suis très confiant. Il n’y a pas de plan B, que des plans A. Je serai au départ du prochain Vendée Globe ! »

    • Pas de plan B pour Thomas Ruyant ! •

  • Cinq prétendantes au Vendée Globe 2020 L’indispensable mixité !

    Avec l’annonce de Banque Populaire de s’engager aux côtés de Clarisse Crémer, cinq femmes sont désormais en lice pour participer au prochain Vendée Globe avec également Sam Davies, Isabelle Joschke, Alexia Barrier et la

    7 février 2019 • 2020-21, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 568

  • Kaïros, nouvelle place forte des projets IMOCA

    Roland Jourdain, double vainqueur de la Route du Rhum en IMOCA et 3e du Vendée Globe 2000-2001, est un homme bien occupé. Basée à Concarneau, sa structure Kaïros chapeaute, via des chantiers de refit et des prestations de

    30 janvier 2019 • 2020-21, Bermudes 1000 Race, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 674