Beau temps, belle tactique

© Gildas Hémon

La météo du Trophée Marie-Agnès Péron s’annonce clémente. La brise ne devrait pas excéder les 15 noeuds jeudi et faiblir sensiblement en s’orientant à l’Est le lendemain. Pour les 80 solitaires de cette édition 2012, toute la difficulté de ces 36 à 48 heures de course sera donc de bien négocier courants et bascules dans une brise qui risque de jouer les filles de l’air…

Le soleil va briller jeudi sur la flotte du Trophée MAP. Pas de coup de vent en cours ni prévu mais une petite brise de secteur ouest qui devrait permettre aux solitaires de quitter assez rapidement Douarnenez pour appréhender le premier écueil de ce parcours : la sortie de la baie et le passage du Raz de Sein.
Ensuite, les choses devraient se compliquer car le vent va s’orienter progressivement à l’est dans la nuit de jeudi à vendredi et, lors de la remontée vers Douarnenez, cette brise de terre risque fort d’être contrée voire annulée par le vent thermique venu du large. Il sera alors très difficile de palier les courants au large de Groix, des Glénan et bien sûr de la chaussée de Sein.

Bref, le parcours du Trophée MAP ne devrait pas faillir à sa réputation d’épreuve exigeante, compliquée où rien n’est jamais perdu, ni gagné, pourvu que l’on soit attentif et à l’attaque tout du long de ces 48 h de course. Plus facile à dire qu’à faire !

Jean-Jacques Quéré, responsable météo pour le Winches Club : « Pas une année à record »

« Une petite cellule anticyclonique située sur le sud de la Bretagne génère pour le jour du départ une brise de secteur ouest à nord-ouest faible qui sera renforcée par une brise thermique dans l’après-midi. Les coureurs auront tout intérêt à bien exploiter ce flux car ensuite, l’anticyclone se résorbe, le vent va tomber en s’orientant au secteur est. Vendredi matin, ils pourront entamer leur remontée vers Douarnenez avec un flux faible mais établi, en revanche, l’après-midi, le thermique pourrait bien contrer ce flux : il n’y aurait alors plus de vent… Pour résumer, ce ne sera pas une année à record ! »

Maxime Dolet (Vestia Promotions) : « Accrocher les favoris et leur passer devant ! »

« Dans le petit temps, chaque zone du parcours où il y a un fort courant devient un « passage à niveau » : il faudra y faire très attention. Vendredi après-midi ça risque d’être très très mou… Ce sont des conditions qui me conviennent, je suis à l’aise en dessous de 15 nœuds et le bateau est rapide. C’est mon premier Trophée MAP mais je connais bien cette zone de navigation, ça s’annonce bien ! J’aimerais accrocher les favoris et… leur passer devant juste avant la ligne d’arrivée ! Non sérieusement, en course au large, le premier objectif reste de finir et de se faire plaisir, mais un top 5 serait génial ! »

Renaud Mary (runo.fr) : « Bien me placer pour le Championnat de France »

« Il devrait y avoir pas mal de portant, en revanche, le vent ne sera pas soutenu. J’aime mieux la brise : quand on a un peu d’expérience et qu’on est à l’aise, cela permet de creuser plus facilement les écarts. Le problème du petit temps c’est le risque que la flotte fasse l’accordéon quand le vent tombe par devant… Mais c’est le jeu, je ferai avec ! L’objectif est de bien régater, de progresser, de bien me placer pour le Championnat de France… et de mettre fin à l’hégémonie des Nacira (rires) ! Il y a une jolie bagarre en bateaux de série, c’est intéressant. »

Le coup d’envoi du Trophée Marie-Agnès Péron sera donné jeudi 31 mai à midi. Les premiers sont attendus dans la nuit du vendredi au samedi suivant.

Source

Catherine Ecarlat

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent