Des électrons pas si libres

© Alexis Courcoux

À force de descendre dans le sud, les 16 Figaro engagés dans cette 11e édition de la Transat AG2R LA MONDIALE sont plus proches de la première côte d’Amérique du sud et de la Guyane Française que de Saint-Barthélemy. Une situation qui devrait perdurer encore une quarantaine d’heures avant de voir les étraves reprendre une route plus adéquate. L’éclatement de la flotte n’aura donc pas eu lieu sur cette édition et c’est bel et bien une horde de Figaro, qui aimerait bien être un peu plus sauvage, qui tente vainement de trouver « LE » bon moment pour envoyer la manoeuvre d’empannage.

Si dans les esprits les choses se clarifient désormais un peu plus, personne ne sait réellement à quelle sauce ils vont être mangés. Si les ETA jouent au yo-yo depuis quelques jours, il est certain que cette route sud, plus longue en terme de distance, sera la grande gagnante de cette édition 2012. Elle ne semblait pourtant pas très accueillante, mais dès le passage de La Palma, elle a inexorablement attiré les figaristes dans les mailles de son filet, reléguant l’option nord à de la simple figuration. La route actuellement empruntée mène les 16 Figaro directement vers Cayenne. Ce n’est pas encore le bagne pour les 32 marins, mais ils aimeraient certainement que le battement d’aile du célèbre Papillon puisse envoyer ce vent porteur le plus vite possible à travers l’Atlantique.

Depuis plusieurs jours maintenant, le convoi de Figaro, Les Recycleurs Bretons et Artemis en gardiens sur les extérieurs, respectivement au nord et au sud, Cercle Vert en ouvreur de route, puis Hôtel Emeraude Plage Saint-Barthélemy en retrait, forment le losange dans lequel évolue l’ensemble des duos. Un losange dans lequel des électrons libres, qui, s’ils ne sont pas encore à s’entrechoquer, se regroupent, se rejettent, vivent leur vie mais évoluent tous dans le même sens. Des électrons qui prennent du plaisir tout de même sur un Atlantique relativement clément depuis Les Canaries.
La matinée a été marquée par l’apparition d’un ciel assez nuageux qui semble ravir les marins. En effet, les rayons implacables du soleil mettent à mal la peau des skippers et un peu de gris ne fait finalement pas de mal. Sous le soleil, les organismes souffrent plus vite et la consommation d’eau s’accélère. L’arrivée d’un peu plus de fraîcheur permet aussi de moins boire et ainsi économiser le précieux liquide. Car avec une dizaine de jours de navigation avant l’arrivée aux Antilles, le rationnement commence à se poser en invité surprise et n’est certainement pas le plus agréable des convives.

Un classement relatif

« Depuis les Canaries la situation météo fait que nous optimisons notre route vers un point situé à 1600 milles (Dans le Sud-Ouest, NDLR). Donc dans la vraie vie, ce qui compte pour nous, c’est de progresser le plus vite possible vers le SW, et non vers l’ouest (la route directe vers St Barth).
Et ça change plein de chose » écrivait Amaiur Alfaro à bord d’EDM PAYS BASQUE ENTREPRISES. Son petit message sur les classements est très juste et démontre bien qu’à l’heure actuelle, la motivation est de gagner le plus rapidement dans ce fameux sud-ouest avant de penser à réduire la distance par rapport à l’arrivée. « Dès que les bateaux se croisent un peu, ça monte ou ça descend au classement et les écarts se creusent ou se resserrent dans des proportions impressionnantes, comme il y a 2 jours par exemple. »
Un classement à prendre donc au conditionnel, mais ce qui est certain c’est que la position de Cercle Vert et de Nacarat semble idéale.
A force de descendre dans le sud-ouest, les Figaro positionnés dans le nord-ouest de la flotte sont dorénavant les plus proche de Saint-Barthélemy. Au classement de 15h, Cornouaille Port de Pêche a fait son apparition dans le Top 4, du fait de sa route nord.

Il faut donc encore attendre, prendre son mal en patience et le moment où la flotte mettra de l’ouest dans sa route, les analyses sur les positions pourront enfin avoir un réel sens. Mais qui pourra, en premier, bénéficier de la pression nécessaire et de la bascule. Prochains éléments de réponse d’ici à 2 jours.

En ce 13e jour de course, le Trophée de la Performance revient à Artemis qui a couvert 159,9 milles en 24h

Top 5

  1. Cercle Vert
  2. Nacarat à 16,1 milles
  3. Les Recycleurs Bretons à 25,2 milles
  4. Cornouaille Port de Pêche à 48,7 milles
  5. Gedimat à 48,7 milles

Source

RivaCom

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 4 mai 2012

Matossé sous: Figaro 2, Monotypie, Transat AG2R

Vues: 1525

Tags: , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat AG2R