Saint-Barth ou Brésil ?

© Alexis Courcoux

Après une nouvelle nuit en mer très agréable, à l’image de celle de la veille, les concurrents de la Transat AG2R LA MONDIALE continuent leur longue descente vers le sud. Une descente qui doit encore se poursuivre pendant au moins deux jours et qui, pour l’heure, ne favorise pas plus les bateaux décalés dans le sud que ceux décalés dans l’ouest, les uns comme les autres affichant de belles vitesses, comprises entre 8 et 9 noeuds.

« Ca glisse tranquillement mais ça glisse vers le Brésil et, malheureusement, pas encore vers Saint-Barth » plaisantait Charlie Dalin, ce matin lors de la vacation. « Mais bon, c’est agréable. Nous continuons notre route en essayant d’avancer le plus vite possible ». Pour l’heure, l’objectif est tenu : au pointage de 5 heures ce vendredi, Cercle Vert est toujours aux commandes de la flotte. Décalé à présent de 28 milles en latéral dans l’ouest par rapport à Nacarat, son poursuivant direct, il est même parvenu à creuser un peu l’écart et compte désormais 12,5 milles d’avance sur le duo Erwan Tabarly –Eric Péron, contre 7,3 hier à la même heure. Mais le vrai changement notable au classement, c’est la remontée en flèche des Recycleurs Bretons. Ces derniers sont passés de la 7e à la 3e place en 48 heures mais surtout, ils ont réussi à combler plus de la moitié de leur retard dans la même période, réduisant la distance avec le leader de 92 milles à 38,3, ce matin à 5 heures. Après un long bord plein ouest, hier, le tandem Michel Bothuon – Simon Troël récolte donc les fruits de son recalage sur la même trajectoire que Cercle Vert, sur la courbure anticyclonique. Pour l’un comme pour l’autre, l’angle de descente est actuellement intéressant, reste que le risque d’être ralenti plus que les copains existe bel et bien. Ce vendredi notamment, puisqu’au cours de la journée, le vent devrait faiblir un peu en même temps qu’une mer résiduelle très clapoteuse va légèrement venir perturber la progression des bateaux. Pour l’heure, en tous les cas, RAS, l’ensemble de la flotte déboule sous spi à bonne vitesse, poussée par un vent d’une quinzaine de nœuds. Un vent toujours très instable, à la fois en force et en direction, qui permet à certains – Banque Populaire, Artemis et Sepalumic notamment – de grappiller petit à petit quelques degrés dans l’ouest. Quoi qu’il en soit, pas question pour le moment de mettre le clignotant à droite. Il faut continuer à descendre vers le sud encore et encore. « Dans 48 heures, nous y verrons un peu plus clair. Pour le moment, il reste encore difficile de dire à quel moment précis il faudra déclencher le virage. Il sera important de bien choisir son point d’empannage car une fois que ce sera fait, il sera compliqué de changer d’idée » a détaillé Eric Péron, à présent rendu, comme ses concurrents, à la latitude du Cap Vert. Une latitude où, sans surprise, il commence à faire chaud, ce qui corse un peu plus le jeu.

Ils ont dit :

Charlie Dalin (Cercle Vert) :

Une nuit plutôt agréable, super claire. Je suis à la barre et j’arrive à lire Cercle Vert dans le spi et la grand voile tellement c’est lumineux. On descend toujours vers le Brésil et non sur St Barth… On espère mettre le clignotant à droite très vite. On a un angle un peu différent de celui de Nacarat. Là, on est sous spi avec une quinzaine de nœuds de vent, grand ciel clair et la lune nous aide bien pour régler les voiles, pas besoin de frontale. Le point d’empannage reste toujours très loin dans le sud. On surveille l’évolution des fichiers pour trouver le meilleur moment pour tourner vers St Barth. La journée d’aujourd’hui s’annonce identique à celle d’hier, même régime de vent, avec des alizés assez instables en direction, avec de grosses variations. On essaye d’avancer le plus vite possible. Il commence à faire très chaud la journée mais les nuits sont agréables. Ce sont quand même des conditions très sympas pour naviguer, il ne faut pas l’oublier ! On constate qu’il n’y a pas tant d’écart entre nous, Nacarat et les bateaux les plus au sud. C’est donc assez dur de faire des conclusions. On regarde comment ça évolue et on surveille ce que font les autres en terme de trajectoire.

Eric Péron (Nacarat) :

La grosse partie de la flotte se trouve à bâbord, on fait du sud sud-ouest. A notre droite on a une zone avec un peu moins de vent. A notre sud direct il y a plus de vent à aller chercher. Il y en a, comme nous, qui choisissent de s’écarter un peu plus au sud. Ce n’est pas le cas de Cercle Vert… Les conditions sont assez agréables, entre 15 et 22 nœuds de vent. Pas de changement de voile, on est toujours sous spi et ça, depuis un moment. Nous sommes dans des vents portants, on fait de beaux surfs. Le soleil tape fort ici dans la journée, on ne reste pas trop longtemps à la barre pour éviter les coups de chaud. Cette journée s’annonce plus difficile en termes de vent, on naviguera également sur une mer résiduelle très clapoteuse. On espère que Cercle Vert se trouve dans une zone un peu moins ventée que nous, il y a peut-être une carte à jouer. On n’a pas d’empannage à faire pour l’instant. Ceux qui sont les plus à l’est empannent sûrement plus régulièrement. La plupart des fichiers ne vont pas jusqu’à l’arrivée mais on peut d’ores et déjà imaginer que l’empannage devrait se peaufiner dans les 48 heures.

Simon Troël (Les Recycleurs Bretons) :

Ca va pas mal, on est un peu décalé dans l’ouest. On attend de voir ce que ça donne. Le classement c’est bien mais on attend de voir comment ça se croise avec les autres. Ca s’organise bien avec Michel, on réussit à bien dormir. On a 15 nœuds de vent. On a hâte de mettre le clignotant à droite et de se redresser vers Les Antilles. Actuellement ça va, ça vient. Ca dépend de l’emplacement de l’anticyclone. Les routages devraient nous faire empanner dans 4 jours. On n’a pas vraiment d’autre choix que de faire du sud. Les classements rythment la journée, on attend les nouveaux fichiers météo, on vit au rythme des molles, des bascules… La nuit c’est un peu le stress quand on tombe dans des molles. Le dernier classement me laisse perplexe, c’est pas mal, on n’a rien perdu mais je ne suis pas sûr de ce qu’on a gagné ! Ca commence à être un peu long mais ça va et c’est pareil pour tout le monde. La chaleur est pesante donc on essaye de bien boire. Je préfère quand même ces conditions-là à la pluie, si ça peut vous rassurer !

Source

RivaCom

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 4 mai 2012

Matossé sous: Figaro 2, Monotypie, Transat AG2R

Vues: 1134

Tags: , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat AG2R