Tour de chauffe pour MACIF sur l’Europa Warm’up

© Vincent Curutchet / Macif

De chaque course, je tire toujours des enseignements précieux. Sur l’Europa Warm’Up, nous avons un plateau d’exception avec la présence de pratiquement tous les ténors de la classe IMOCA. La compétition s’annonce intense !

A moins de trois semaines du départ de l’Europa Warm’Up, François Gabart, à la barre de son monocoque MACIF, est prêt et impatient de se confronter en compétition à ses concurrents de la classe IMOCA. Cette course, qui mènera la flotte de sept bateaux, dont MACIF, de Barcelone à La Rochelle en passant par Cascais-Lisbonne, constitue en soi un test idéal. Le format de cette épreuve est complet : en équipage sur une étape courte et nerveuse, puis en solo sur un long parcours hauturier. Entretien avec le skipper de MACIF, avant son départ en convoyage pour Barcelone en fin de semaine…

Peux-tu présenter ton équipage pour la première étape ?

François Gabart : « C’est un équipage de choc pour exploiter au maximum tout le potentiel de MACIF. J’embarque donc Emmanuel Le Borgne, tout juste détenteur du Trophée Jules Verne, qui va pouvoir nous faire profiter de cette expérience unique. Michel Desjoyeaux, qui est le parrain du bateau, sera également présent et apportera une plus value évidente, sans compter l’estime que je lui porte. Sébastien Gladu (second du bateau) et Antoine Gautier (responsable technique,) qui font partie de l’équipe permanente du Team MACIF, seront aussi à bord. Ils connaissent sur le bout des doigts les modifications effectuées à bord du bateau et vont pouvoir les tester en course. »

Ensuite, une deuxième étape en solitaire…

FG : « Le parcours est passionnant avec une des îles de l’archipel des Açores (Santa Maria) comme marque de parcours, avant de remonter vers le phare du Fastnet à la pointe Sud de l’Irlande. Nous sommes déjà dans la phase finale d’optimisation du bateau et c’est une excellente opportunité pour valider nos choix techniques. Tous les concurrents vont pousser les bateaux, c’est une évidence. Ce parcours hauturier sera une belle occasion de naviguer en solitaire, en course, tout en étant encore suffisamment loin du Vendée Globe pour rectifier le tir sur des points techniques si nécessaire. Je vais en profiter au maximum.»

Les enjeux sportifs sont donc de taille ?

FG : « Je crois que chacun prend le départ d’une course avec l’objectif de gagner. Ça va être une excellente opportunité de voir où chacun en est. Et puis, faire un bon résultat, c’est engranger un peu de confiance, et marquer son territoire vis à vis de ses concurrents. Maintenant, il ne servira à rien d’en tirer des conclusions définitives. C’est aussi comme cela que l’on progresse : tirer profit des bons résultats et déceler les points négatifs pour y remédier.»

Revenir à Barcelone doit évoquer certains souvenirs ?

FG : « Disons que c’est un peu là que mon histoire avec le Vendée Globe a commencé. Il y a un peu plus d’un an, j’étais ici, au départ de la Barcelona World Race, sur le bateau de Michel Desjoyeaux, alors que le programme MACIF sur le circuit IMOCA venait juste d’être annoncé. La différence cette année est d’être sur mon bateau avec le statut de skipper.»

Equipage de MACIF sur l’étape Barcelone-Cascais

  • François Gabart (skipper) – 29 ans
  • Michel Desjoyeaux – 46 ans
  • Emmanuel Le Borgne – 34 ans
  • Sébastien Gladu – 40 ans
  • Antoine Gautier – 31 ans

Source

WindReport'

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Europa Warm'Up

Les vidéos associées : IMOCA