Gagner dans l’ouest autant que possible

© Alexis Courcoux

La flotte de la Transat AG2R LA MONDIALE se recale un peu dans l’ouest depuis hier après-midi, profitant des bascules de vent pour grappiller quelques degrés dans la bonne direction. De fait, c’est maintenant ou jamais puisqu’aujourd’hui, à la mi-journée le vent devrait tourner à droite et rendre quasiment impossible la progression en tribord amure à partir de demain. Pas le choix donc.

Exception faite d’Artemis (Sam Goodchild et Nick Cherry), qui se retrouve donc aujourd’hui le bateau le plus au sud, l’ensemble des Figaro Bénéteau de cette 11e Transat AG2R LA MONDIALE tente de gagner autant que possible dans l’ouest. On a ainsi vu, dès hier après-midi, le gros de la flotte empanner, Banque Populaire, Sepalumic, Gedimat en tête, pour se recaler doucement. Le but ? D’une part, fuir la petite bulle sans vent qui se trouvait sur leur trajectoire et qui a d’ailleurs pas mal ralenti, cette nuit, le duo britannique qui affiche, ce matin, la vitesse moyenne la plus faible de la flotte sur les dernières 24 heures (4,3 nœuds). D’autre part, profiter des bascules de vent pour gagner dans l’ouest ce qui deviendra quasiment impossible à partir de demain comme l’explique Charlie Dalin (Cercle Vert) : « Dans une trentaine d’heures, le vent va prendre de la droite de façon assez importante. La bascule ne sera pas franche, pour autant le tribord sera condamné ». Son de cloche identique chez Eric Péron : « les prévisions nous incitent à faire de l’ouest maintenant, et c’est le cas pour tout le monde, car après, ce sera compliqué ». Toujours leader au classement, et désormais à moins de 2 000 milles de l’arrivée, ce dernier continue sa route sur la courbure de l’anticyclone et peut se satisfaire, d’être, avec Erwan Tabarly sur Nacarat, le plus rapide de la flotte sur les dernières 48 heures. Au pointage, c’est donc logiquement quelques milles d’engrangés, y compris sur Cercle Vert qui a choisi de prolonger davantage sa route en bâbord amure cette nuit. « Chacun essaye de trouver la trajectoire optimale. Ce n’est pas simple surtout que la situation est un peu décalée par rapport à ce qu’annoncent les fichiers. Il faut donc être réactif et faire les bons choix aux bons moments » détaille Chalie Dalin, qui doit, comme ses concurrents, continuer de composer avec un vent très instable. « On a un peu l’impression de naviguer sous le vent d’une côte tellement ça change en force en en direction en permanence ». C’est dire !

Ils ont dit :

Eric Péron (Nacarat) :

« Cette nuit, on s’est pas mal décalé dans l’ouest parce qu’il y avait quelques degrés à prendre d’une bascule dans l’ouest. On essaye d’aller la prendre. Le fichier de vent était plus intéressant dans l’ouest. On connait les risques d’aller plus dans l’ouest mais on les a pris. Dans tous les cas toute la flotte aura à faire un peu d’ouest avant de repasser sur du sud. On grille tout notre pain noir maintenant et puis on verra. On n’est pas totalement seuls dans l’option, on ne sent pas fou, ça nous rassure un peu de voir le reste de la flotte prendre de l’ouest également. On a pris des risques différents avec Cercle vert mais on devrait les retrouver aujourd’hui s’ils reprennent un peu d’ouest ou dans 2 ou 3 jours. On assume complètement d’être de ce côté-là. Les conditions de navigation sont plutôt agréables. Comme on s’est pas mal rapproché de l’anticyclone, l’air est beaucoup plus sec, il y a moins de nuages mais le vent reste encore un peu instable en direction. On a entre 10 et 15 nœuds de vent. Une mer très calme, avec une petite houle résiduelle et un grand ciel bleu. Voilà le tableau ! Il nous reste à peu près 1900 milles à parcourir, je pense qu’on sera plutôt pas mal en nourriture et en réserve d’eau. On a dû consommer entre 15 et 20 litres. On a prévu de prendre une bonne douche tout à l’heure car je ne voudrais pas dire mais ça commence à piquer des yeux, ça sent mauvais deux fauves à bord ! »

Charlie Dalin (Cercle Vert) :

« Tout va bien à bord. Depuis hier, c’est super instable en direction et en force de vent. On a l’impression de naviguer sous le vent d’une côte. On essaye de trouver la route optimale pour se rapprocher du but et aller le plus rapidement possible. La situation est un peu décalée par rapport aux fichiers. Il faut être réactif et faire le bon choix. On a des amplitudes énormes d’une trentaine de degrés avec des variations de vent de 5 à 6 nœuds en permanence. On a perdu la visibilité avec Nacarat hier soir. En ce qui nous concerne, on a prolongé un bord en bâbord, petite divergence de choix ! On va prolonger notre décalage vers l’ouest. Dans la journée on va avoir une bascule à droite assez importante, c’est pour çà qu’on essaye ce décalage vers l’ouest. La bascule ne sera pas franche mais vraiment présente, c’est une rotation continue. Le tribord va être condamné demain en milieu d’après-midi, je parle en TU. Notre option semble plus avantageuse que le petit groupe du sud-est. On est plutôt en forme et il vaut mieux avant que la bascule n’arrive. On reste sur le qui-vive pour la suite et à l’affût de ce qui va se passer. »

Source

RivaCom

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 2 mai 2012

Matossé sous: Figaro 2, Monotypie, Transat AG2R

Vues: 1266

Tags: , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat AG2R