344 milles en 24 heures en cata de sport !

© Caroline Pericard

La voix est étonnement claire, que ce soit celle d’Yvan Bourgnon ou de Thibaut Vauchel-Camus. Pourtant, les deux hommes viennent de vivre 24 heures extraordinaires. A bord de leur Nacra F 20 Carbon, au large du Brésil, ils viennent d’établir une distance de référence en voile légère. Une première mondiale.

Partis hier soir à 20 heures de Touros (heure française, soit 15 heures heure locale), sur la côte Nord brésilienne, les deux hommes viennent de se relayer pendant 24 heures à la barre de leur catamaran de sport.

24 heures à pousser la machine à fond, à traquer le grain, à engranger un maximum de milles.

Au final, le compteur du speedo affiche 344 milles, soit une moyenne de 14,3 nœuds.

« Le bilan est bon, souligne Thibaut Vauchel-Camus. Nous espérions 300 milles, alors avec 344 milles le contrat est rempli. Pourtant la barre des 400 milles n’est pas inaccessible. Cette nuit, entre 3 heures et 8
heures du matin, le vent a molli et on perd une bonne quarantaine de milles. »

Yvan Bourgnon, qui avoue être « fracassé » après cette chevauchée hors norme a lui aussi le sourire.

Barrer a été super physique, beaucoup plus que d’équiper. Cette nuit, a été un moment de folie pure. Magnifique. On fonçait dans la nuit noire, en aveugle 18, 20, 21 nœuds ! Ca fumait dans le sillage, mais devant c’était le noir absolu. Un moment de pur plaisir. Mon seul regret et de ne pas avoir passé l’équateur. On en était pas loin, cela aurait été l’occasion de bizuter Thibaut, mais le vent a refusé et nous avons dû renvoyer vers la terre.

Les deux hommes sont fatigués mais heureux.

Sur les dernières 24 heures, nous avons chacun pu faire trois petits sommes de 10 minutes et une sieste d’une heure, confie Thibaut. C’est long, surtout en fin de nuit et les trois dernières heures, la fatigue nous rattrape.
Heureusement, les transitions, la chasse aux grains donnent du rythme à la navigation.

Côté matériel, à part une amure de spi cassée et vite remplacée, le bateau est nickel.

C’est un bateau entièrement d’origine, seul le foil a été renforcé, explique Yvan Bourgnon. Sous spi, le bateau était un peu dur à contrôler, il a tendance à se cabrer. Par contre au reaching, spi affalé, il se cale sur ses foils et avale les milles.

Yvan Bourgnon et Thibaut Vauchel-Camus ont terminé le record à une centaine de milles au Nord de Fortaleza. Ils devraient toucher terre au petit matin, soit le milieu de la nuit pour eux.

Le matériel

Les deux marins sont équipés de casques et de masques de ski. Pour leur sécurité, ils portent sur leurs gilets, une fusée, une flashlight, un feu à main rouge. Dans leur sac à dos, une VHF, un GPS, une balise de détresse, une fusée parachute, un feu à main rouge, et un fumigène orange

Source

Philippe Guegan

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Records