Changement de rythme

© Diego Fructuoso/Volvo Ocean Race

Sortis de la baston des premiers jours, les concurrents menés ce soir par Groupama 4 en redemandent déjà ! Dans les quarantièmes, ils cherchent à franchir l’anticyclone qui les ralentit pour attraper une nouvelle dépression. Avec, à 800 milles à l’est, la limite des glaces qui bloque la route du sud.

« On attend tous la même chose, » écrit Amory Ross, équipier média de PUMA Ocean Racing, « un passage à travers la dorsale de l’anticyclone qui nous a aspirés.

« Le premier bateau qui passera tournera à l’est et commencera un portant rapide vers la limite des glaces, mais rien ne dit qu’on y arrivera. Il y a des chances que ce front nous passe. On pourrait être obligés de faire route au nord pour attraper la prochaine dépression qui arrive de Nouvelle-Zélande. »

À 13h UTC, six milles séparent les cinq premiers bateaux, compressés par l’anticyclone. Les Français en tête, quatre d’entre eux se décalent une dizaine de milles au sud pour attraper cette dépression : Groupama, PUMA, CAMPER et Telefónica. Sanya est encore au nord ; Abu Dhabi est à 290 milles de distance.

En attendant le passage de la dépression, les équipages se sont « requinqués » dans les petits airs de la haute pression – c’est Jean-Luc Nélias, le navigateur de Groupama, qui le dit.

« On a bien mangé, on essaye de se reposer et de dormir, on a réparé ce qu’il y a avait à réparer sur le bateau.

« Au fur et à mesure que le vent mollissait, on reprenait vie et aspect normal. Nettoyage des gars, nettoyage du bateau, petites réparations, respiration, jouissance de pouvoir dormir dans sa bannette sans être collé au plafond … On a repris vie et figure humaine depuis hier. »

La plus grosse réparation du jour est pour CAMPER, dont la cloison avant a montré des fissures et délaminations. Avarie prise en main par l’équipage de Chris Nicholson.

« Heureusement pour nous, » écrit l’équipier média Hamish Hooper, « la météo s’était suffisamment calmée pour que Salty et Mike se mettent directement au travail, une tâche ardue et difficile : couper du carbone, mélanger les résines, visser les plaques et tout le reste.

« La partie à l’avant du mât a été mise en quarantaine pour essayer d’empêcher les fibres de carbone de contaminer tout le bateau.

« 12 heures plus tard, la cloison est réparée, Mike et Salty sont explosés, l’avant du bateau a été lavée et décontaminée trois fois et la cuisine fonctionne de nouveau – ce qui, je pense, est peut-être plus emportant que la cloison elle-même si l’on considère la peur de l’équipage à l’idée de manquer un repas ! »

Autre réparation : un câble du dôme satellite de Team Sanya qui ne fonctionnait pas et qui empêchait toute communication depuis et avec l’équipage. Mike Sanderson, le skipper, et Aksel Magdahl, le navigateur, ont remis le système en route la nuit dernière. Le bateau aux couleurs chinoises peut de nouveau échanger avec la terre – une expérience intéressante pour Sanya, qui a n’avait accès qu’à des textes et a reçu trois jours de météo par e-mail.

Mais les réparations, le repos, la glissade dans les eaux froides et sous le soleil des quarantièmes, ça va bientôt s’arrêter.

« C’était sympa de se reposer au soleil pendant un moment et ces conditions inhabituellement tempérées nous ont permis de reprendre notre respiration, » constate l’Américain Ross, « mais une question se pose : préférez-vous foncer vers le Cap Horn, sans confort, couvert de vêtements et pas très content, ou préférez-vous, comme maintenant, dériver, blaguer et travailler votre bronzage ?

« La réponse est évidente … On veut tous foncer, couverts d’écume, ‘’fast and furious”, à dévorer les milles tout en affirmant qu’on en déteste chaque seconde. On m’avait bien dit de me méfier de ce que je souhaitais ! »

Enfin, à la sixième place, Abu Dhabi espère couper le fromage en évitant l’anticyclone qui force leurs adversaires à se décaler.

« On s’attend à ce que l’anticyclone bouge au nord-est pour qu’on puisse couper à travers, » explique le skipper Ian Walker. « Dans 12 ou 24 heures, on aura envoyé le spi et des conditions de portant. »

Positions le 21 mars 2012 à 13h UTC :

  1. Groupama sailing team à 5938,6 milles d’Itajaí
  2. Team Sanya à 0,60 milles du leader
  3. PUMA Ocean Racing powered by BERG à 2,00 milles du leader
  4. CAMPER with Emirates Team New Zealand à 2,50 milles du leader
  5. Team Telefónica à 6,00 milles du leader
  6. Abu Dhabi Ocean Racing à 289,70 milles du leader

Source

Anne Massot

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Les vidéos associées : 2011-12