D’un extrême à l’autre

© Yann Riou/Groupama Sailing Team

Après deux premiers cruels jours de course, la flotte panse ses plaies dans des conditions plus calmes. Tellement calmes qu’elle pourrait bien se retrouver piégée au centre de l’anticyclone, dans des vents trop faibles.

« On est très excités, on est dans les quarantièmes – mais on avance à 10 ou 15 nœuds pour le moment ! » Andrew Cape, le navigateur de Telefónica, exprime un sentiment partagé.

À 600 milles à l’est de la Nouvelle-Zélande, au large des îles Chatham, les concurrents ont atteint les fameuses latitudes des quarantièmes dans une quinzaine de nœuds d’est. La météo s’est calmée – un répit apprécié, mais un ralentissement qui risque aussi de traîner en longueur.

La dépression tropicale qui a durement frappé la flotte ces derniers jours est passée. Les marins réparent avaries et blessures, et le vent résiduel va disparaître dans les prochaines heures. Mais maintenant, deux anticyclones sont en train de fusionner à l’est et les Volvo Open 70 vont devoir traverser son centre instable et peu venté.

« Le vent a déjà bien faibli et va tomber dans les prochaines heures, » confirme ce midi Franck Cammas par vacation vidéo. À 13h UTC, les Français sont deuxièmes. 4,4 milles devant eux, les Espagnols de Telefónica ; 3 milles derrière, les Américains de PUMA Ocean Racing. CAMPER est quatrième, Sanya cinquième et Abu Dhabi sixième.

« On va traverser une zone anticyclonique avant de toucher des vents portants pas très forts, » poursuit le skipper de Groupama. « Malheureusement, on a une zone des glaces à respecter et ça nous empêche d’aller suffisamment sud pour toucher des vents plus forts. »

Les bateaux ont passé la latitude 43°S tandis que la zone d’exclusion des glaces a été replacée au niveau de la 47°S. Pendant la nuit, l’organisation a reçu de nouvelles images par satellite et a décidé de décaler le point au nord par sécurité.

Franck Cammas : « Ça ne va pas être l’autoroute des quarantièmes ou des cinquantièmes. Il n’y a pas de grande option pour les autres bateaux ou pour Groupama, plutôt des effets d’accordéon. »

Effectivement, Cape confirme que « la situation n’a l’air brillante pour personne. Il y a une grande zone de rien du tout devant nous et on doit traverser cette dorsale. Les 24 prochaines heures vont être assez lentes et le premier à traverser sera bien placé. »

À la table à cartes de Telefónica, l’Australien n’est pas serein. Le bateau bleu est en tête mais l’anticyclone peut bousculer les choses.

« On va être les premiers à rentrer dans les petits airs et les bateaux derrière peuvent toujours nous rattraper. Pour le moment, tout le monde représente une menace, même Abu Dhabi. On peut très bien se garer ici pour la journée et eux peuvent revenir avec une route différente. Tout peut arriver »

Positions le 20 mars 2012 à 13h UTC :

  1. Team Telefónica à 6076,6 milles d’Itajaí
  2. Groupama sailing team à 4,4 milles du leader
  3. PUMA Ocean Racing powerted by BERG à 7,7 milles du leader
  4. CAMPER with Emirates Team New Zealand à 15,3 milles du leader
  5. Team Sanya à 39,6 milles du leader
  6. Abu Dhabi Ocean Racing à 418,7 milles du leader

Classement général provisoire après 9 manches : 4 étapes océaniques et 5 In-Port.

  1. Telefonica (Iker Martinez) : 1+30+6+29+2+27+6+20+1 = 122 points
  2. Groupama 4 (Franck Cammas) : 2+20+2+18+5+24+2+30+4 = 107 points
  3. Camper (Chris Nicholson) : 4+25+5+24+4+18+3+15+6 = 104 points
  4. Puma (Ken Read) : 5+0+4+19+3+17+5+25+5 = 83 points
  5. Abu Dhabi (Ian Walker) : 6+0+3+10+6+14+4+10+2 = 55 points
  6. Sanya (Mike Sanderson) : 3+0+1+5+2+5+1+5+3 = 25 points

Source

Anne Massot

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : 2011-12