Puma prend sa revanche

© Ian Roman / Volvo Ocean Race

À 22:55:43 UTC samedi 10 mars, PUMA Ocean Racing termine deuxième de la quatrième étape de la Volvo Ocean Race, entre Chine et Nouvelle-Zélande. Cette médaille d’argent est une jolie revanche pour le bateau américain, parti dernier de Sanya après un premier acte malheureux.

Puma était en effet parti bon dernier de Sanya, une quarantaine de minutes après Telefónica, le premier à s’élancer après sa victoire sur l’acte 1 de l’étape. 20 jours plus tard, Le Mar Mostro s’est rattrapé !

Après une première semaine en queue de flotte, l’équipage de Ken Read avait fait le choix osé de se décaler au nord, immédiatement à la sortie du détroit de Luçon, le couloir marin étroit qui sépare Taïwan du nord des Philippines. Le pari était osé, mais cela a marché : ils ont pris la tête de course avec Groupama 4, qui vient de remporter l’étape, et terminent deuxièmes derrière les Français.

Dans la grisaille matinale du port d’Auckland (UTC + 13), PUMA prend 25 points au classement général. Et le skipper Ken Read est soulagé.

« Mon dieu, que c’est bon d’être à Auckland ! Depuis le premier jour de cette manche, depuis qu’on navigue en mer de Chine, cela a été dur. Je sais que c’est ce pour quoi on a signé mais c’était une étape difficile.

« C’est un résultat sur lequel on peut construire. J’aurais juste aimé rester quelques semaines de plus à Auckland. Ma femme et ma fille sont un peu énervées parce que je suis en retard mais je ne pouvais pas y faire grand chose. »

La troisième place se joue à 1 minute et 33 secondes

Telefónica a littéralement arraché la troisième place aux locaux de l’étape, CAMPER with Emirates Team New Zealand. Coque bleue contre coque rouge, le premier terminant à 23:43:15 UTC et le second à 23:44:48 UTC à Auckland.

Cela faisait trois jours que CAMPER était revenu sur Telefónica en mer de Tasmanie. Trois jours de contrôle, de bords parallèles, de voiles aperçues et d’anxiété partagée.

« C’était très serré mais on a juste manqué de marge à la fin, » explique Chris Nicholson, le skipper australien de CAMPER.

« C’était la plus dure des étapes jusqu’à présent. On est vraiment fatigués et, maintenant, on souhaite juste passer du temps chez nous. »

Iker Martínez, l’Espagnol à la barre de Telefónica, se réjouit d’ « un très bon résultat. Le niveau est tellement haut, les équipages sont tellement forts, que monter sur un podium est très difficile. »

Abu Dhabi prend la cinquième place à 00:18:28 UTC. Team Sanya, sixième, coupe la ligne à 00:53:36 UTC, 14h après le vainqueur.

Après la victoire, la réparation de Groupama 4

Samedi matin, à 100 milles de l’arrivée de cette étape qui en a compté 5 220, Groupama sailing team repérait une voie d’eau à l’étrave, causée par une collision suivie d’un délaminage. La fuite est heureusement rapidement colmatée et après plusieurs heures de pompage pour évacuer près d’1,5 tonne d’eau, les tricolores franchissent finalement la ligne d’arrivée en vainqueurs à Auckland quelques heures plus tard. Même pas mal ! Mais maintenant, au port, c’est l’équipe technique qui s’active et attaque la réparation.

« On a trouvé un impact qui a propagé des délaminages, » explique Pierre Tissier, responsable de la construction de Groupama 4. « Une zone sous la “collision bulkhead”, la cloison de collision, est délaminée. »

Dès son arrivée à quai, le bateau français a été gruté et mis à sec. Rapidement, une section d’un mètre à l’étrave a été coupée pour inspecter les dommages de plus près.

« C’est une avarie assez facile à résoudre, » explique Tissier, confiant. « On est encore au stade de l’inspection. S’il n’y a que ce qu’on voit là, ça devrait aller assez vite. »

Groupama sailing team estime que l’impact et la délamination ont été provoqués par les très dures conditions de mer au nord de la Nouvelle-Zélande, il y a 48 heures. Mais Tissier n’exclue pas la théorie de l’OFNI (objet flottant non identifié).

« L’équipage a vraiment été malmené à Cap Reinga, il y avait sept ou huit mètres de creux avec du vent de face. Ils étaient tous inquiets pour la structure et se demandaient comment ça pouvait tenir. Notre problème est lié à cela, mais on pense aussi que quelque chose a touché l’étrave. »

Avec la course In-Port prévue samedi prochain (17 mars) et le départ de l’Etape 5 le dimanche 18, l’équipe technique est plutôt pressée … « Tout notre staff Composite est au boulot 24/24. Franck, lui, se repose. Il le mérite ! »

Classement général provisoire après 8 manches

Si Telefónica vient de laisser échapper une première victoire d’étape, il mène toujours au classement général provisoire avec 121 points. Les Français de Groupama 4 passent en deuxième position avec 103 points. CAMPER rétrograde à la troisième place avec 98 points. PUMA, consolide sa quatrième position, avec 78 points, Abu Dhabi, est cinquième avec 43 points et Sanya, sixième, avec 22 points.

Programme de la semaine : (heure française : UTC+1)

  • Course Pro-Am : vendredi 16 mars
  • Course In-Port d’Auckland : samedi 17 mars à 14h heure locale (01h UTC)
  • Départ de l’étape 5, Auckland – Itajaí : dimanche 18 mars à 14h heure locale (01h UTC)

Temps écoulé pour l’étape 4 – incluant l’acte 1 :

  • Groupama sailing team : 19j 15h 35m 54s
  • PUMA Ocean Racing powered by BERG : 20j 3h 57m 50s
  • Team Telefónica : 20j 4h 45m 22s
  • CAMPER with Emirates Team New Zealand : 20j 4h 46m 55s
  • Abu Dhabi Ocean Racing : 20j 5h 20m 35s
  • Team Sanya : 020j 05h 55m 43s

Source

Anne Massot

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Les vidéos associées : 2011-12