Yann Eliès, directeur de course

© Yann Riou

Après une saison 2023 sous le signe de la renaissance, le Tour Voile célèbrera sa 45ème édition du 26 juin au 14 juillet prochain. Le grand départ de cette épreuve exigeante sera donné de Dunkerque (59), quand la côte d’Émeraude, entre le cap Fréhel et la pointe du Grouin, offrira un magnifique terrain de jeu pour le dernier acte à Saint Cast-le-Guildo (22).

Désormais mené par Yann Eliès, son nouveau directeur de course, le Tour Voile retrouvera ce qui a fait le sel de l’édition précédente, autour de la formation et de la sobriété : étapes au large et courses inshore pour des équipages de quatre, dont au moins deux jeunes de moins de 26 ans * et une femme.
Une nouvelle saison plus que jamais sous le signe de la transmission, un marqueur qui plaît particulièrement à l’ancien ténor de la Classe Figaro Beneteau.

Yann Eliès en guide

Yann Eliès choisit chaque mot avec soin pour décrire son nouveau rôle de directeur de course. À 50 ans, le triple vainqueur de la Solitaire du Figaro est heureux à l’idée de laisser un temps de côté son ciré de navigateur. « C’est en quelque sorte un acte militant, déclare-t-il. C’est sympa de participer au renouveau d’un événement qui forme les jeunes marins à la course au large. Quand tu peux faire quelque chose qui a du sens, c’est encore mieux. »

Celui qui, voilà 25 ans, participait au Tour de France à la Voile, est bien conscient des défis que représente une telle compétition. « Au-delà de l’aspect sportif, elle est engageante et fatigante. Ils finiront probablement sur les rotules ; c’est du non-stop. Je veillerai à les aider en leur distillant quelques petits conseils par-ci par-là. »

Certains viendront pour gagner et d’autres pour passer leur première nuit en mer. Car c’est aussi ça, la magie du Tour Voile : un doux mélange de débutants profitant de l’expérience des plus aguerris. Une étape devenue quasiment obligatoire au fil des ans. « On insiste souvent sur le fait qu’avoir participé à la Solitaire du Figaro est essentiel pour remporter des courses, partage Yann. Reste que la plupart ont aussi participé au Tour Voile. Certains ont démarré ainsi, tandis que d’autres sont venus en tant que parrains confirmés, à l’image de Thomas Ruyant en 2023. »

L’entraide comme pierre angulaire

Le Tour Voile est une aventure en soi, où l’aspect humain se mêle harmonieusement au côté sportif et compétitif, mettant l’entraide au cœur de cette expérience à part entière. Depuis l’édition renaissance de l’année dernière et l’arrivée du Figaro Beneteau 3 comme nouveau support, les courses offshore ont retrouvé leurs lettres de noblesse.
« Nous avons cru un temps que la voile allait pouvoir devenir quelque chose que l’on pourrait confiner dans un ‘stade’. Mais ce n’est pas possible » insiste Yann Eliès. L’objectif est que les marins passent 24 heures en mer lors des étapes de ralliement, ou au moins une nuit. À cela s’ajouteront des épreuves techniques à travers des parcours inshore. « Nous allons essayer de mettre encore plus d’intensité afin de répondre à la demande des coureurs. Ils en veulent. »

Le nord de la France sera mis à l’honneur en 2024, à commencer par l’ouverture des festivités à Dunkerque, ville mythique de l’épreuve. Un terrain de jeu piégeux pour la flotte qui s’annonce plus importante qu’en 2023. Les concurrents devront en effet éviter les bancs de sable ou encore le trafic maritime dense dans certaines zones. Et Yann Eliès d’ajouter : « C’est comme s’ils traversaient la piste de décollage d’Orly. Il va falloir bien baliser les dangers. »

Équité et mixité seront au programme

Cette année encore et toujours sous l’égide de la FFVoile et de la Classe Figaro Beneteau, la société organisatrice Ultim Sailing a souhaité que les équipages soient formés d’au moins une femme et de deux jeunes de moins de 26 ans. Le Tour Voile offre à présent l’opportunité aux nouveaux venus dans la classe Figaro Beneteau d’approfondir leur connaissance de leur bateau et de l’intégrer dans leur préparation pour la Solitaire du Figaro.

« Une super nouvelle », selon Yann Eliès, qui connaît ce monotype sur le bout des doigts. « Je sais ce qu’ils s’apprêtent à vivre, les écueils à éviter. Je sais ce dont ils seront capables. Je sais aussi que le bateau est sûr, qu’il possède les qualités marines nécessaires, et qu’il peut endurer les conditions. » Que ce soit en tant qu’entraîneur, marin ou directeur de course, Yann Eliès est plus que jamais dans la transmission. « Mon rêve serait que dans dix ou quinze ans, un petit jeune qui s’apprête à faire le Vendée Globe, me tape sur l’épaule pour me remercier de la confiance et de cette première expérience du large. Des souvenirs pour la vie. »

* fille ou garçon nés entre le 1er janvier 1998 et le 31 décembre 2008

Ils ont dit :

Jean-Luc Denéchau, Président de la Fédération Française de Voile :
« Après la réussite de la renaissance du Tour Voile l’année dernière, l’édition 2024 s’annonce prometteuse et une belle confirmation. Amaury Sport Organisation, propriétaire du Tour Voile, a fait confiance à la Fédération Française de Voile pour relancer cette course historique et ils peuvent être optimistes. Si l’édition 2023 s’est déroulée en Atlantique, l’édition 2024 se déroulera quant à elle en Mer du Nord et en Manche, avec un terrain de jeu piégeux que les équipages devront bien appréhender s’ils veulent performer.
Avec Yann Eliès, nommé directeur de course, je suis certain que ce Tour Voile 2024 sera une belle expérience exigeante et enrichissante pour les équipages. Son expérience de coureur au large et sa volonté de former sont autant d’atouts pour faire du Tour Voile un événement de formation et de transmission. »

Jean-Bernard Le Boucher, Président de la Classe Figaro Beneteau :
« Nous nous réjouissons de retrouver les équipages de cette 2ème édition du Tour Voile en Figaro Beneteau 3 dès le 26 juin à Dunkerque. Qui plus est sous la houlette de Yann Eliès, ténor du circuit Figaro, qui va, cette fois-ci, revêtir le costume de directeur de course, pour le plus grand plaisir des jeunes talents du circuit ».

Emmanuel Bachellerie et Mathieu Sarrot, associés Ultim Sailing, organisateurs :
« Nous nous réjouissions de produire le Tour Voile pendant 3 ans et espérions, sans tout à fait l’imaginer si vite, avoir un nombre croissant de concurrents. Nous devrions, en 2024, déjà compter aux alentours d’une vingtaine d’équipages au départ du Tour à Dunkerque et c’est une profonde satisfaction. Par ailleurs, que Yann ait accepté de nous rejoindre en est une autre. Il saura apporter son savoir-faire de skipper chevronné aux jeunes marins qui pourront bénéficier de toute son expérience. Enfin, nous élaborons d’ores et déjà la saison 2025 afin de permettre aux marins de se projeter encore davantage ».

Source

Mathilde Mermod

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 27 janvier 2024

Matossé sous: Figaro 3, Monotypie, Tour Voile

Vues: 471

Tags: , , , , , ,

Sous le vent

Au vent