Débriefing d’une saison exceptionnelle

© Vincent Curutchet

À quelques jours des fêtes, Yann Eliès, un des skippers les plus expérimentés en IMOCA revient sur son aventure au sein de l’équipe Paprec Arkéa. Des premières navigations à la victoire de Yoann Richomme sur le Retour à La Base, le navigateur de 49 ans revient sur une année à couper le souffle. Il a participé de l’intérieur à la montée en puissance du projet, s’est offert deux podiums (2ème à la Rolex Fastnet Race et 2ème à la Transat Jacques Vabre) et a été aux premières loges de l’émergence de Yoann au plus haut niveau en IMOCA. Yann Eliès livre son regard, lui qui n’a pas de doute : le skipper de Paprec Arkéa « fera partie des favoris » du Vendée Globe en novembre prochain.

La source de motivation. « Quand Paprec Arkéa m’a contacté pour rejoindre le projet, ça m’a tout de suite emballé. Je connaissais l’ambition sportive élevée de l’équipe, je savais que Yoann était un très bon marin et j’avais mon idée de l’implication des sponsors, avec qui j’avais déjà collaboré. Mon rôle, c’était de donner le manuel d’un IMOCA à l’équipe pour les aider à progresser. »

Les points forts du bateau. « Il a une carène qui est faite pour le passage de la mer au portant et ça, c’est une réussite, tout comme les foils. Ce qui est impressionnant, c’est la vitesse à laquelle le potentiel du bateau s’est vérifié. Lors des premières sorties en mer, l’équipe était émerveillée par les sensations du bateau et ses performances. C’était un grand moment ! Dès qu’on a commencé à « tirer sur le bateau » et à se rapprocher de son plein potentiel, on a senti qu’il se passait quelque chose de fort. »

« Des phases qui resteront longtemps dans nos mémoires »

L’analyse d’une saison haletante. « Ce que je retiens avant tout, c’est l’énergie et l’abnégation dont l’équipe a fait preuve pour en arriver là et pour terminer la saison par une victoire (Retour à La Base). Parvenir en une année à mettre à l’eau, à fiabiliser, à traverser et à résoudre des problèmes, à monter en puissance et à signer de tels résultats, c’est un exploit. Ça a demandé une implication particulièrement forte de toute l’équipe et une grande partie du mérite doit leur revenir. À chaque course, ils nous ont mis entre les mains un bateau fiable capable de finir les courses et de bien figurer. »

Les moments de grâce. « Il y a eu des phases qui resteront longtemps dans nos mémoires. Lors de la Rolex Fastnet Race (2e), on a longtemps progressé à 17,19 nœuds au près.
Une image contenant personne, habits, Visage humain, plein airDescription générée automatiquement
On hallucinait et on n’était pas les seuls ! À la Transat Jacques Vabre (2e), on a aussi eu 24 heures de reaching endiablé. C’est à ce moment-là qu’on voit que ces nouveaux IMOCA ont des attitudes de multicoques… C’est impressionnant et si agréable à vivre ! »

« Dans les temps pour bien figurer au Vendée Globe »

Le regard sur Yoann Richomme. « Son adaptation à l’IMOCA a été express mais ce n’est pas une surprise, tant Yoann est un skipper de grand talent. C’est un marin d’aujourd’hui, mi-architecte, mi-ingénieur, mi-navigant. Yoann est particulièrement à l’aise dans les conditions rudes et engagées, ce qui est précieux pour performer en IMOCA. Et puis il est fait pour le solitaire, il aime ça, il a une idée très précise d’où il veut aller. Je pense que Yoann a tous les atouts pour se présenter à un départ du Vendée Globe en faisant partie des favoris. Ça ne présage de rien sur le résultat final : je suis bien placé pour savoir qu’un Vendée Globe, c’est une longue histoire… Mais je crois qu’il est dans les temps pour bien y figurer ! »

Le chemin qu’il reste à parcourir. « Toute l’équipe doit et va s’atteler à fiabiliser le bateau. Pendant une poignée de jours lors du Retour à La Base, on a eu un aperçu de ce que Yoann aura à endurer dans les mers du sud pendant le Vendée Globe. C’est une expérience intéressante et riche en enseignements pour préparer l’année prochaine. Par ailleurs, il y a un travail à réaliser en matière d’ergonomie et de confort. La base est très bonne – le cockpit, le siège, les bannettes – et il convient de l’améliorer encore. »

Son regard sur 2024. « Je vais regarder avec attention la saison puis le Vendée Globe de Paprec Arkéa, ça c’est une certitude ! Après une année en double, Yoann va voler de ses propres ailes. Mais je serai toujours attentif à ses performances et j’aurai toujours la sensation de faire partie de l’équipe. Et s’il y a besoin de moi au cours de l’année, ce sera un plaisir de répondre présent ! »

Les mots des sponsors :

Sébastien Petithuguenin, Directeur Général Paprec :
« Paprec est présent dans la course au large depuis vingt ans. L’année 2023, année de mise à l’eau de notre nouveau bateau, a été intense et incroyable et déjà couronnée de premiers succès. Cette équipe née de la passion commune de de Paprec et d’Arkéa, ne cesse de nous surprendre et de nous faire vivre de grands moments, nous attendons 2024 avec impatience. »

Cédric Malengreau, Directeur du Secrétariat Général et de la Communication Institutionnelle de Crédit Mutuel Arkéa :
« L’équipe Paprec Arkéa a réalisé une année 2023 remarquable, conclue de la plus belle des manières avec une première victoire en classe Imoca lors du retour à la Base, à la suite d’une 2e place à la Transat Jacques Vabre. Je tiens à féliciter Yoann Richomme qui confirme tout son talent, Yann Eliès pour le travail de développement du bateau et bien évidemment, sous la responsabilité de Romain Ménard, toute l’équipe, qui a fait preuve d’un engagement sans faille, en toutes circonstances. Ces beaux résultats sont ceux d’un collectif remarquable, fruit du « Team spirit » qui nous est cher. La structure est encore « jeune » mais elle ne cesse de monter en puissance, de s’élever en compétences. La voile exerce un formidable pouvoir d’attraction, en associant la compétition sportive et l’aventure grandeur nature. Chaque événement est très largement suivi par nos collaborateurs et administrateurs qui retrouvent dans cette équipe les valeurs d’humilité, de recherche d’excellence, de dépassement et d’audace auxquelles nous sommes très attachés. 2024 s’annonce exaltante sur le plan sportif avec deux transatlantiques au programme et, puis, le « monument » du Vendée Globe qui est, depuis le début, au cœur du projet. L’équipe Paprec Arkéa pourra compter sur le soutien et la confiance de ses partenaires, Arkéa en tête, et de ses supporters. »

Source

Isabelle Delaune

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 24 décembre 2023

Matossé sous: Course au Large, IMOCA, Retour à La Base, Transat Jacques Vabre

Vues: 653

Tags: , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre