Une ouverture tendue et tactique

Après les moments de tension et de suspense du Fantastic Friday, le départ des 1/4 de finale de la SSL Gold Cup à Gran Canaria s’est déroulé dans un vent léger beaucoup moins frénétique.

Les petits airs ont parfois conduit à une navigation peu active, les mauvais départs étant particulièrement pénalisants, car il y avait peu de moyens de revenir en arrière dans les airs perturbés. Les vainqueurs ont joué le jeu dès le départ, tandis que les perdants auront un long regard sur ce qui s’est passé lors de leur débriefing.

Flotte 1 – Course 1

Après un court délai pour l’arrivée d’une brise d’Est, les 1/4 de finale ont débuté de manière hésitante, les équipes s’alignant tôt sur le tribord, mais la qualité de cette flotte a été démontrée avec la Grande-Bretagne, la Malaisie et la France franchissant parfaitement la ligne au coup de canon. Les Danois ont cependant été éliminés à la fin du bateau comité par les « Spitfires » britanniques.

Au près, les Spitfire s’affirment lentement mais sûrement, avec une course serrée contre les Bleus français et le Monsoon malaisien, en synchronisant parfaitement leur approche de la marque au vent pour prendre 18 secondes d’avance sur les Bleus, avec 15 secondes de retard pour le Monsoon, et le Danemark incapable de revenir dans le peloton après son mauvais départ.

Alors que ‘The Spitfires’ prenait plus d’une minute d’avance au portant, ‘The Monsoon’ parvenait à dépasser ‘Les Bleus’ pour prendre la deuxième place, tandis que ‘Danish Dynamite’ s’éteignait avec plus de 3 minutes de retard.

A partir de ce moment, la course est devenue une procession, les Spitfires l’emportant avec 58 secondes d’avance sur les Monsoon, qui ont continué à accroître leur avance de plus de 2 minutes sur les Bleus lors du deuxième bord de près, avec les Dynamite en dernière position.

Nic Asher, tacticien de la Grande-Bretagne, est satisfait du début de la campagne de la SSL Gold Cup :

« Vous regardez les autres équipes, tous les autres bons navigateurs qui sont ici, alors c’est un peu inquiétant quand vous les voyez sur l’eau. Nous avons une bonne équipe, un mélange d’expérience dans les bateaux et de talent. C’est une bonne première sortie et nous attendons avec impatience la prochaine.

Sur l’extension de la flotte, Nic a ajouté :

« J’ai regardé quelques courses sur Youtube et elles ont été très serrées. Aujourd’hui, il y a eu des décalages et des trous assez importants, donc je ne suis pas surpris que la flotte se soit dispersée. C’était assez délicat.

Le Danois Frederik Korsgaard a déclaré que l’équipe n’était pas préparée à des conditions aussi peu fiables aujourd’hui :

« Nous étions en fait assez satisfaits du comportement et de la vitesse du bateau, mais les conditions étaient délicates. Lorsque la Grande-Bretagne a viré de bord, nous avons été forcés de sortir à nouveau et nous avons pris du retard.

Mais Frederik dit qu’ils seront prêts pour demain :

« Nous aurons un bon débriefing. Nous savons ce qu’il faut faire, ce qu’il faut prendre avec nous et ce qu’il faut laisser derrière nous. »

Flotte 2 – Course 1

Un départ léthargique pour tous, sauf pour les « Shamans » hongrois, qui ont profité de cet avantage pour prendre la tête de la flotte dans la première étape, franchissant la marque au vent avec 101 secondes d’avance sur le Chili, deuxième.

Les ‘Finis Terrae Sailors’ du Chili – dans leur treizième course de la compétition – ont tiré un bord serré sur les Pays-Bas peu après le départ, dont les nouveaux arrivants ‘The Dutch Lions’ n’ont jamais pu se remettre. Pendant ce temps, les ‘Unbreakables’ d’Allemagne ont été la seule équipe à choisir le côté gauche du parcours, un pari qui n’a pas été payant pour eux, puisqu’ils se sont retrouvés à l’arrière de la flotte.

Pour la deuxième étape, c’est une procession, les équipes conservant leurs positions, une minute séparant chacune d’entre elles au moment de franchir la marque sous le vent.

Il n’y avait pas de compétition pour la Hongrie aujourd’hui, mais comme le vent est tombé dans la dernière étape, la fin de course a été tendue avec les trois dernières équipes qui cherchaient à obtenir toute la pression possible pour prendre la deuxième place. Après avoir franchi la porte 3 en dernière position, les Lions néerlandais, première nation au classement SSL, ont choisi le côté côtier et ont rebondi pour s’emparer de la deuxième place.

Le Hongrois Robert Bakoczy était heureux de prendre un bon départ dans les 1/4 de finale :

« Les conditions étaient très difficiles et nous avons réalisé qu’il y avait une baisse de la pression du vent, ce qui nous a permis de nous rapprocher de la ligne de départ. Avec un décalage à gauche en plus, c’était un très bon départ pour nous, ce qui nous a permis de contrôler toute la flotte ».

Bart Lambriex, le tacticien des « Lions néerlandais », estime qu’ils doivent améliorer leur jeu de départ pour les prochaines courses :

« Nous avons vraiment eu du mal à prendre le départ. Nous n’avons pas eu la bonne approche, c’est un peu une erreur de ma part, je pense ! Je pense que ça se serait bien passé si nous avions été seuls, mais nous avons eu de l’air sale, et il faut aborder le départ différemment lorsqu’il y a d’autres équipes.

Flotte 3 – Course 1

Les ‘Brazilian Storm’ ont pris un bon départ, menant la flotte avec une faible marge. Les « Guardians » de Nouvelle-Zélande ont maintenu la pression, les deux équipes étant au coude à coude à l’approche de la marque au vent. Cependant, les conditions irrégulières ont fait chuter le Brésil de la première place à la troisième, à 200 mètres de la Nouvelle-Zélande et du Portugal, en quelques secondes seulement. L’équipe australienne, qui avait choisi le bon côté du parcours, est restée à l’arrière pendant la première étape, franchissant la marque plus de 3 minutes après les leaders néo-zélandais.

Les « Navigators » portugais ont pris la tête pendant le bord de portant, mais la pression baissant, ce fut un véritable jeu de serpents et d’échelles. Les « Boxing Kangaroos » australiens ont saisi leur chance pour dépasser le Brésil et la Nouvelle-Zélande et prendre la deuxième place à la porte sous le vent, tandis que « The Guardians » passaient de la première à la dernière place.

Les « Roos » australiens et les « Navigators » portugais se sont disputés la tête de la course dans le dernier tour, avec des gains et des pertes au fur et à mesure qu’ils tombaient dans les zéphyrs de la pression. Les dernières centaines de mètres jusqu’à la ligne d’arrivée étaient tendues, le vent tombant à un murmure, mais les Australiens sont allés jusqu’à la layline bâbord et, par des manœuvres d’évitement, ont maintenu la vitesse du bateau pour finir avec 28 secondes d’avance sur le Portugal. Le Brésil avait près de 2 minutes de retard sur le leader, mais il a tenu tête à la Nouvelle-Zélande pour terminer troisième.

Le médaillé d’or olympique Will Ryan s’est félicité de la cohésion de l’équipe et de la victoire obtenue :

« L’objectif de la journée était de maximiser le temps passé dans le bateau, et c’est ce que nous avons fait ! Nous avons bien commencé, nous avons fait quelques petites erreurs au début en essayant de nous installer, d’apprendre le lieu et le bateau, puisque c’est la première fois que nous naviguons ensemble. C’est vraiment agréable et nous avons un bon groupe de gars qui s’amusent ensemble, et je pense que cela se voit, car nous avons pris nos marques et nous avons lentement progressé dans le temps pour le point qui comptait ».

Lors de la dernière course, Will a expliqué l’appel de layline précoce :

« La vitesse est toujours ton amie. Je n’ai cessé de répéter aux gars que ce n’était qu’un grand 470 et, heureusement, nous avons réussi à franchir la ligne d’arrivée plus rapidement que les autres.

Chris Main, tacticien des « Guardians » kiwis, estime que des leçons ont été tirées :

« C’était incroyablement instable. On peut dire que nous n’avons pas eu de chance, mais vous savez, vous êtes maître de votre destin, et nous aurions probablement dû empanner et accepter que nous avions perdu un bateau, mais nous avons continué et nous en avons perdu trois ».

En ce qui concerne la dernière place, Chris adopte un point de vue pragmatique :

« Je pense que c’est une bonne chose, vous savez, nous avons montré que nous pouvions atteindre la première marque, et si vous pouvez faire cela plusieurs fois, alors vous serez bien.

Fleet 4 – Race 1

Après une longue attente de la brise, Fleet 4 a disputé une course au coucher du soleil dans quelques nœuds de brise irrégulière. Pour la nation locale, l’attente était énorme, car c’était les débuts de « La Armada » espagnole à la SSL Gold Cup à Gran Canaria.

Dans un départ parfait, bien qu’au ralenti, la flotte s’élance enfin. Les premiers leaders sont les « Gladiators » italiens et les « Ambers » lituaniens, qui tirent des bords au vent comme une paire de jouteurs. Ils ont franchi la marque au vent en ordre serré, les ‘Gladiators’ juste devant, suivis des ‘Helvetic Lakers’ suisses et de ‘La Armada’ espagnole à plus d’une minute.

Dans la deuxième manche, l’Italie et la Lituanie ont continué à s’affronter dans une bataille d’empannages, les « Ambers » parvenant à dépasser les « Gladiators » vers la marque sous le vent.

Dans une rare erreur, ‘The Ambers’ s’est retrouvé avec le génois du mauvais côté alors qu’il exécutait un kiwi drop à la marque sous le vent, redonnant l’initiative à ‘The Gladiators’, tandis que ‘La Armada’ réduisait l’écart avec le duo de tête.

Sur le deuxième bord de près, les Lituaniens sont partis à droite, tandis que les Italiens ont choisi la gauche et que les Espagnols ont décidé de partir à gauche toute vers le rivage. L’équipe locale s’est-elle appuyée sur des connaissances locales ?

Les Gladiateurs, avec Vasco Vascotto, 27 fois champion du monde, menant la danse comme un chef d’orchestre, ont pris une avance considérable à la marque au vent, mais les connaissances locales de La Armada se sont avérées payantes, les Espagnols terminant deuxièmes, devant les Ambers et enfin les Helvetic Lakers.

Les ‘Gladiators’ italiens n’ont commis aucune erreur dans le dernier bord de portant jusqu’à l’arrivée, l’équipe espagnole ‘La Armada’ scellant son retour à la deuxième place, et les ‘Helvetic Lakers’ suisses arrachant la troisième place sur la ligne d’arrivée à Rokas Milevičius et aux ‘Ambers’ lituaniens, qui regretteront leur choix à la porte sous le vent.

Le tacticien italien Vasco Vascotto a décrit la difficulté de la course :

« C’était un travail très difficile. On essayait de savoir d’où viendrait la prochaine bouffée de vent. Essayer de relier les deux est très difficile et vous devez commencer à prier pour que quelque chose se passe de votre côté. Heureusement, nous avons bien navigué et je pense que les gars à bord ont fait un travail fantastique, Michele (Ivaldi) a conduit le bateau très vite, et pour moi c’était plus facile, mais pas facile !

Nano Negrín, régleur principal du bateau espagnol, a expliqué comment les Espagnols ont progressivement repris pied dans la course :

« Le premier bord de près a été un peu désastreux pour nous qui étions derniers. La manche suivante a été meilleure, nous avons réussi à passer la porte en deuxième position. Puis au second près, nous avons choisi le côté gauche et nous avons réussi à réduire la distance avec l’équipe italienne, mais à la fin nous étions un peu courts ».

La navigation à Gran Canaria n’a pas été ce à quoi Nano s’attendait :

« Je suis originaire de Lanzarote, je suis canarien. Mais il est vrai que ces conditions à Gran Canaria ne sont pas normales. Normalement, il y a beaucoup plus de vent !

En résumé, le premier jour des 1/4 de finale a été très mitigé.

Les nouveaux venus, les « Spitfires » britanniques et les « Gladiators » italiens, nous ont donné des cours magistraux de navigation, et nous avons vu les « Boxing Kangaroos » australiens rebondir sur le sol pour remporter une victoire par KO.

Les « Guardians » kiwis et les « Lions » néerlandais n’ont pas été à la hauteur, tandis que les « Ambers » lituaniens ont perdu leur confiance après qu’une seule erreur leur a fait perdre leur impressionnante série de victoires.

Cependant, il reste encore trois jours de course et, comme nous l’avons vu lors de la SSL Gold Cup, tout peut arriver !

Source

Star Sailors League SA

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent