Des 8e de Finale phénoménales !

Alors que nous pensions avoir tout vu à Gran Canaria, la SSL Gold Cup a franchi un nouveau palier lors de la Journée d’Or des 1/8 Finals. Les doubles points signifiaient que tout se jouait sur la performance d’aujourd’hui sur l’eau.

Nous avons été témoins de la perfection, nous avons connu la douleur et nous sommes restés stupéfaits après l’une des arrivées les plus extraordinaires jamais vues dans le monde de la course de voiliers. Un vendredi fabuleux à bien des égards !

Flotte 2 – Course 4

Les « Ambers » lituaniens étant effectivement qualifiés et les « Sea Wolves » polonais hésitants, cette course allait toujours se concentrer sur la bataille entre les « Storm » brésiliens et les « Black Pearls » tahitiens.

Les ‘Ambers’ ont pris un départ parfait, établissant leur domination habituelle sur la flotte dès le départ. Tahiti était en retard et a viré de bord, et le Brésil les a immédiatement rejoints. Le match est lancé.

Pour la première étape, « The Black Pearls » et « Brazilian Storm » se sont livrés à un duel de virements, les équipages semblant concentrés et coordonnés, chacun cherchant à prendre le moindre avantage sur l’autre. Alors que la ‘Tempête’ avait initialement l’avantage, ‘The Black Pearls’ a réussi à se détacher, et ils sont arrivés à la première marque avec seulement une longueur de bateau d’écart.

Les erreurs sont coûteuses dans le meilleur des cas, aujourd’hui plus que jamais, et Tahiti a perdu des secondes vitales avec un mauvais hissage de spi, mais il est intéressant de noter que le Brésil a empanné tôt, se séparant des ‘Perles Noires’, leur donnant peut-être une chance de se racheter pour leur mauvais hissage.

Lorsqu’ils se sont croisés, ‘Brazilian Storm’ a maintenu son avantage, mais a de nouveau laissé de l’espace à ‘The Black Pearls’, les laissant s’éloigner vers le côté offshore du parcours.

S’il y a une chose que l’on acquiert quand on est plusieurs fois médaillé olympique, c’est la confiance dans ses décisions, et la combinaison de Robert Scheidt et Martine Grael sur ‘Brazilian Storm’, qui ont 7 médailles à eux deux, a navigué la manche à la perfection pour se disputer la tête avec les ‘Ambers’ à la porte sous le vent.

A ce stade, la pression se fait sentir à bord du voilier tahitien. Crewwork leur a encore fait du tort avec un affalage de spi trop lent, compromettant ainsi leurs chances de se qualifier pour les 1/4 de finale.

Le deuxième tour a été relativement calme. La Lituanie a disputé les 1/8 de finale à la perfection, avec un score parfait de 20 points, tandis que les superstars brésiliennes ont finalement relevé le défi de la minuscule île de Tahiti, dans le Pacifique Sud, pour se qualifier à la deuxième place. Ce fut un parcours de rêve pour « The Black Pearls », mais les favoris des supporters sont éliminés.

La Lituanie sera opposée à l’Espagne et à l’Italie au prochain tour. Kristoforas Akromas en a été informé, mais il garde la tête froide :

« Notre approche est que la prochaine course est le jour le plus important, donc nous allons contrôler ces équipes demain. Aujourd’hui, nous avons pris un peu de temps pour récupérer nos cerveaux et nos muscles. Demain, nous commencerons à nous préparer, en vérifiant ce qui se passera lundi.

Le capitaine brésilien Robert Scheidt était ravi de se qualifier pour les 1/4 de finale :

« C’était très tendu. Nous étions vraiment concentrés sur la journée d’aujourd’hui, car hier nous avons commis beaucoup d’erreurs. Nous avons eu un bon débriefing avec l’équipe, et aujourd’hui c’était une belle journée avec de bonnes conditions de navigation, nous avons bien exécuté notre plan, nous avons eu un beau duel en match racing avec les Tahitiens, Martine (Grael) a fait de très bons appels au portant, donc beaucoup de points positifs et un grand soulagement ».

Robert a eu des mots chaleureux pour « The Black Pearls » :

« Félicitations à Tahiti, je vais aller leur faire un gros câlin car ils se sont battus très fort et ont très bien navigué. C’était très difficile de les battre et ils ont offert un beau spectacle.

En ce qui concerne les adversaires que le Brésil devra affronter au prochain tour, il a ajouté :

« Nous allons affronter l’Australie et la Nouvelle-Zélande, qui sont de grandes nations de la voile, alors ça ne va pas être plus facile !

Flotte 3 – Course 4

Cette flotte avait tout à jouer avant la dernière course, et nous avons assisté à une course très serrée tout au long de la course, avec seulement quelques mètres d’écart entre les équipes.

Team Ubuntu d’Afrique du Sud a pris un avantage tactique dès le début de la course, en boxant la Suisse et le Chili, et en forçant les ‘Helvetic Lakers’ à virer à droite. Vers la marque au vent, l’Afrique du Sud a réussi à creuser un petit écart en tête de la flotte, arrivant 15 secondes avant les ‘Finis Terrae Sailors’ du Chili.

Avec les ‘Helvetic Lakers’ à l’arrière sur le premier bord de portant, les choses se présentaient bien pour ‘Team Ubuntu’ et les ‘Finis Terrae Sailors’. Pourront-ils rester propres et éviter les erreurs ? Les ‘Lakers’ sont revenus dans la course à la porte sous le vent, mais un mauvais affalage de spi a réduit leurs gains à néant. Il n’y a pas de marge d’erreur à ce niveau.

Le deuxième bord de près a vu l’Afrique du Sud et le Chili se disputer la tête, et potentiellement la victoire de leur groupe, tandis que la Norvège s’est accrochée à leurs talons.

Les « Finis Terrae Sailors » ont franchi la dernière marque au vent avec quelques secondes d’avance sur « Team Ubuntu », ce qui laisse présager une bataille épique au portant jusqu’à l’arrivée.

Incroyablement, les « Helvetic Lakers » reviennent à la charge et dépassent « Team Ubuntu », ce qui permet aux Suisses de prendre la deuxième place qualificative. Les Sud-Africains effectuent un empannage désespéré à 500 mètres de l’arrivée.

Le Chili a remporté la course pour se qualifier, la Norvège a terminé deuxième, mais la Suisse a devancé l’Afrique du Sud pour s’emparer de la deuxième place qualificative. L’extraordinaire dernière étape des « Helvetic Lakers » a donné lieu à de folles célébrations sur le voilier suisse, tandis que l’équipe sud-africaine paraissait complètement abasourdie.

En ce qui concerne le prochain tour, le grinder suisse Nelson Mettraux se méfie davantage de ses concurrents expérimentés que des nouveaux venus de haut rang :

« Je pense que l’Italie et l’Espagne devront venir et faire les premières courses, apprendre un peu plus sur les bateaux, parce que c’est différent de ce que nous avons l’habitude de faire. Mais nous savons que la Lituanie est la meilleure pour le moment – nous pouvons le voir sur l’eau – donc il est certain que nous devons faire quelques progrès pour la prochaine étape. Mais nous sommes vraiment heureux de nous qualifier. C’était une course difficile !

Le capitaine chilien Pablo Lorca n’a pas tari d’éloges sur son équipe et sur l’événement en général :

« Nous sommes restés concentrés sur notre travail, nous avons géré notre stratégie, nous avons suivi notre plan et nous avons confiance en nous. Je pense que cette équipe est un groupe extraordinaire d’athlètes, qui naviguent ensemble depuis un certain temps, et aussi d’excellents marins dans leurs propres classes. Maintenant, nous nous sentons forts pour la prochaine manche.

« Je voudrais remercier toute l’organisation de la SSL : l’équipe à terre, les arbitres, l’équipe des médias et toutes les personnes qui font en sorte que cet événement extraordinaire ait lieu ».

Flotte 4 – Course 4

Dans une autre flotte où tout était à faire, le Portugal menait avec 11 points, la Slovénie avec 6 points, la Suède avec 4 points, tandis que la France avait besoin d’une certaine combinaison d’arrivée dans cette course pour avoir une chance de se qualifier.

Le vainqueur de jeudi, le slovène KRPANI1860, a pris un excellent départ. Les Bleus français ont tenté de lofer les Navigateurs portugais sur la ligne, avec des drapeaux rouges agités, mais les arbitres n’ont rien vu venir.

A la première marque au vent, KRPANI1860 devance les Bleus, les Navigateurs, leaders du groupe, se classent troisièmes, et enfin les Vikings de Suède, tous ayant hissé leur spi sans encombre. Dans cet ordre, la qualification de la Slovénie et du Portugal pour les 1/4 de finale s’annonçait prometteuse.

Les Français ont effectué un rapide bord de portant, poussant la Slovénie à la porte sous le vent, mais la Suède a mis le spi à l’eau, ce qui les a fait reculer de près de 400 mètres par rapport à la flotte principale.

Le bord de près s’est déroulé sans incident, mais tout a changé lors du dernier bord de portant. Les Bleus ont pris la tête, mais ils savaient qu’ils devaient pousser ‘KRPANI1860’ à la troisième place pour se qualifier, et ils ont donc essayé d’enfermer les Slovènes sur le côté côtier du parcours.

Les deux équipes se sont livrées une bataille intense, et la situation la plus incroyable s’est produite lorsque la France a retenu la Slovénie, a terminé première tout en laissant le Portugal et la Suède terminer derrière elle, poussant la Slovénie à la dernière place.

Les « Navigateurs » portugais ont terminé en tête du tableau d’affichage, mais ne se reposeront pas sur leurs lauriers au prochain tour. Pedro Costa, régleur de grand-voile, parle de l’affrontement avec le « groupe de la mort » composé du Brésil, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande :

« Plus la compétition se poursuit, plus les courses sont serrées. Ce sont alors les petits détails qui font la différence, et ce sera un défi pour tout le monde ».

Pour les Bleus, qui étaient en bas du classement, tout s’est déroulé comme prévu. Ils ont déjoué les pronostics et se sont qualifiés pour les 1/4 de finale avec les Navigateurs ! Extraordinaire !

Xavier Rohart, régleur de grand-voile pour les Bleus, a tenté d’expliquer comment ils ont réussi le retour de l’événement jusqu’à présent :

« Ce n’est pas une réponse facile, c’est certain. Avec l’équipe, nous avions plusieurs scénarios, dont l’un consistait à pousser les Slovènes sur le plan d’eau. Nous avons essayé de créer l’opportunité, et juste à la fin, lors du dernier empannage avant la ligne d’arrivée, nous y sommes parvenus, et tout s’est bien passé pour nous. »

L’élimination de la Slovénie sur la ligne d’arrivée a été la cerise sur le gâteau, mais Xavier n’a pas voulu s’en attribuer le mérite :

On ne parle pas de perfection, mais de hasard ou de chance, mais comme on dit en France « la chance sourit à celui qui la crée ».

Le capitaine slovène Vasilij Žbogar s’est incliné avec élégance :

« Nous avons essayé de garder les choses simples vers la fin, mais il est évident que notre manque d’expérience a été démontré aujourd’hui par des équipes plus importantes comme la France, qui ont certainement un peu plus d’expérience. Et aujourd’hui, dans une situation de panique, nous n’avons pas été capables de réagir en tant qu’équipe. C’est un goût amer, car nous avons bien navigué. Mais nous ne pouvons pas nous plaindre. Nous sommes une équipe très jeune qui s’est soudée cette semaine, donc je pense que nous pouvons partir la tête haute.

Vasco est déjà impatient de participer à la prochaine édition de la SSL Gold Cup :

« Nous ne sommes pas encore prêts pour le match racing, mais nous le serons la prochaine fois. Mais nous serons prêts la prochaine fois.

Flotte 1 – Course 4

Un beau départ, avec la Malaisie qui remporte la quille, tandis que les USA terminent le bateau comité avec rapidité. Avec un classement équilibré et des points doublés, tout le monde pouvait deviner qui se qualifierait pour les 1/4 de finale.

Dès la première marque, les États-Unis ont pris une avance confortable de 17 secondes sur la Malaisie, deuxième, suivie de près par la Hongrie, puis par l’Argentine, leader du classement, en queue de peloton.

Le « Monsoon » malaisien est resté sur les talons des « Golden Eagles » sur le bord du vent arrière, et a franchi la deuxième porte avec seulement 7 secondes de retard sur Team USA, bien plus facilement que les Américains dont le cerf-volant traînait dans l’eau.

Dans la troisième étape, la Malaisie a pris une légère avance sur les Etats-Unis, la Hongrie revenant à la charge lorsque les trois premiers se sont livrés à un duel de virements à 100 mètres de la marque au vent. La Malaisie a franchi la marque juste à temps pour conserver son avance, la Hongrie et les États-Unis n’étant qu’à quelques secondes.

Alors que les ‘Condores’ argentins ont été oubliés à l’arrière de la flotte, quelques mètres seulement séparaient les trois autres qui se disputaient la première place lors de la dernière étape. Mais le Malaisien ‘Monsoon’ a réussi à empanner défensivement pour s’assurer la victoire, ne devançant les Hongrois ‘Shamans’ que de 3 secondes. Les deux équipes se réjouissent de leur qualification pour les 1/4 de finale, tandis que les nouveaux venus, les Teams USA et l’Argentine, sont déjà contraints de rentrer chez eux.

La barre de la Malaisie, Khairulnizam Afendy, était ravie de terminer en tête du groupe et de se qualifier pour les 1/4 de finale :

« Aujourd’hui, je me suis senti un peu nerveux et tendu, car nous étions en train de perdre au début de la journée. Je pense que je suis habitué à la pression car je navigue dans la classe ILCA, donc je peux absorber la tension. Aujourd’hui, c’était fantastique pour l’équipe, nous avons navigué aussi vite que possible, nous avons fait moins d’erreurs et nous avons réussi !

A la question de savoir s’il avait douté de leurs chances à un moment donné, le capitaine hongrois Zsombor Berecz a répondu :

« Non, un tel moment n’existe pas dans le sport, en particulier dans la voile. J’avais dit aux gars avant d’entamer cette course que tout allait se passer dans le dernier vent arrière et c’est exactement ce qui s’est passé.

Il affrontera l’Allemagne, les Pays-Bas et le Chili en 1/4 de finale :

« C’est le groupe de nos rêves ! Nous sommes heureux. Nous allons nous qualifier pour le prochain tour. C’est pour cela que nous sommes ici.

Après une journée haletante qui restera dans les annales, les 1/4 de finale sont lancés. Les 8 équipes les mieux classées entrent en lice pour affronter les 8 équipes qualifiées. Il est difficile d’imaginer comment cette journée pourrait être surpassée, mais nous l’avions déjà dit après le dernier tour !

Source

Star Sailors League SA

Liens

Informations diverses

Sous le vent